« Journal d’un vampire en pyjama » : coup de cœur !

journal-dun-vampire-en-pyjama-blog-beattitudes

Journal d’un vampire en pyjama…

C’est l’été et, malgré l’ambiance toute pourrie qui règne un peu partout depuis des mois, et peut-être même, pour lui faire face, nous sommes beaucoup à essayer ou à envisager de prendre du bon temps. Personnellement, je rêve de choses simples : un peu de sable chaud sous mes pieds, une serviette déployée, la valse des vagues, le murmure de la plage et, devant moi, un écran de papier, une autre histoire, un ticket pour ailleurs, quelques heures de congés pour mes yeux et mes pensées écorchés, prendre entre mes mains, juste un bon bouquin.

Et, un bon bouquin, c’est précisément, ce que j’ai trouvé il y a une dizaine de jours. A la veille de partir en week-end, j’ai glissé dans ma valise, un joli livre noir… pas un polar, non. Un livre avec une belle couverture noire. Je l’ai d’ailleurs remarqué pour ça. C’est le titre ensuite, « Journal d’un vampire en pyjama », qui m’a interpelée. Alors, j’ai fait ce qu’on fait avec tous les livres qui nous intriguent : je l’ai retourné. Vite, découvrir sa face cachée, m’emparer du résumé. Mais ici, pas de pitch, juste un commentaire éloquent : « Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’aie jamais vécue. » Lire le reste de cet article »

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

La prophétie des Andes : roman initiatique

la-prophetie-des-andes

J’aime lire, j’adore ça, je ne peux pas m’en passer. Toujours besoin de parcourir quelques lignes matin, midi et surtout le soir. Besoin de me téléporter dans un nouvel espace-temps, de vivre une autre histoire, d’apprendre, de comprendre, de découvrir… Besoin de toujours avoir quelques volumes d’avance pour surtout ne pas venir à manquer. Alors, ils sont un paquet à être passés entre mes mains les bouquins. Il y en a qui se laissent dévorer, d’autres qui passent inaperçus, certains qu’on abandonne quand d’autres passionnent. Et puis, parmi eux, il y en a deux ou trois qui marquent, dont le message est fort, qui nous mettent une claque (ou un coup de pied aux fesses) et dont on se souvient toute sa vie. Parmi ceux-là, il y a « La Prophétie des Andes ».

« La Prophétie des Andes » de James Redfield est ce qu’on appelle communément « un roman initiatique », c’est-à-dire que le héros, à travers ses aventures, conduit, consciemment ou inconsciemment, une quête existentielle.

Pour le synopsis comme diront les uns et le pitch comme diront les autres (le résumé de l’histoire quoi !), voici ce qu’on peut lire au dos du livre : « A l’origine, un manuscrit fabuleux rédigé six cents ans avant J-C et une prophétie : notre société va subir un grand bouleversement. Intrigué, le héros de cette histoire s’envole pour le Pérou à la recherche du mystérieux grimoire, objet de toutes les convoitises. Commencent alors une aventure magique et une dangereuse initiation : une quête en neuf étapes, qui le mène du sommet des Andes au cœur de la forêt amazonienne, sur la voie des révélations de la vie. Quand, au terme de son périple, le héros découvre le vrai sens de son existence, c’est notre propre quête qui débute. »

Alooooors, ça donne envie hein ?

Il est, en plus, question ici d’énergie, de synchronicités (de coïncidences si vous préférez. Même Word ne reconnait pas encore ce mot), de révélations sur le sens de la Vie, la mission de l’être humain sur terre… Eh oui, tout un programme !

Excellent pour s’évader, «La Prophétie des Andes » aide surtout, si on en a envie et si on se donne la peine de réfléchir un peu, à comprendre notre place ici, notre parcours, nos accidents de vie, le sens caché de nos rencontres, notre raison d’être. L’enchainement des événements que nous avons vécus jusque là forme enfin un synopsis cohérent, une trame, un fil conducteur logique.

Pour ma part, ce livre m’a carrément incitée à vivre ma propre quête initiatique au Pérou (que je vous raconterai très, très bientôt sur Béattitudes) mais il m’a aussi aidée (au bout de la troisième lecture) à y voir beaucoup plus clair sur ce que je pouvais bien fabriquer dans ce bas monde (suppositions confirmées depuis par la numérologue Lydie Castells – cf article sur la numérologie ).

Si vous êtes dans ce cheminement là, cette quête de sens, je ne peux que trop vous conseiller de découvrir cet ouvrage d’une très grande richesse et qui vous aidera à vous poser les bonnes questions tout en passant un délicieux moment d’évasion.

