Numérologie: Découvrez votre arbre personnel

numerologie-arbre-personnel-beattitudes

Comme je l’écrivais dans mon précédent article, (cf.Numérologie stratégique © : Les nombres sont nos clés !) « il est plus facile d’avancer lorsqu’on sait qui l’on est » et la numérologie a cela de merveilleux qu’elle vous aide à mieux vous connaître, à découvrir vos dons, vos aptitudes innées, vos besoins essentiels et votre mission de vie.

Elle vous permet donc de devenir ACTEUR DE VOTRE VIE

L’arbre personnel : les 7 clés fondamentales de votre existence

Lydie Castells a compris qu’il était inutile de se disperser dans trop de calculs. Elle a alors construit ses thèmes dans une démarche logique et raisonnée qu’elle a appelée « Numérologie stratégique ». Afin de rendre plus parlant ce formidable outil de connaissance de soi, elle l’a organisé dans un arbre personnel et simplifié le langage codé de la numérologie classique.

arbre-personnel-numerologie-beattitudes

  • « la première racine » est notre 1er besoin fondamental
  • « la deuxième racine » notre 2ème besoin fondamental
  • « le tronc » notre objectif de vie
  • « la sève » ce qui rythme notre vie
  • « l’écorce » notre façon d’être
  • « les branches » notre manière d’agir
  • « les feuilles » nos besoins affectifs
  • « les fruits » nos besoins de réalisation

Le triangle fondamental

A la base de cet arbre, deux racines et un tronc. Ici se trouve l’essentiel. Si cette base est bien nourrie, l’arbre va pouvoir grandir et s’épanouir. C’est ce socle, que Lydie a appelé « le triangle fondamental », qui permet de découvrir facilement nos aptitudes naturelles, nos besoins fondamentaux, notre objectif de vie et la vibration qui rythme notre vie.

!!! OFFRE EXCEPTIONNELLE !!!

Jusqu’à la fin de l’année 2018, afin de faire découvrir cet outil formidable au plus grand nombre, je vous propose des tarifs préférentiels :

  • Thèmes numérologiques complets – soit 3H de mise en place et 2H de face à face avec vous = 90€ (au lieu de 120€)
  • Triangle fondamental = 45€ (au lieu de 60€)

Et pour toute commande d’un thème numérologique complet ou d’un triangle fondamental, je vous offre vos tendances pour l’année 2019. Je vous dévoile quelle sera l’énergie personnelle qui vous portera l’année prochaine et quels seront les points à travailler pendant cette période pour être au rendez-vous de votre évolution personnelle.

Les thèmes peuvent se faire en face à face, par téléphone et par Skype, à votre convenance et en fonction de la distance qui nous sépare ! 😉

 

Céline Colle
06 03 16 68 17
celine.colle@yahoo.fr

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Numérologie stratégique © : Les nombres sont nos clés !

numerologie-strategique numerologie strategique beattitudes

A la rentrée, j’évoquais de nouveaux projets. En ce 11 septembre, me voici prête, à vous en dire un peu plus sur l’un d’entre eux…

Tout d’abord j’espère que vous avez tous passé un excellent été, à crapahuter ou allongés, à visiter ou à plonger, à papoter ou à méditer, à rire et pas pleurer, à voir la vie en rose ou en rosé, un été sucré, salé, sablé, plein de farniente, d’éclats de rire, de surprises et de rêves éveillés. Le mien d’été fut peu reposant mais absolument passionnant. Août fut riche de moments en famille mais aussi riche d’enseignements. J’ai eu la chance d’être, pendant quelques jours passés à Bordeaux, l’heureuse élève de Lydie Castells, une numérologue talentueuse dont le livre « Numérologie » est paru cette année et dont je vous parlais en février dernier sur Béattitudes (cf. l’article « Numérologie : rendez-vous avec vous-même »). J’ai appris à m’amuser avec les nombres et je peux vous dire que c’est une « sacrée » victoire pour la littéraire fâchée avec les chiffres que j’étais depuis toujours.

La numérologie stratégique © : une nouvelle aventure !

Cet outil fabuleux de connaissance de soi, m’a tellement bluffé et aidé lorsque j’en avais besoin (cf. article du 10 mars 2016 « La numérologie pour mieux se connaître ») que j’ai décidé d’en apprendre les secrets. Cela fait quelques années maintenant que je cherche le moyen d’apporter du bien-être aux autres, d’aider, de guider. Voyez-vous c’est que j’ai du 6 dans ma vie ! 😉 Il y a d’abord eu la création de Béattitudes qui m’apporte beaucoup de bonheur. Celui de rencontrer des gens formidables et de vous les présenter à travers mes interviews, celui de partager avec vous mes expériences et mes lectures inspirantes. Mon 6 a commencé à danser alors grâce aux aventures de Béattitudes et nos échanges. Puis, il y a eu l’apprentissage des Bars Access Consciousness et cette possibilité de vous accompagner dans la libération de vos croyances limitantes, vos blocages et vos peurs. Enfin, cette année, le choix de la numérologie stratégique, telle que Lydie Castells l’a envisagée, s’est imposé sur mon chemin comme une évidence.

Grâce à la numérologie et aux thèmes que j’ai déjà pu faire à quelques-uns de mes amis, mon
6 valse, tourbillonne, smurfe, moon walk !!! J’adore ce que je fais et le bien que cela fait.

Les nombres disent toujours la vérité

La numérologie a cela d’essentiel qu’elle tient compte à la fois de notre date de naissance mais aussi de notre identité. Etre née un 8 novembre 1976 ne fait pas de moi un être unique car des millions d’autres personnes sont nées le même jour. En revanche, le fait que je sois née un 8 novembre 1976 et que je m’appelle Céline Colle, fait de moi une personne unique. Nous sommes tous reliés à des nombres. Chaque nombre a une dimension sacrée qui interagit incroyablement avec nous. L’organisation de la nature elle-même répond à des nombres, notamment le nombre d’Or, le fameux 1,61803… que l’on retrouve un peu partout, dans « l’agencement des graines d’une fleur de tournesol, dans l’élégante spirale dessinée par la coquille de certains mollusques et dans les bras de la Voie lactée… » Oui, le monde est mathématique et nous aussi.

La numérologie n’est pas de la voyance

Beaucoup le croient encore, c’est pourquoi je le précise : la numérologie n’est pas un art divinatoire. Elle ne prédit pas l’avenir. Au contraire, c’est une science qui s’appuie sur des calculs empiriques, des courants et des vibrations qui s’apparentent à chaque nombre. Pour moi, littéraire depuis toujours, qui n’ai jamais aimé les maths, je peux vous dire que découvrir cet aspect des nombres est une vraie révélation. Mais je n’ai pas été touchée accidentellement par la grâce divine  me conférant un quelconque pouvoir ! Non je ne suis ni devin, ni sibylle, ni oracle. Je me retranche derrière le langage des nombres, leur symbolique et leur puissance et je ne suis que leur messagère.

Révélez l’être que vous êtes et devenez acteur de votre vie

A travers la découverte de 7 chiffres, se dessine un arbre personnel qui permet de se connaitre, de se comprendre avec une justesse exceptionnelle et de mettre en place une stratégie de vie qui nous correspond. En étant en accord avec la personne que nous sommes véritablement, nous accédons au bien-être et au bonheur.

Vous voulez savoir qui vous êtes vraiment ? Comprendre vos paradoxes ? Vous hésitez sur une direction à donner à votre carrière ? Vous avez envie de changer de voie mais vous ne savez pas laquelle ? Vous doutez de vous ? Vous avez envie de découvrir vos dons, vos aptitudes innées ? Connaître votre mission de vie ? Alors, là oui, la numérologie peut tout vous dire !

Il est plus facile d’avancer lorsqu’on sait qui l’on est, non ? La numérologie vous dévoile :

  • vos talents naturels, vos forces
  • vos aspirations affectives
  • vos besoins de réalisation 
  • votre objectif de vie 
  • les mémoires familiales qui vous empêchent d’avancer 
  • vos défis
  • mais aussi la tendance vibratoire de votre année, les moments où il vous faut agir, changer, travailler, lâcher-prise…

La numérologie stratégique © vous met sur le bon chemin et vous aide à y rester. C’est un outil formidable d’aide à la décision.

Travaillons ensemble à découvrir votre mission de vie

Grâce à l’enseignement de Lydie Castells et par l’intermédiaire de la numérologie stratégique ©, je vous aide désormais à révéler l’être véritable qui sommeille en vous.
Nous dessinons ensemble votre arbre personnel : vos racines, votre tronc, votre écorce, vos branches, vos feuilles, vos fruits et votre sève et nous cherchons ensemble à le faire grandir et s’épanouir…
Je reviendrai vers vous très bientôt pour vous en dire plus sur l’arbre personnel et le triangle fondamental.
Je me réjouis de partager cette nouvelle aventure avec vous dès que vous en ressentirez le besoin !

Céline Colle – Béattitudes
celine.colle@yahoo.fr
06 03 16 68 17

 

 

 

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Marine Barnérias, une Seper héroïne

marine-balnerias-sclerose-en-plaques

Plus qu’un livre, c’est une personne que je vous invite à découvrir aujourd’hui : Marine Barnérias. Une très belle jeune femme, dedans et dehors, une battante, une warrior, une sacrée nana ! Atteinte d’une maladie dite « incurable », elle entreprendra ce qu’elle appelle « le voyage interdit qui a donné du sens à ma vie ». Elle raconte son périple dans un livre appelé « Seper Hero ».

Le 3 avril 2015, Marine a 21 ans et sa vie bascule. Ce jour là, on lui diagnostique une sclérose en plaque.  Passé le choc, elle s’interroge et comprend vite que la réponse est en elle. Comment la trouver, comment l’écouter en restant là, au même endroit, en faisant la même chose, entourée des mêmes personnes ? Elle sait qu’elle doit partir, elle en ressent l’envie, le besoin, l’urgence. Son projet, qu’elle appelle « Seper Hero », imaginé à partir du raccourci SEP qui désigne la Sclérose en plaque, est rapidement soutenu par sa famille et de nombreuses personnes. Il verra le jour quelques mois plus tard lorsque Marine s’envole pour huit mois, à la recherche d’elle-même.

A la recherche du corps, de l’esprit et de l’âme

Partir, elle en rêve depuis longtemps. Sa ligne conductrice est simple et cohérente. Marine part du postulat que nous avons tous un corps pour bouger, un esprit pour penser et une âme pour s’identifier. C’est dans cet ordre qu’elle décide de partir à la conquête de trois pays,  seule, avec pour uniques compagnons, son pouce, son sac à dos et sa tente. Elle va ainsi parcourir la Nouvelle-Zélande pour redécouvrir et écouter son corps. Elle apprendra à méditer en Birmanie pour faire taire le mental, les doutes, les peurs et renforcer sa confiance en elle. Elle fera connaissance avec son âme dans la taïga mongolienne, chevauchant librement dans des paysages à perte de vue. Elle parcourt ainsi des milliers de kilomètres, arpente les routes, les chemins, les prairies, traverse les rivières, les forêts et  gravit les sommets.

Voyage initiatique

Comme tout voyage initiatique, Marine connaîtra les difficultés, la barrière de la langue, les peurs, la solitude, des moments de ras-le-bol, les intempéries mais aussi des moments de grâce, des rencontres extraordinaires, des synchronicités incroyables, de magnifiques contemplations et de merveilleuses révélations… C’est bien là tout l’enjeu et tout l’intérêt d’un voyage initiatique : bouger, changer de point de vue, regarder son existence et la vie toute entière différemment, comprendre certaines choses, changer, se remplir d’amour et rentrer en étant enfin soi-même et donc pas tout à fait la même. Au bout de quelques semaines de voyage, Marine rebaptise sa Sclérose en plaque, du joli nom de Rosy. Elle apprend à faire d’elle une compagne de voyage, puis peu à peu, une associée, presqu’une amie sur le chemin de l’existence. C’est un défi de taille que Marine Barnérias à relever et qu’elle nous raconte avec son langage simple qu’elle qualifie d’écriture d’enfant. Comme une  amie qui nous aurait prêté son journal intime, Marine nous permet de la suivre dans son aventure. Un carnet de bord qui ne cache rien des moments difficiles et des instants d’extase. Une belle leçon de vie, de courage, de force, de persévérance, de lâcher-prise et de résilience.

L’aventure continue

Suite à la lecture de son livre, j’ai eu grand plaisir à découvrir la page Facebook de Seper Hero. Je vous invite vivement à rencontrer Marine à travers ses vidéos. La jeune femme est nature, spontanée, débordante d’une énergie contagieuse, souriante, drôle. De sa voix grave, légèrement éraillée, elle est capable en quelques minutes de mettre du soleil dans votre journée. Ne me croyez pas sur parole : testez !

« Seper Hero » – Marine Barnérias – Editions J’ai Lu

Page Facebook Seper Hero ! <3

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Marie Lili Créations: les bienfaits de la lithothérapie à travers des bijoux personnalisés

lithotherapie-marielilicreations-blogbeattitudes

Sa passion est née d’un premier appel des pierres… Sa vocation pour la lithothérapie se confirmera lors d’un soin énergétique qui lui laissera un souvenir immuable. Depuis, Marie Echinard, entourée de minéraux, en apprend chaque jour les mystères, les vertus, les pouvoirs. Sous son nom de créatrice, Marie Lili crée de très beaux bijoux énergétiques sur-mesure.

Comment as-tu commencé à t’intéresser aux pierres ?

Le point de départ de ma passion pour les pierres, date d’environ 20 ans. Tout a commencé par un soin énergétique chez un homme extraordinaire. Une de ces rencontres rares qui vous marquent pour la vie ! Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre mais c’était un rendez-vous sur lequel je misais beaucoup puisque j’étais à une période de ma vie où mon énergie vitale ne devait pas être loin de zéro ! Ses pierres exposées dans cette jolie vitrine m’ont tout de suite « appelée »: j’ai choisi une améthyste : la première pour moi qui fut le début d’une belle histoire d’amour. Je me rappelle cette sensation comme si c’était hier…

Cet amour des pierres ne m’a jamais vraiment quittée. Lorsque j’ai décidé d’arrêter de travailler à la naissance de mon fils, j’ai choisi également de m’occuper de moi, de faire ce que je ne m’étais jamais permis jusqu’ici. J’ai donc suivi des stages en diverses thérapies douces, j’ai testé, pris le temps, médité… Et la lithothérapie m’est apparue comme une évidence. J’ai donc commencé à créer des bijoux pour moi et, de fil en aiguille, pour mes amis, les amis des amis et finalement je ne me suis plus arrêtée!

As-tu eu l’occasion de vivre un soin particulier avec des pierres ?

Ma première VRAIE expérience avec les pierres a eu lieu le jour d’une formation  en lithothérapie. Après avoir étudié les propriétés des pierres, une première journée fascinante, ma conscience ne pouvait malgré tout s’empêcher de rester sceptique. Je me demandais comment et pourquoi on pouvait affirmer que les cristaux étaient vivants, qu’ils entraient en contact avec l’humain en envoyant des énergies propres à chacun. Ca paraissait tellement loin de notre réalité.

La journée se terminait par une dernière méditation, accompagnée de pierres à disposer sur les chakras. Une palette de pierres nous était proposée. Je me suis donc naturellement dirigée vers celles qui « m’appelaient ». La formatrice Aude Martignon, Naturopathe à Cannes, me fit alors remarquer que les pierres que j’avais choisies étaient assez puissantes et que, peut-être, je devais m’orienter vers des minéraux plus doux. Mais, peur de rien, je persistai avec mes pierres dont une obsidienne larme d apache, qui fut je pense à la source de ce que je vivrai ensuite.

Allongée, les pierres placées sur mes chakras, sur une musique douce et envoutante, je vivais là la plus belle méditation de ma vie. Celle qui te fait rendre compte du pouvoir de l’esprit. Une méditation où ton corps « n’est plus » et ton inconscient voyage au milieu de couleurs magnifiques, tellement lumineuses. Je ressentais un bien-être indescriptible, tout en me demandant « est-ce bien moi qui suis en train de vivre cela ? Je peux ? J’ai le droit ? »  Au « réveil », j’étais en larmes, déboussolée, tellement heureuse d’avoir eu la chance de vivre cela et convaincue du réel pouvoir énergétique des pierres sur nous.

Est-ce que la lithothérapie peut nous aider au quotidien ? A gérer ou améliorer nos maux physiques, psychiques ?

Depuis la nuit des temps, dans toutes les civilisations, les hommes ont porté des bijoux en pierres naturelles, comme symboles divers : autorité, fécondité, richesse, protection ou comme objets magiques. Utiliser des minéraux pour se sentir bien n’a donc rien de nouveau. L’efficacité de la lithothérapie n’a pas encore été prouvée scientifiquement, pour autant, elle fait ses preuves au quotidien.
Les pierres ne sont pas des corps inertes. Malgré leur apparente stabilité moléculaire, elles sont composées de divers éléments chimiques (lithium, fer, magnésium…) qui vont émettre leurs propres ondes et transporter ainsi l’énergie des éléments et avoir un effet sur la santé. La médecine traditionnelle  va donner du magnésium, du fer, du cuivre, du lithium sous forme orale.  La lithothérapie elle, fournit aussi à notre corps l’élément chimique dont il a besoin mais par voie énergétique, c’est-à-dire rayonnement d’ondes. Je passe encore certainement plus de temps à lire et m’informer, qu’à créer. La lithothérapie est une matière infiniment grande et je suis encore a l’orée du bois…  Les meilleures encyclopédies restent encore, à mon sens, les expériences et les témoignages qui nous en apprennent beaucoup sur l’efficacité des pierres.

Quelles sont les méthodes pour trouver la ou les pierres qu’il nous faut ? Certains parlent du signe astrologique, d’autres prônent plutôt « l’appel » de la pierre ? Qu’en penses-tu ?

Il y a plusieurs méthodes pour choisir une pierre. La plus communément proposée, est celle de l’instinct. En effet, l’inconscient recèle une multitude d’informations sur nos besoins physiques, psychiques et émotionnels. Cette méthode n’est pas mauvaise en soi  puisqu’une pierre peut en effet « appeler » un organe malade en émettant la même longueur d’ondes. Ceux qui n’ont pas confiance en leurs propres sensations ont toutefois la possibilité d’objectiver ce choix en ayant recours à des conseils précis en lithothérapie. C’est ce que la plupart de mes clients font avec moi. Dans ce cas, je travaille avec mes connaissances, divers ouvrages, mais également des témoignages. J’aime aussi travailler au ressenti. Dans ce cas, je propose à la personne de me donner une photo d’elle, seule et récente et je lui fais part ensuite de mes ressentis  quant à ses besoins.  Enfin, l’expérience me prouve que le signe astrologique de la personne peut être une base très révélatrice. Il permet de mettre en exergue des traits de caractères spécifiques et aide ainsi à choisir les pierres adaptées. 

Existe-il une pierre qui est bonne pour nous en permanence ou doit-on changer de pierres en fonction de ce que nous traversons, des problématiques à gérer ?

Je dirais une fois de plus qu’il faut savoir s’écouter. Par moment nous avons juste besoin de réconfort et de douceur, dans ce cas, on peut porter un quartz rose. Mais parfois, un véritable coup de fouet est nécessaire, plus de vitalité, de confiance. Alors, on peut choisir, une citrine, une cornaline ou un jaspe rouge !
Face à certaines situations nous avons besoin de nous sentir plus forts et protégés énergétiquement. Pour cela, il faut se tourner vers l’œil de tigre ou la labradorite.
Lorsqu’à un moment de notre vie, nous ressentons l’envie de travailler en profondeur sur nous-même, alors l’obsidienne ou la moldavite sont appropriées.
Pour ma part, je ne quitte jamais ma labradorite. Grâce à elle, je me sens « au complet », protégée, prête à affronter ma journée sans me sentir « atteinte » par qui que ce soit.

Existe-il de « mauvaises » pierres ? Des pierres qui auraient un effet négatif en fonction des personnes et des moments ?

Oui certaines pierres ne conviennent pas à tout le monde. Par exemple, l’obsidienne œil céleste est une pierre puissante qui engage un profond travail sur soi. Si on n’est pas prêt à vivre cela, on peut ressentir des effets très désagréables comme des vertiges et un mal-être. Un autre exemple avec l’oeil de tigre. Je suis convaincue que cette pierre que nous voyons un peu partout, qui orne souvent nos bijoux,  ne se porte pas en permanence. Elle nous protège des attaques énergétiques extérieures, du mauvais œil, des mauvaises intentions. Cependant, lorsque l’œil de tigre n’a pas « besoin » de travailler contre une énergie extérieure négative, et qu’il « s’ennuie », il peut alors faire ressortir nos propres côtés négatifs et nous les renvoyer en pleine figure. En cela, l’œil de tigre est déconseillé pour les personnes dépressives. Je fais également très attention aux pierres que j’utilise pour les enfants. Très sensibles, ils sont de véritables éponges à énergies.

Quelles sont les étapes pour créer un bijou ?

Les envies et les besoins des personnes qui prennent contact avec moi, varient considérablement. Certains cherchent juste une jolie création, d’autres évoquent une véritable détresse, la plupart recherchent un bijou esthétique lié à un certain nombre de bienfaits. Lorsque les attentes sont trop profondes,  j’invite les personnes à consulter un médecin ou le thérapeute qui me semble pouvoir répondre à la situation. Il m’arrive ainsi parfois de « passer le relais ». Sinon, je propose un petit entretien ou un travail de ressenti avec la personne. Je note tout précisément, et je fais mes recherches. Une fois le choix des pierres validé, je crée et présente le bijou réalisé, le plus souvent en photo. Si le client est satisfait, je lui envoie la création. Cette méthode me permet de travailler sur toute la France.

Des conseils pour utiliser, porter, nettoyer, recharger les pierres ?

Toutes les pierres doivent être entretenues, déchargées et rechargées avec précaution. La fréquence dépend de l’intensité de l’usage. Pour ce faire, il suffit d’immerger la pierre dans de l’eau déminéralisée ou une eau de source. Puis, selon le type de pierres, il faut la laisser se recharger soit au soleil soit à la lune. En revanche, certaines personnes vivent mal l’énergie de la pleine lune. Dans ce cas et comme toujours, je conseille de se faire confiance, et d’éviter la recharge dans cette phase, afin d’éviter de donner à sa pierre une vibration qui ne nous conviendrait pas. Concernant les bracelets je conseille seulement un filet d’eau pour éviter d’abimer les composants. Par ailleurs, les pierres peuvent également être rechargées sur un amas de quartz ou, en radionique, c’est à dire sur des symboles géométriques tels que la fleur de vie ou la barre d’atlante, qui émettent des ondes vibratoires bien spécifiques. Le taux de vibration des pierres peut être vérifié au pendule sur l’échelle de Bovis.

Pour voir les réalisations de Marie et commander votre bijou:
La Page Facebook de Marie Lili Créations

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Fibromyalgie, la maladie invisible. Marie témoigne.

fibromyalgie-blog-beattitudes
credit photo: Jérôme Lollo

Marie Capriata est une illustratrice talentueuse qui vit juste à côté de chez moi dans un petit village des hautes-côtes de Nuits. Les dessins qui illustrent l’article sont d’elle bien évidemment. Marie est atteinte de fibromyalgie, un nom un peu barbare pour un mal qui ne l’est pas moins. La fibromyalgie en effet, non contente d’être douloureuse et invalidante, est en outre sournoise car invisible à l’œil nu, difficile à diagnostiquer, méconnue par le corps médical, inconnue du grand public et rarement reconnue par l’entourage familial, social, professionnel. J’avais envie d’en parler d’une part parce que je connais Marie et que c’était l’occasion de mettre un nom sur ses souffrances si longtemps restées sans réponses. L’occasion de remettre quelques pendules à l’heure. L’occasion enfin, à travers le témoignage de Marie, d’aider certaines et certains à se reconnaître dans ce parcours et peut-être apporter des pistes, des débuts de solution pour alléger un quotidien douloureux.

La fibromyalgie c’est quoi ?

Ce syndrome longtemps perçu comme un mal psychique est désormais reconnu comme une maladie à part entière. Bien sûr, elle est parfois associée à une souffrance psychique (anxiété, dépression) car la douleur et la fatigue affectent grandement le moral et la qualité de vie des personnes atteintes de fibromyalgie.
Les symptômes sont nombreux et comme peu de signes cliniques sont apparents, la maladie est très difficile à diagnostiquer. Par exemple on ne peut pas déceler la fibromyalgie aux examens sanguins habituels, ni à la radio, ni au scanner. Parfois, les symptômes s’apparentent à d’autres maladies telles que polyarthrite rhumatoïde, lupus, maladie de Lyme. Les personnes atteintes de la fibromyalgie ne développent pas toujours, heureusement, la totalité des symptômes associés à la maladie mais il en existe un certain nombre que je listerai à la fin de l’article. Les femmes sont plus touchées que les hommes (75% de fibromyalgiques sont des femmes). Ce qui peut vous alerter et qui concerne la grande majorité des personnes atteintes de cette maladie est une importante fatigue chronique, des douleurs diffuses et lancinantes aux muscles, tendons, ligaments et à la peau, des troubles du sommeil, des migraines, un inconfort digestif…
Quand on parle de douleurs, on parle de vraies douleurs et quand on parle de fatigue, on parle de vraie fatigue. Pour que vous imaginiez bien ce que vit une personne atteinte de fibromyalgie, imaginez-vous vous réveiller après une journée de sport intensif, plein de courbatures. Des muscles endoloris et des mouvements douloureux nécessitant d’énormes efforts sont le lot quotidien de cette personne. Quant à la fatigue il s’agit plus exactement du SFC, Syndrome de Fatigue Chronique. La personne souffre d’épuisement. Contrairement à la fatigue habituelle, la fatigue chronique ne s’améliore pas malgré une bonne nuit de sommeil et les personnes se réveillent épuisées avant même de devoir commencer leur journée.
Afin de mieux dépister la maladie, le Collège Américain de Rhumatologie (ACR) a, en 1990, décrit neuf points bilatéraux, soit 18 points répartis sur certains muscles du corps. Lorsque 11 points sont douloureux à la pression, le sujet a, selon ACR, 88% de risques d’être atteint de fibromyalgie.

fibromyalgie-douleurs-beattitudes

L’histoire de Marie

Jeune fille, Marie est sportive, active. Elle adore les concerts, faire la fête, marcher longuement dans la nature, courir. Une enfant et une ado pleine de vie et en pleine forme en somme. Pourtant, à 17 ans, l’année du BAC, les choses se corsent. Sans raisons apparentes, soudainement Marie souffre de grandes fatigues et de spasmophilie. Dans les années qui suivent elle développe une candidose (problèmes intestinaux) et des intolérances. « J’ai suivi un régime intensif sans œufs, sans gluten, sans sucre. J’ai perdu 15 kilos en 6 mois. Aujourd’hui tout va bien à ce niveau là et j’ai repris un régime alimentaire normal. Il y a des choses qui s’améliorent et d’autres qui apparaissent. Les douleurs aux jambes par exemple et le fait de ne pas pouvoir rester longtemps debout, d’avoir besoin d’une canne désormais pour pouvoir marcher plus longtemps. Certains jours je me réveille vaseuse comme un lendemain de soirée bien arrosée, avec des vertiges et complètement crevée. D’autres jours, je me sens mieux. On ne sait jamais quand on va se sentir mal et par conséquent, on ne peut pas prévoir grand chose. » En 2017, le médecin qui la suit dépiste une fibromyalgie. Marie a 39 ans.

fibromyalgie-beattitudes-blog
credit photo: Jérôme Lollo

« Bien sûr la fatigue, les crises d’angoisses, les douleurs sont difficiles à supporter mais je crois que j’ai bien plus souffert encore de l’incompréhension de certaines personnes de mon entourage. Le jugement des autres est très violent. J’ai trop souvent entendu dire « bouge-toi. Fais du sport. C’est dans ta tête. Si tu es fatiguée, prends un café. » On passe pour quelqu’un de faible, de feignant alors que c’est tout le contraire. Ils ne s’imaginent pas l’énergie qu’il faut déployer au quotidien. Je n’avais rien à leur rétorquer puisque moi-même je ne savais pas ce dont je souffrais. J’en arrivais parfois même à les croire, ce qui me culpabilisait d’autant plus. J’essayais alors de me mettre au diapason en puisant dans mes ressources mais je le payais cher après, pendant plusieurs jours. »
Le peu d’énergie qu’elle a, Marie le met au service de son activité d’illustratrice. En revanche, il y a beaucoup moins de sorties, plus d’activités sportives. Au fil du temps, la vie sociale s’en fait ressentir et la vie amoureuse surtout. « C’est très difficile de vivre avec quelqu’un avec qui on ne peut rien prévoir, qui est presque constamment fatigué. Être au courant que sa compagne est malade est une chose, vivre avec en est une autre. Je ne peux pas blâmer les personnes qui sont parties, celles qui se sont éloignées. La colère que je ressens, c’est contre ce vaccin qui a ruiné certaines relations qui m’étaient très chères, essentielles (…) Je dois également faire le deuil de ce que j’aimais faire avant : le sport, les concerts, les sorties. Je sais aujourd’hui que je ne serai jamais maman. J’ai le sentiment d’être dans la survie plus que dans la vie, d’être l’ombre de la femme que j’aurais aimé être, néanmoins, je reste pleine d’espoir et de projets. C’est juste que ces derniers sont différents aux vues de ma situation. Le diagnostic a été posé et les causes ont enfin été établies après 23 ans de questionnements. Ainsi, je retrouve une certaine force intérieure, je suis plus philosophe et bien plus détachée du jugement d’autrui . Reste à apaiser cette colère que je que ressens comme une injustice, pour moi comme pour tous ceux qui souffrent, en raison de mauvaises réactions à certains vaccins».

Il faudra attendre près de 24 ans et une séance de biorésonance pour enfin comprendre quelle est l’origine du problème. Le vaccin de la polio inoculé à trois reprises serait responsable de la fibromyalgie de Marie. Au lieu de créer des anticorps, son organisme aurait développé une poliomyélite amoindrie, une polio bénigne si je puis dire, dont on ne meurt pas en tout cas, mais pour autant très douloureuse et handicapante. Le carnet de santé semble corroborer les dires de l’intelligente machine. Quelques mois après le rappel des 10 ans, Marie consulte le médecin pour fatigue et spasmophilie. En 1996, le dernier rappel correspond à l’époque où Marie 18 ans, déclenche véritablement la maladie…
En 2018, enfin, Marie comprend et peut elle-même expliquer aux autres l’origine du mal qui la ronge, d’où il vient, ce qu’il est vraiment. Bien sûr, ce n’est pas une guérison mais quel soulagement enfin d’avoir la preuve que non, ce n’est pas dans la tête, oui la souffrance est réelle, non il ne suffit pas d’un coup de pied aux fesses et d’un café pour aller mieux… « Je suis en pleine phase d’acceptation car je dois encore faire le deuil de ma vie d’avant mais je ne ressens plus de honte, ni de culpabilité par rapport à cette maladie. J’ai écarté les personnes toxiques qui me jugeaient sans essayer de comprendre. J’apprends à respecter mon corps, à ne pas dépasser mes limites. Je prends soin de moi. Etrangement, même si je sais qu’il n’existe pas de traitement, je me sens plus sereine, je m’écoute davantage et je ne désespère pas d’être plus en forme un jour. Et puis, j’apprends à regarder le verre à moitié plein. J’ai mal aux jambes certes mais pas aux bras et je peux m’adonner à l’illustration, qui est tout à la fois ma passion et mon métier. Je peux jouer de la guitare et m’occuper de mes animaux. J’attends également ma carte prioritaire après avoir monté un dossier avec mon médecin à la MDPH. En plus d’une vraie reconnaissance de ma maladie, cela m’ouvrira de nouveaux horizons, j’aurai à nouveau accès à des lieux qui me tiennent à cœur comme des salles de concerts et des musées adaptés.»

A l’origine de la fibromyalgie, des soupçons inquiétants

L’origine de la maladie reste assez nébuleuse. Elle serait le résultat d’un dérèglement neurologique qui perturberait la production d’hormones cérébrales. Un traumatisme physique ou émotionnel peut en être le déclencheur mais une origine virale ou génétique est également envisagée.
Et puis, il y a le cas de Marie inquiétant. Elle n’est pas un cas isolé. Des études ont été menées mais non publiées et interrompues, sur de potentiels liens entre la fibromyalgie, le syndrome de Fatigue chronique et le vaccin de la polio. Tout reste à démontrer mais le Dr William Campbell Douglas, connu pour ses recherches aux Etats-Unis sur la face cachée du SIDA, a publié sur Internet des bulletins qui vont dans ce sens.
Il écrit : « Le vaccin Salk a échoué complètement. Et le vaccin Sabin a été un désastre : il a causé de nombreux cas de polio et n’a pas fait disparaître la maladie, au contraire il a provoqué un pic épidémique dû au vaccin lui-même dans les années 1960. Nous avons maintenant un document qui émane des Annales de l’Académie des Sciences de New York qui indique de façon absolue que la polio n’a absolument pas disparu mais qu’elle se manifeste sous la forme du syndrome de fatigue chronique […] Le changement du virus au lieu de son élimination n’est pas un phénomène nouveau. Déjà en 1934 il y eut à Los Angeles une épidémie de « polio atypique » et en 1939, en Suisse, une épidémie de syndrome de fatigue chronique appelée « Poliomyélite avortée ». Après l’introduction des vaccins polio, l’augmentation de nouvelle polio a été rapide et cela fait 40 ans que les neurologues ont reconnus le fait. Les termes « atypique » ou « avorté » ont été complètement abandonnés car ils auraient fait ressortir la terrible réalité, à savoir que la polio était plus présente que jamais et qu’elle était due à la vaccination. » Ça fait froid dans le dos…
Bien sûr nous sommes inégaux face aux maladies et là où certains vont développer un syndrome, d’autres n’auront jamais aucun symptôme. Tout dépend de nos systèmes immunitaires, nos terrains propres et des facteurs déclencheurs.

Des solutions…

illustration fibroA l’heure actuelle, aucun traitement n’existe pour soigner la fibromyalgie. Ça, c’est la mauvaise nouvelle. Du côté des bonnes nouvelles, certaines méthodes alternatives permettent d’établir un diagnostic, d’identifier la source du problème pour mieux l’appréhender et de soulager les symptômes associés à la maladie.
Marie a découvert la nature de sa maladie et sa source grâce à la biorésonance. Qu’est-ce que c’est ? Une sorte de machine qui interroge la mémoire cellulaire. Plus précisément, il s’agit d’une thérapie héritée de la médecine traditionnelle chinoise et enrichie des nouvelles technologies de la médecine quantique, qui se fonde sur l’analyse des énergies émises par les cellules du corps. La biorésonance consiste à enregistrer et à modifier, avec un appareil particulier, les ondes électromagnétiques émises par le corps. Celles-ci présentent un spectre typique pour chaque personne, formé de parties harmonieuses (saines) et discordantes (malades). Les signaux émis par le corps sont captés par des électrodes, transmis dans un appareil où ils seront modifiés et renvoyés dans le corps au moyen d’autres électrodes. Cette opération permet d’éliminer les ondes malsaines et d’activer le potentiel d’auto-guérison du corps. Cette thérapie énergétique met à jour les véritables causes des maladies souvent dissimulées. La biorésonance permet donc de détecter la fibromyalgie mais aussi les maladies qui lui sont associées telles que la candidose afin de mieux les traiter. La biorésonance permet en outre de découvrir la source du mal. Cela peut aider à mieux comprendre la maladie, mieux l’appréhender et sans doute à mieux l’accepter. Enfin, cet appareil permet de mettre en place une thérapie particulièrement adaptée à chaque personne, personnalisée en termes de nature du traitement et de posologie.

Malgré la fatigue et les douleurs corporelles, il faut continuer à faire de l’exercice. Marcher 10 minutes par jour par exemple. Surtout, il faut connaître ses limites, ne jamais les dépasser et apprendre à répartir son énergie dans la journée. En revanche, il ne faut surtout pas rester dans l’immobilisme qui a tendance à aggraver les symptômes.

La fibromyalgie entraîne des insomnies. Certaines plantes peuvent aider à retrouver des nuits plus paisibles. Marie a réussi à améliorer son sommeil grâce à la passiflore. On peut imaginer que la sophrologie saurait également être une aide précieuse en ce domaine.
La kinésithérapie, la somatothérapie et l’acupuncture permettent à Marie de soulager ses douleurs, tandis que le magnétisme, associé à l’étiopathie, tend à éliminer ses angoisses (agoraphobie, claustrophobie). Bien entendu, si la thérapie choisie est importante, le choix du thérapeute l’est tout autant. Là où le bât blesse en revanche, c’est le manque de prise en charge de ces différentes méthodes. Apaiser ses douleurs a donc un coût…
On peut se tourner aussi vers les fleurs de Bach, l’homéopathie, les plantes médicinales pour apaiser l’inconfort des symptômes fibromyalgiques et bien entendu la psychothérapie pour faciliter l’acceptation de la maladie.
On commence à parler davantage de la fibromyalgie mais des centaines de personnes attendent encore que leur mal soit enfin reconnu comme une maladie à part entière, douloureuse et invalidante. Espérons que les choses bougent rapidement !

Liste exhaustive des symptômes de la fibromyalgie :

fibromyalgie-illustration marie capriata
⦁ Acouphène, sifflements ou bourdonnements d’oreilles
⦁ Allergie : diverses réactions peuvent se produire sur la peau, aux yeux, dans le système digestif ou dans les voies respiratoires.
⦁ Amygdalite et laryngite
⦁ Anxiété
⦁ Apnée du sommeil
⦁ Articulation temporo-mandibulaire : les ATM se situent de chaque côté du visage, immédiatement devant les oreilles, à l’endroit où l’os temporal du crâne est relié à la mâchoire. L’ATM peut crépiter, se déboîter, se sub-luxer.
⦁ Asthénie et fatigue chronique
⦁ Perte d’audition
⦁ Baisse des performances physiques
⦁ Baisse des performances intellectuelles
⦁ Baisse des performances sexuelles et surtout de la libido
⦁ Sécheresse de la bouche et ouverture en grand difficile
⦁ Bouffées de chaleur
⦁ Brouillard : impression de vivre dans le coton, « à côté de ses baskets »
⦁ Bruxisme : dents qui grincent
⦁ Symptômes qui s’apparentent au syndrome du canal carpien
⦁ Circulation sanguine perturbée avec une sensibilité exagérée au froid
⦁ Collets dentaires sensibles et fragiles (déchaussement des dents)
⦁ Colon irritable
⦁ Manque de concentration, perte de mémoire à court terme
⦁ Démangeaison de la peau qui devient sèche et dure. Grattage des mollets et des avants-bras
⦁ Maux de dents, sensibilité au chaud et froid
⦁ Dépression associée à un état anxieux permanent, parfois à une perte d’appétit, à des crises de panique, de larmes. Idées suicidaires même si le passage à l’acte est plus rare.
⦁ Irritabilité et sautes d’humeur
⦁ Difficultés pour monter et descendre un escalier avec douleurs vives et parfois genou qui lâche
⦁ Difficultés pour lever et baisser les bras
⦁ Difficulté pour s’exprimer, parler : extinction de voix, dysphonie
⦁ Douleurs à la tête : les migraines souvent incluent une douleur faciale et au fond de l’orbite
⦁ Douleurs spontanées, diffuses et lancinantes au niveau des muscles, des tendons, des ligaments et de la peau. Aucune partie du corps n’est épargnée
⦁ Règles douloureuses
⦁ Endométriose
⦁ Dyspareunie : douleurs pendant les rapports, douleurs vulvaires
⦁ Dysphasie : difficultés à avaler, fausses routes
⦁ Douleur thoracique unilatérale empêchant de respirer profondément
⦁ Engourdissement des membres et sensation de fourmis : les doigts ne supportent pas le froid et en hiver la main reste froide comme pour la maladie de Raynaud
⦁ Impatience : syndrome des jambes sans repos
⦁ Fatigue extrême après une activité minimale, épuisante et chronique. A peine levé, le patient ressent le besoin de se recoucher.
⦁ Risque d’infertilité masculine
⦁ Perte de la force
⦁ Maladresse : la patient lâche des objets. Il se heurte, se cogne, se blesse sans raison apparente
⦁ Hypersensibilité à tout ce qui l’entoure : lumière, bruit, odeurs, chaud, froid, cigarette… mais aussi aux allergènes (médicaments, aliments, additifs alimentaires, pollution…)
⦁ Myoclonies nocturnes : contraction musculaire des jambes
⦁ Palpitations cardiaques, malaises
⦁ Panique, crise d’angoisse
⦁ Pieds douloureux à l’appui. La station debout ou la marche blessent le pied et produisent des blessures : cors, durillons, ampoules.
⦁ Photophobie
⦁ Raideur : mouvements entravés après avoir gardé ne serait-ce que 30 minutes la même position
⦁ Problèmes de thyroïde
⦁ Vessie irritable, fréquentes cystites sans infection
⦁ Vertiges

Sources :
« Prisonniers de la fibromyalgie, l’espoir retrouvé » du Dr André Marguin
Traduction d’un extrait du site du Dr William Campbell Douglas www.whale.to/w/douglas.html
Extrait du site : bioresonance-allergies.ch

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Les mystères du cycle féminin

cycle-feminin-blog-beattitudes

Combien de fois avez-vous déjà entendu dire « T’es mal lunée ? T’as des ragnagnas ? » C’est agaçant n’est-ce-pas ? Et pourtant ces insolents ne pensent pas si bien dire. Il est des vérités sur les femmes, la Lune et leurs cycles que nous ignorons, alors qu’elles font partie intégrante de notre nature profonde. Il serait peut-être temps d’arrêter de nier qui nous sommes, d’apprendre à respecter notre fonctionnement, nos profondeurs et à nous organiser pour vivre en harmonie avec nous-mêmes et les autres.

A trop vouloir égaler les hommes, nous en avons oublié que nous ne sommes pas tout à fait fichues comme eux. Dans les traditions ancestrales, les hommes sont identifiés à l’astre du jour et les femmes à l’astre de la nuit. La femme est reliée à la Lune et comme elle, elle est cyclique et traverse des phases, 4 pour être exacte. C’est sans aucun doute ce lien lunaire qui fait de nous des êtres changeants (inconstants diront certains), complexes (sans doute) et mystérieux (tant mieux)… Si nous voulons vivre en harmonie avec notre féminité, voire notre féminin sacré, il faut avoir connaissance de ces 4 périodes et autant que faire se peut, organiser sa vie en fonction d’elles. Et là, enfin, nous pourrons découvrir toutes les richesses qu’elles offrent.

Nous sommes tour à tour la Sorcière, la Vierge, la Mère et l’Enchanteresse 

Vous verrez que vous vous retrouverez certainement dans ces 4 phases, ainsi que dans les émotions et les attitudes qui leur sont liées. Vous allez enfin comprendre ce qui vous arrive, arrêter de vous culpabiliser, trouver chaque étape intéressante car toutes nous apportent quelque chose de différent et d’essentiel,  et apprendre à vous organiser pour vivre en harmonie avec ce cycle évolutif.

1-La Sorcière : développez votre intériorité

Cette phase commence avec l’arrivée des règles mais bien souvent chez la plupart d’entre nous, quelques jours avant. Elle prend fin quand cesse l’écoulement sanguin. Nous sommes le temps d’une semaine environ comme des vieilles femmes sages connectées avec notre intériorité et les mystères de la vie. C’est la phase la plus essentielle à comprendre à mon sens car c’est celle que nous nous sommes progressivement obligées à dissimuler, que nous nous sommes interdites de vivre pleinement. Vécue comme un tabou, quelque chose d’un peu sale, la menstruation est devenue la période à abattre. Tout a été fait dans nos sociétés modernes pour l’oublier. Il n’y a qu’à regarder les publicités pour les protections hygiéniques. Toutes ces femmes très actives, très sportives, ouvertes sur le monde et débordantes d’enthousiasme et d’énergie incarnent justement l’inverse de ce que nous sommes intrinsèquement durant cette phase. Voilà comment nait la culpabilité… De même qu’un tampon imbibé de sang n’est pas bleu mais bel et bien rouge, les règles ne sont pas une période d’activités et de réalisations. Et c’est un peu logique quand on y pense, non ?

Lorsque nous commençons à perdre notre sang, nous entamons une période de retrait, de calme, de repli sur soi et d’écoute intérieure. En effet, et c’est très intéressant, la phase sorcière permet l’expression des facultés intuitives. Elle nous permet, si on veut bien se mettre à l’écoute, de développer des qualités visionnaires, de percevoir l’invisible, le côté subtil des choses, des événements. Le développement soudain de cette sensorialité entraine dans son sillage une exacerbation des émotions. Nous sommes à fleur de peau, toucher par les événements qui se jouent autour de nous, plus sensibles, empathiques, plus tristes parfois, plus angoissées, plus irritables et en colère. Physiquement aussi, pour nous permettre de nous mettre à l’écoute, le corps ralentit. Nous sommes plus en rondeur, plus lourdes, plus fatiguées. Tout est logique, tout est cohérent, tout est raccord. La nature est bien faite, on le sait mais, hélas, nous préférons souvent l’ignorer.

Dans le (bon) ordre des choses, durant la phase sorcière, il serait donc bon de se couper du tumulte du monde, de diminuer les relations sociales. Parfois même s’éloigner des relations familiales aurait du bon. C’est difficilement possible dans notre société moderne mais il existe des tribus dans lesquelles la mère confie ses enfants à une voisine pendant ses menstrues. N’avez-vous pas remarqué comme nous manquons de patience avec nos enfants et notre compagnon dans ce moment là ? Ne ressentez-vous pas ce besoin impétueux d’être seule ? De rêvasser, de méditer ?
Cette connexion avec notre intérieur nous invite à la solitude et peut nous faire ressentir les dialogues inutiles. Cette attitude est normale. Ce désir d’être seule l’est aussi donc, dans la mesure du possible, tentez d’y répondre favorablement.

Pour vivre pleinement votre phase Sorcière :

  • Essayez de vivre consciemment votre période menstruelle. Evitez les tampons qui atténuent la perception de l’écoulement du sang. Il m’est parfois arrivé d’oublier que j’avais mes règles à cause des tampons. Or ça ne s’oublie pas, ça se vit.
  • Ralentissez votre rythme, celui de votre travail si vous le pouvez sinon diminuez les activités annexes.
  • Dormez davantage. Couchez-vous plus tôt et essayez de faire la sieste si possible.
  • Aménagez-vous des temps solitaires pour rêvasser, méditer, vous occuper de vous…
  • N’hésitez pas à faire garder vos enfants ou à les confier au papa le temps d’un samedi par exemple.
  • Ménagez vos émotions en évitant toutes informations anxiogènes et toutes formes de stress véhiculées par la TV, les infos, les réseaux sociaux. Se couper du monde c’est aussi (et surtout) se couper du monde virtuel !
  • Soyez attentives à vos rêves. Durant cette phase, rappelez-vous que vous accédez à plus de visions prophétiques, à plus d’expériences mystiques…
  • Soyez attentives aussi à vos pensées, aux nouvelles idées qui émergent…

La sorcière et la Lune :

Votre énergie de sorcière sera plus ou moins accentuée en fonction de la phase lunaire. Si vos règles se déclenchent au moment de la Pleine Lune, vous aurez tendance à exprimer ce qui compose votre vie intérieure, sombre et mystérieuse, dans le monde apparent. Tandis que si vos règles ont lieu en période de Nouvelle Lune, vous communiquez davantage avec votre subconscient, votre inconscient, votre intuition, vos profondeurs et vous prenez conscience que le monde visible coexiste avec d’autres plans subtils.
        

2-La Vierge : renouveau énergétique pour soi-même

Elle débute dès la fin de vos règles. La fatigue, la lenteur, les énergies sombres vécus pendant la menstruation se sont transformés en un nouveau dynamisme. Durant cette période de repli sur soi que sont les règles, vos introspections, vos méditations, vos rêves vous ont sans doute apporté des idées, des leçons. La vieille femme sage que vous étiez alors, vous a soufflé des enseignements que la jeune femme Vierge pleine de vigueur que vous êtes devenue va pouvoir exprimer. La femme Vierge a ici, le pouvoir de régénérer son existence grâce à un dynamisme, un enthousiasme et une confiance renouvelés. Le corps redevient léger, plus résistant, tandis que notre vitalité psychique augmente. Nous avons moins besoin de repos, de sommeil. La joie de vivre se fait sentir dans nos relations aux autres, notre enthousiasme au travail, notre sexualité. Nous sommes plus coquettes, plus joueuses, plus amoureuses ou en tout cas plus démonstratives. Pour celles qui sont en couple, le premier acte sexuel qui suit les règles, régénère le lien qui vous unit à votre partenaire, rappelant chaque fois symboliquement votre tout premier corps à corps.

C’est un peu notre phase « Warrior » ou super-héroïne si vous préférez. Nous nous sentons plus fortes, indépendantes, déterminées malgré les obstacles. Notre esprit est clair, organisé, aiguisé, inspiré, concentré. C’est le moment idéal pour mettre à exécution de nouveaux projets. Notre femme Vierge correspond à notre nature active profonde, à l’expression de ce que nous ressentons intuitivement et profondément.

Nous rayonnons. C’est le moment idéal de sortir, de s’amuser et de privilégier les relations, la communication. Professionnellement, grâce à notre dynamisme et notre endurance, c’est l’occasion également de rattraper l’éventuel retard pris pendant la phase sorcière.

Pour vivre pleinement votre phase Vierge :

 

  • Vous êtes pleine d’entrain. Profitez-en pour faire du sport et vous occupez de votre corps.
  • Vous pouvez travailler davantage si cela peut vous permettre de ralentir pendant la phase Sorcière.
  • Mettez en place vos nouveaux projets.
  • Privilégiez les contacts humains.

 

3-La Mère : l’énergie créatrice au service des autres 

Elle débute à peu près au moment de l’ovulation apportant une belle énergie, une grande confiance en soi et un regard davantage tourné vers les autres. La phase mère est marquée par le don de soi. Nous sommes encore pleines de dynamisme mais au lieu d’utiliser cette force créatrice à des fins personnelles, nous sommes plus à même de la mettre à profit des autres. Nous sommes plus désintéressées par notre individualité, notre réussite et nos projets personnels, et à l’inverse plus à l’écoute des autres, prêtes à offrir du temps et de l’enthousiasme pour les gens qui nous entourent, notamment nos enfants, notre conjoint et plus largement notre famille et nos amis. Nous faisons cadeau de notre présence, de notre amour, notre bienveillance et nos compétences.

Liée à l’ovulation, cette période entraine souvent une forte pulsion sexuelle. Nos rapports nous apportent beaucoup de joie et l’amour que nous portons à notre partenaire devient plus profond. Nous sommes plus attentionnées avec lui mais aussi avec les autres. Ce désir d’aider autrui peut prendre une grande importance. Les énergies créatrices sont très puissantes et les rêves peuvent être très animés.

Pour vivre pleinement votre phase Mère :      

  • Utilisez cette période pour écouter les autres, les aider, leur donner des conseils, leur apporter de l’amour, des soins, de la bienveillance. Spontanément, ils seront plus réceptifs à votre compassion, plus aptes à vous écouter.   
  • Passez du temps avec vos enfants. Proposez-leur des activités qui sortent de l’ordinaire, jouez avec eux, aidez-les à apprendre. C’est la période pendant laquelle vous avez le plus de patience. Profitez-en !     
  • C’est le moment idéal de renouer avec des amis ou des parents perdus de vue.
  • Reconnectez-vous avec la nature. Prenez conscience du lien profond qui vous unit à la Terre Mère. Accueillez les forces de la vie qui vous entourent, l’énergie des arbres, le vent, le soleil, la pluie, les animaux…

La Mère et la Lune :

Une ovulation qui se produit au moment de la pleine lune, nous apporte la joie de vivre, le sentiment d’appartenir et de participer à la Création, au Grand Tout. Nous nous sentons plus que jamais reliées à notre terre mère.  Lorsqu’elle se déclenche avec la nouvelle lune, le cycle sème en vous des graines, celles de la connaissance de soi intérieure qui devra grandir et éclore.

4-L’Enchanteresse : retour progressif vers l’intérieur et transition délicate

Chez certaines d’entre nous, cette période peut être la plus intense avec un impact important sur notre vie quotidienne. Nous disposons encore d’une énergie dynamique mais qui décroit progressivement tout comme notre résistance physique. A l’approche de la phase Sorcière, nous commençons en effet petit à petit à nous tourner de nouveau vers notre intérieur. Nous prenons conscience des mystères fondamentaux, notre intuition s’accroit et nous pouvons devenir intolérantes aux considérations quotidiennes, trop terre à terre.

Nous devenons plus agitées le jour à travers une activité intense mais parfois désorganisée mais aussi la nuit. Nous avons besoin de repos et pour autant, notre hyperactivité cérébrale et nos capacités oniriques plus accrues ne favorisent pas la détente. Notre sommeil est moins réparateur. Il peut donc découler de cette période un état émotionnel marqué par l’agitation, une certaine nervosité, plus d’empathie et d’émotivité. Certaines d’entre nous peuvent éprouver de la colère et de la culpabilité si leur nervosité a un impact négatif sur leur relation avec leur entourage. On peut éprouver plus de difficultés à faire face aux contraintes et tracas du quotidien.

L’énergie créatrice si elle est mal canalisée peut s’avérer destructrice. D’ailleurs, souvent notre pulsion sexuelle se renforce et nous prenons conscience de l’effet que nous faisons aux hommes et du pouvoir que nous avons sur eux. Nos relations peuvent devenir plus érotiques, parfois plus agressives et davantage tournées vers notre plaisir personnel. Cette énergie, si elle est utilisée à des fins positives, peut s’exprimer à travers une créativité débordante.

Attention ! Nous sommes dans une période où l’énergie physique et les facultés intellectuelles diminuent tandis que les énergies créatrices et intuitives se développent. Lorsque ces deux courants énergétiques ne sont pas équilibrés, certaines d’entre nous peuvent faire preuve de comportements incohérents et de spectaculaires sautes d’humeur. Nous devenons critiques avec notre entourage, usant de propos acerbes, quitte à le regretter plus tard. Rien ni personne ne trouve grâce à nos yeux. C’est là que nos énergies créatrices doivent être exprimées à travers une activité quelle qu’elle soit et canalisées en respectant notre besoin de repli sur soi.

D’ailleurs, plus la fin de cette période approche, plus nous nous retranchons dans notre intériorité. Comme cette phase s’accompagne d’un besoin croissant de prendre conscience de notre monde intérieur, nous pouvons être davantage attirées par des ouvrages, des outils et des thérapies ayant trait à la psychologie, la psychanalyse, la spiritualité, l’ésotérisme.  

 La fin de cette période est également marquée par une conscience accrue du monde matériel. Pour celles qui sont particulièrement à l’écoute, nos sens s’aiguisent et parallèlement nos facultés médiumniques et intuitives se développent. Cette double sensibilité nous donne parfois l’impression d’évoluer entre monde physique et univers subtil, entre monde visible et invisible. 

 
 Pour vivre pleinement votre phase Enchanteresse :

  • Utilisez les techniques de relaxation pour lutter contre l’hyperactivité mentale, le manque de concentration et l’agressivité qui peut en découler.
  • Choisissez une activité (peinture, dessin, photo, écriture, sculpture…) qui servira d’exutoire à votre énergie intuitive, émotive, créatrice débordante.
  • Si vous vous sentez intolérante et critique vis-à-vis de votre entourage, évitez les conversations approfondies et les échanges intimes. Evitez d’ailleurs de vous exprimer à chaud sur des choses qui vous agacent. Ou bien faites-le seule, histoire d’expulser malgré tout.
  • Essayer de vous reposer davantage, histoire de ne pas entrer dans votre période de menstruation déjà bien fatiguée.
  • Prenez le temps d’ores et déjà de vous détendre et de vous isoler. Observez votre façon de vivre et pensez à ce que vous aimeriez changer.
  • Eviter autant que possible les activités qui demandent une concentration prolongée et des gestes précis.

 

Conclusion :

Il est peut être très intéressant de déterminer comment fonctionnent vos cycles, si vos règles et votre ovulation se produisent en Pleine Lune ou en Nouvelle Lune. Cela vous donnera une orientation sur votre énergie du moment. A plusieurs reprises durant notre existence, notre cycle se ré-harmonise avec les différents cycles de la Lune, en fonction de ce que nous traversons et des énergies créatrices qui se mettent en place sur nos chemins.

J’espère que cette synthèse, inspirée par l’ouvrage de Miranda Gray,  vous aidera à comprendre ce qui vous arrive, comment vous fonctionnez, comment vous organiser pour vivre au mieux et pleinement votre féminité. J’espère qu’en lisant ceci et en l’expérimentant, vous aurez envie de partager ces connaissances avec d’autres femmes, que vous oserez en parler autour de vous afin que nous reprenions la place qui est la nôtre, sans être jugée. J’espère que vous prendrez conscience de l’être extraordinaire que vous êtes, capable d’interagir avec le monde physique et les mondes subtils. Quelle que soit la phase que vous traversez, vivez la intensément, soyez fière d’être une femme, d’être complexe, d’être unique.

Source : « La Femme Lunaire – Les forces du cycle féminin » Miranda Gray, éditions Jouvence.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Ecouter le cœur des arbres

le-coeur-des-arbres-beattitudes

J’ai lu récemment dans un article, adorablement partagé par un fidèle de Béattitudes, (merci Benjamin ! 😉 ) que des chercheurs venaient de découvrir que les arbres avaient une sorte de battements de cœur. Extraordinaire, n’est-ce-pas ? Pourtant cela ne m’étonnait guère puisqu’il me semblait les avoir déjà ressentis lors de mes étreintes, pendant mes écoutes sensorielles.

Pourtant, quelle ne fut pas ma désillusion lorsqu’en poursuivant ma lecture, je découvris que ces battements étaient si lents que les scientifiques ne les avaient jamais remarqués. Lents comment ? Toutes les deux heures… Ce n’est donc pas ce « coeur des arbres » là que « j’entends »…

Qu’en est-il de ce pouls étudié par les chercheurs ?

Bien sûr, nous savons depuis longtemps que les arbres sont vivants, plus récemment qu’ils sont interconnectés grâce à un réseau souterrain et qu’ils communiquent entre eux… Quant à ces battements de cœur, des scientifiques ont découvert l’année dernière que, pour faire circuler l’eau, les troncs et les branches des arbres se contractent et se dilatent. Ainsi, ils pompent l’eau des racines afin de la faire remonter jusqu’aux feuilles, un peu comme notre cœur pompe le sang. Formidable!

Comment ont-ils fait pour découvrir cela ? En 2017, les scientifiques András Zlinszky et Anders Barfod de l’Université d’Aarhus aux Pays-Bas, ont sélectionné 22 espèces d’arbres différentes. Ils les ont ensuite isolées dans des serres et observées uniquement de nuit, afin d’exclure de l’étude les facteurs vent et soleil. Ils ont ainsi remarqué que, toutes les deux heures, les branches de plusieurs d’entre eux montaient et descendaient d’environ 1 centimètre. Les chercheurs en ont conclu que ce mouvement était le signal que les arbres pompaient l’eau.

Qu’en est-il alors de cette pulsation lorsqu’on les écoute avec les mains ?

La première fois que j’ai vécu cette expérience je venais d’obtenir mon 1er degré Reiki. Après avoir canalisé l’énergie Universelle, j’avais posé mes mains sur l’écorce d’un hêtre, fermé les yeux et attendu. Assez rapidement j’avais eu cette sensation délicieuse d’une vie bouillonnante sous mes doigts. Je sentais l’énergie bouger et caresser mes paumes. Et progressivement, sans que je le cherche, sans que je m’y attende non plus d’ailleurs, j’avais ressenti une sorte de pulsation légère mais régulière. Je m’étais d’abord dit qu’il s’agissait de mon propre cœur. Mais j’avais gardé une main sur l’arbre et de l’autre j’avais pris mon pouls jugulaire et les deux pulsations ne battaient pas au même rythme. Mon cœur battait plus vite que la pulsation sous mes mains. Cette expérience m’avait profondément émue. Il m’est arrivé ce week-end encore de ressentir les pulsations très lentes, profondes et puissantes d’un séquoia séculaire. Alors je me demande… Si les battements de cœur des arbres battent toutes les deux heures, qu’est-ce qui bat plus vite ? Quelle est cette pulsation ? D’où vient-elle? De nous? De l’arbre?

Ecouter le coeur des arbres: une expérience à vivre…

Si personne ne peut m’apporter de réponse, je propose à ceux qui voudront bien, de tester l’expérience. Il n’y a aucun don à avoir, juste un peu de temps devant soi, du calme et de la solitude. Surtout ne pas être dérangé par les questions de vos enfants, le bruit d’un parc et surtout le regard interrogateur, voire inquisiteur, de passants qui pourraient vous trouver un peu bizarre. Il faut être tout entier ici et maintenant, absolument à ce que l’on fait, à ce que l’on vit…

  1. D’abord, allez vers un arbre qui vous « appelle » plus que les autres, qui vous attire…
  2. En vous tenant à une distance respectable de lui (environ 2 mètres), ancrez bien vos pieds au sol, tenez-vous bien droit, écartez vos bras, fermez vos yeux et essayer de ressentir son énergie. Vous pouvez sentir des picotements dans vos mains, au bout de vos doigts.
  3. Avant de vous approchez, demandez-lui la permission. Si c’est bon pour vous et pour lui, vous basculerez vers l’avant comme si l’arbre vous attirait. Sinon, vous serez repoussés vers l’arrière. Si c’est le cas, trouvez un autre arbre, peut-être cette essence là ne vous convenait pas ou votre énergie du moment ne correspondait pas à cette essence. S’il vous invite en revanche, allez-y, approchez-vous, remerciez-le.
  4. Joignez les mains devant votre poitrine (la posture de Padmasana pour ceux qui font du yoga) Inspirez et expirez profondément par le nez, afin de faire circuler l’énergie en vous. Lorsque vous inspirez, imaginez l’énergie de la terre qui remonte de vos pieds jusqu’au plexus solaire et simultanément, imaginez l’énergie du ciel qui descend, passe par le sommet de votre crâne et rejoint le plexus. Visualisez que la rencontre des deux, forme une belle boule d’énergie, comme un petit soleil à l’intérieur de vous. A l’expiration, imaginez que cette boule d’énergie éclate, traverse vos bras et ressort par vos mains. Faites cela entre 5 et 10 fois. Vous devriez ressentir des picotements dans vos mains, une chaleur. C’est l’énergie universelle qui passe à travers vous. Vous pouvez aussi demander « je désire être connecté à l’énergie universelle maintenant. »
  5. Puis, toujours en gardant les yeux fermés, posez délicatement les mains sur le tronc de l’arbre et… attendez, ressentez ce qui se passe sous vos mains, accueillez…

Si après ça (et même avant), vous avez vécu une belle expérience, recueilli des sensations inhabituelles, si vous avez eu l’impression de communiquer avec l’arbre, si vous avez cru percevoir en lui une pulsation, de la vie quelle qu’en soit la forme, n’hésitez pas à revenir témoigner sur ma page Facebook Béattitudes. Nous n’avons pas encore découvert tous les mystères que les arbres renferment mais si nous sommes de plus en plus nombreux à les envisager comme des êtres vivants, peut-être commencerons-nous par les respecter davantage et à s’intéresser à leur sauvegarde.

 « Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l’évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d’eux, dans sa chère forêt de Brocéliande. Il s’assit sur son pommier. » René Barjavel – L’Enchanteur

« Plantons des arbres et les racines de notre avenir s’enfonceront dans le sol et une canopée de l’espoir s’élèvera vers le ciel. » Wangari Maathai– Celle qui plantait des arbres

Source : www.anguillesousroche.com

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Iridologie : les yeux miroir de l’âme… et de notre santé

L’ iridologie est une méthode très ancienne basée sur l’étude de l’iris de l’œil et qui permet d’établir un bilan global de notre état de santé.

Camille Fourtine, naturopathe, nous parle de l’iridologie, cette technique qui a permis de mettre à jour certaines sensibilités, prédispositions liées à la couleur de nos yeux et grâce à laquelle, il est possible de déceler de manière individuelle les potentiels dysfonctionnements de l’organisme.


Camille Fourtine – Naturopathe
Paris 11ème
Tel: 06 01 08 59 62
camfourtine@hotmail.com
Page Facebook: Camille Fourtine Naturopathe

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Constellation familiale et magie chamanique

constellation-familiale-chamanique

Quand on se lance dans le grand nettoyage des mémoires, il faut s’attendre à vivre des moments forts, étonnants, détonants, parfois douloureux mais toujours libérateurs. Un maître Reiki m’a dit un jour : « quand vous serez nettoyée, vous le saurez car vous vous sentirez extraordinairement légère. » Normal, quand on a posé tous ses bagages, valises, casseroles et tout le tintamarre. C’est qu’il est lourd et bruyant le barda qu’on se trimballe, entre mémoires karmiques et familiales. Parmi d’autres méthodes de nettoyage, j’ai testé la constellation familiale… mais chamanique celle-ci ! Et je peux vous dire que ça dépote ! Merci à Ahori et Grand Ours, chamans de l’aTIPIque pour ce moment intense.

Constellation familiale : comment ça marche ?

D’abord on rappelle en deux mots le principe de la constellation familiale (pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus et qui ont loupé un épisode, ça se passe ici: Constellation Familiale.)
Une personne choisie dans l’assemblée… par hasard (comme on le sait il n’y a pas de hasard…), crée à l’aide de papiers posés au sol sa constellation, en faisant apparaître des membres de sa famille vivants et disparus. Les personnes de l’assemblée viennent ensuite se positionner sur tel ou tel papier, afin d’ « incarner » l’énergie de la personne mentionnée. Ne me demandez pas comment on peut « incarner » l’énergie d’une personne décédée et qu’on n’a pas connue, ça fait partie des grands mystères du processus, de ces choses qu’on n’explique pas facilement et qui pourtant sont, existent, fonctionnent. Voilà, c’est comme ça. On n’est pas obligé d’être tous des Saint-Thomas. J’ai moi-même incarné deux énergies complètement différentes et je peux vous assurer qu’à chaque fois, mes ressentis, mes émotions, mes paroles, mon attitude corporelle n’étaient absolument pas contrôlés. J’ai même été submergée… mais j’y reviendrai plus tard.
Une fois la constellation « incarnée », vont apparaître des blocages, des rancoeurs, des non-dits, des personnages inconnus qui ont des messages à faire passer, des choses à révéler. Des émotions vont alors émerger, des dialogues s’imposer, des disputes éclater, des conflits se régler, des liens se couper, le tout pour mieux pardonner, être pardonné, se pardonner.

Des bénéfices immenses

D’une part, la constellation familiale permet à la personne qui en bénéficie de mettre fin à un schéma répétitif, un mal-être, un blocage. Avant de commencer, l’un des chamans qui initiaient la constellation nous a raconté une expérience bouleversante. Une jeune femme qui souffrait d’anorexie et ne parvenait pas à avoir d’enfant s’est remise à manger et est tombée enceinte après avoir fait sa constellation. Ce qui s’était joué chez ses ancêtres était terrible et cette mémoire vibrait trop fort en elle.
Mais faire sa constellation ou participer à une constellation qui va résonner en nous,  permet aussi un magnifique acte altruiste : celui de libérer toutes les branches de l’arbre. Le nettoyage n’opère pas uniquement sur nous mais également sur tous les membres de notre famille, les libérant ainsi de certains éventuels traumas. Enfin, c’est un moyen de délivrer les âmes des personnes disparues, du poids gênant de leur dernière incarnation. Libérééés, délivréééés ! Voilà ce que vous vous donnez et ce que vous donnez à vos ancêtres et plus beau encore, à votre descendance. Nous avons tous en tant que parents, le devoir de protéger nos enfants, de veiller sur eux. Il me semble donc essentiel d’assainir son arbre afin d’éviter de refiler à nos petits les branches pourries. Qu’ils puissent grandir sans risquer un jour de réveiller une mémoire et faire tomber la casserole qui bien souvent fait un bruit du diable…

Un peu de magie chamanique en plus…

Je n’ai jamais fait de constellation familiale « classique » si tant est qu’on puisse considérer ce genre de processus comme quelque chose de « classique ». En revanche, j’avais déjà testé la puissance des voyages et des soins chamaniques. Je me doutais donc que l’expérience serait particulière.

En commençant, nous ne savions pas quelle problématique serait soulevée. Il est apparu bien vite, sans en révéler le contenu ici, qu’elle allait parler à tout le monde, ou presque. Les frissons se sont invités. Les larmes aussi. Ce que j’ai tout d’abord aimé, c’est l’hommage rendu à nos ancêtres. Au son des tambours, une bougie fut allumée par chaque participant. Une manière de saluer la mémoire de nos aïeux et de leur demander d’être présents parmi nous pendant cette belle et symbolique dialyse de nos arbres. J’ai aimé que les tambours nous accompagnent tout au long de l’après-midi, permettant de nous maintenir dans cet état de transe légère, essentielle pour que les choses arrivent, m’offrant la vibration nécessaire pour réaliser un voyage plein de symbolisme.

Et j’ai particulièrement adoré l’utilisation des objets de pouvoir. Minéraux pour dénouer les langues, couteau pour couper les liens, hache pour trancher les attaches revêches, guerrier masculin sacré pour redonner sa place à l’homme, sceptre du serpent pour transmuter… Tous ces objets sacrés, empreints de magie chamanique nous ont tour à tour permis de parler, libérer, incarner pleinement… Ce que j’ai vécu m’a particulièrement bouleversée.

Expérience inédite

Très vite, je fus attirée par l’énergie d’une grand-mère qui tournait le dos à la constellation et me suis donc naturellement positionnée sur sa fiche. Rapidement, j’ai ressenti un désintérêt pour ce qui se jouait derrière moi. Mal aux jambes, au dos, aigreurs d’estomac ont eu raison de ma patience. Centrée sur mes douleurs, je me fermais complètement à la constellation. Je quittai donc ma place pour m’asseoir. Quand Grand Ours fit remarquer que j’avais déserté mon poste, la personne constellée expliqua que cette femme était sans cesse focalisée sur ses maux et se fichait pas mal du reste de la famille. Je compris soudain que ce que j’avais ressenti, vécu dans mon corps, ne m’appartenait pas. Je restai assise un bon moment, en profitai pour faire un voyage qu’il me fut permis de raconter, afin d’apporter tout de même ma contribution. Il était question de descente dans les racines de l’arbre, d’empalement, de sacrifice de bébé par une main justicière, la mienne. Je savais que ce que je faisais semblait horrible, tout en ayant la conviction que cela était juste. Mon voyage se terminait sur l’image d’un autre moi, accompagné de la louve et du serpent enroulé autour du glaive justicier. Après avoir relevé la symbolique du voyage, Grand Ours quitta la pièce. Il en revint avec une sorte de sceptre serpent et me le tendit en me disant : « vas prendre ta place ». Immédiatement, je me plaçai entre les deux personnages qui réglaient leurs comptes, me retrouvant du même coup à la place des ancêtres femmes de la lignée maternelle. Aussitôt, la posture de mon corps changea. Je me redressai, le sceptre fermement levé dans ma main droite. Le plus surprenant fut l’arrivée d’un nouveau personnage qui avait des choses à dire mais refusait de le faire. La colère m’envahit soudain. Je regardais cette inconnue avec sévérité, la poussai avec le sceptre en lui disant d’une voix forte et vibrante d’émotion: « Mais tu vas parler !! Tu sais ce qui s’est passé ! » Et j’éclatai alors en sanglots. Le dialogue étant bloqué, Grand Ours intervint afin de délivrer les dernières paroles et le pardon pu enfin jaillir ainsi que la reconnaissance de ce et ceux qui avaient été bafoués. Tout ce temps là, j’incarnais complètement et avec ferveur mon rôle de sage-femme qui regarde avec droiture, sévérité et bienveillance, la Vérité surgir, le Pardon émerger et l’Amour renaître.

A la fin de cette constellation qui n’était pas la mienne, j’eus la sensation très agréable d’avoir participé à un grand lessivage, celui de la personne constellée mais aussi celui de nos arbres, tous nos arbres présents cet après-midi là. Lessivée je l’étais mais je ressentais beaucoup de légèreté et, surtout, l’immense satisfaction d’avoir libéré certains de mes ancêtres et moi-même, d’avoir accompli mon devoir de mère et de future grand-mère, celui d’avoir soustrait à ma fille et à sa descendance quelques bagages qu’elles n’auraient donc plus à porter.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Le pouvoir des constellations familiales

On entend de plus en plus parler des constellations familiales. Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Comment ça fonctionne ? Dans quelles circonstances avoir recours à une constellation familiale ?

Jean-Christophe Benas, constellateur sur Paris depuis 2002, fait la lumière sur