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

L’ambre: pierre de pouvoir

L'ambre: une pierre de pouvoir

Par les pouvoirs de l’ambre ancestraaaaale !

Oui j’ai regardé Musclor quand j’étais petite et Musclor était très fort. Dans le genre costaud, il y a aussi une pierre semi-précieuse dont j’avais envie de vous parler parce qu’elle est là depuis la nuit des temps, qu’elle est belle et qu’en plus, elle aurait des pouvoirs de guérison!
L’ambre a pour racine le mot grec « Ambrotos » qui signifie « Immortel ». Alors évidemment sans faire de nous des highlanders indestructibles, des êtres éternels (faut pas exagérer non plus), cette résine fossile semble malgré tout posséder certaines propriétés qui peuvent nous aider à ressentir un certain bien-être, et ce dans pas mal de cas. Petit tour d’horizon de cette « pierre » mystérieuse utilisée par les plus anciens peuples (égyptiens, étrusques, chaldéens, mayas, toltèques, vikings, romains…)!

Pierre de pouvoir

Tout d’abord, l’ambre a une singularité : elle agit comme un aimant. Si on la frotte avec un morceau de laine, elle attire ensuite des corps légers (plumes, papier…) Cette propriété magnétique a des effets bénéfiques sur la santé. Ainsi, porter un collier et un bracelet pourrait soigner les rhumatismes.
Comme l’encens, la combustion de cette résine provenant d’un pin, qui existait il y a 50 millions d’années, a un pouvoir purifiant. L’énergie vibratoire contenue dans l’ambre est élevée. C’est elle qui contribue à purifier, redynamiser, stimuler l’organisme et ainsi à redonner force et vitalité à des personnes fatiguées physiquement et psychologiquement. D’ailleurs, si d’aventure, vous connaissiez une baisse de libido, c’est le moment de parer cou et poignet de cette jolie pierre du bonheur. L’ambre est réputée aphrodisiaque.
Et, évidemment, on ne peut pas parler de l’ambre sans parler de bébé. Le plus souvent, il est question de poussées dentaires (Ah, les poussées dentaires ou plutôt devrais-je dire « AAAARGH les poussées dentaires !). Bébé a mal, pas très faim, des selles liquides, les fesses rouges et brûlantes, il est ronchon (parfois c’est un euphémisme…) Il peut se réveiller la nuit ou écourter ses siestes… Bref, on en parle autour de soi et systématiquement, on rencontre des personnes pour qui le collier d’ambre a fonctionné. Alors, la maman que je suis s’est livrée au test et j’ai trouvé l’utilisation de l’ambre assez concluante. Il m’a semblé que le collier calmait la douleur et réduisait les effets physiques. En revanche, j’ai pris soin de bien le choisir (boutique bio sérieuse, ambre véritable, attache solide, petits nœuds entre chaque pierre).
Plein d’autres choses sont à découvrir sur cette pierre de pouvoir. Si cette substance végétale fossilisée vous fascine et que vous voulez en savoir davantage sur ses mystères et ses vertus, je vous invite à lire l’ouvrage de Jean-Paul JACQUEMET « L’Ambre, mystères et vertus ». Il vous apprendra l’origine de l’ambre, ses différentes provenances, son histoire, ses contrefaçons, ses énigmes, ses vertus ésotériques. Vous découvrirez aussi toutes les propriétés thérapeutiques de l’ambre et ses pouvoirs qui n’ont pas été abordées dans cet article, à savoir l’arbre du bonheur, le travail sur les chakras, son utilisation en naturopathie, son action sur la mémoire, sur la circulation de l’énergie, son utilité dans les régimes amincissants… Eh ouais !

Source : Jean-Paul JACQUEMET « L’Ambre, mystères et vertus », éditions Déliver

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Phase détox: une cure de bien-être

Le bien-être passe par le corps

Jour J – 1 – Bien… décidée à remettre mon petit pantalon kaki

Alors voilà j’ai eu un enfant… Et donc avant ça, je ne vous apprendrai rien, je suis tombée enceinte. Comme j’ai toujours fait attention à ma ligne, je m’étais dit : « Pas plus de 9 kilos ! 1 kg par mois, c’est très bien » – « C’est idiot cette idée selon laquelle il faut manger pour deux ! » – « bla bla bla »… Bref j’étais pleine de bonne volonté. C’était sans compter les nombreux smoothies de mon homme qui bataillait sec pour me faire manger des fruits (sauf que dans les fruits il y a du sucre) et les petits déj gargantuesques tous les week-ends, sous prétexte qu’une boulangerie était notre plus proche voisine ! Résultat : 16 kilos. Bon ce n’est pas la mort me direz-vous et je vous répondrai « non ». A la sortie de la maternité il me restait 9 kilos à perdre tout de même. On m’a dit « ah mais tu verras, si tu allaites, tu maigriras super vite ». Oui sauf qu’au bout de trois jours, tétons en mode steak hachés, j’ai lâché l’affaire! Bref. Sans faire de régime particulier et en ayant une activité physique modérée mais régulière j’ai réussi à perdre 6 kilos en 1 an. L’été pointant de bonne heure le bout de son nez, j’entrevoyais déjà mes 3 kilos dépassant de mon maillot-de-bain-de-ma-vie-d-avant-ma-fille. Et puis un matin, devant mon émission préférée sur la 2, en train de donner le biberon, une chroniqueuse parle de Valérie Orsoni et de sa méthode pour perdre du poids sans se priver, en bougeant et surtout sans en reprendre. Alors, curieuse j’ai commandé le livre. Au départ, ça m’a paru contraignant mais un ultime essayage de mon pantalon test que je ne pouvais toujours pas fermer (loin de là…) a eu raison de mes dernières réticences.
Me voilà donc partie pour la première étape appelée « cure détox », censée faire disparaître les premiers kilos! Lire le reste de cet article »

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Le secret du bien-être des guérisseurs hawaïens

livre-hooponopono
Livre Hooponopono

Oh bienheureux, bienheureuses ou pas d’ailleurs… et justement, ça tombe bien… car dans la rubrique « Livre », j’ai découvert un p’tit nouveau, tout mignon, tout beau qui s’appelle Ho’oponopono!! Et là vous vous dites « Mais qu’est-ce que c’est qu’ce truc? » Je comprends j’ai fait la même! Alors non, ce n’est pas le nom de la nouvelle danse de l’été… Ni un enfant enrhumé s’émerveillant devant notre plus proche cousin hominidé « Oh! Le beau Bonobo! » Non, non, non rien à voir avec tout ça!

Il s’agit en fait d’un art ancestral hawaïen qui permet de révéler notre identité authentique et ainsi d’atteindre la sérénité, le bien-être, le bonheur et d’accéder à tout ce que nous souhaitons dans la vie… Tout un programme, hein?! Oui je sais…

Par contre, pour comprendre la méthode il faut déjà avoir accepté l’idée selon laquelle nous sommes les créateurs de notre vie et que nos pensées ont un impact direct et essentiel sur nos émotions, notre corps, notre santé, nos relations avec les autres, notre vie professionnelle, l’argent, nos réussites et nos échecs, bref tout ce qui nous arrive dans la vie.

Ce secret des guérisseurs hawaïens révélé ici, nous explique que tout ce qui advient dans notre vie, ce qui nous affecte et nous dérange, provient de mémoires et de programmes inconscients qui nous emprisonnent. Surtout il nous montre et démontre par le biais d’exercices pratiques simples comment se débarrasser de ses croyances limitantes pour enfin devenir nous-mêmes et trouver le bonheur.

Petit ouvrage très bien construit, facile d’accès, Ho’oponono est sur ma table de chevet depuis un mois environ et croyez-moi ou pas mais je le pratique régulièrement et il me semble être déjà plus sereine, moins exigeante avec les autres et avec moi-même, plus zen, trouver plus de bonheur dans ma vie. Je ne dis pas que j’ai trouvé la paix intérieure mais je retrouve peu à peu confiance concernant certains domaines de ma vie trop bruyants tellement j’y avais accroché de casseroles (dont, je l’ai compris aujourd’hui, j’étais seule responsable et créatrice). Vous n’imaginez pas le nombre de situations tordues que nous sommes capables de créer rien que pour vérifier de fausses croyances et admirablement nous pourrir la vie. A vous de savoir si vous souhaitez vous débarrasser de ces schémas récurrents et devenir une personne libre et heureuse ou si vous préférez conserver votre statut de victime et accuser à tort et à travers la Vie d’être votre pire et invisible bourreau.

Vous avez un problème financier, des difficultés en amour, une dépendance, une difficulté dans la vie, vous êtes fâchés avec votre poids ou votre collègue, patron, voisin, famille…? La méthode Ho’oponopono s’utilise au quotidien et vous aide à évoluer pour dépasser tout cela.

La vie est merveilleuse… Il suffit de la laisser faire son oeuvre.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail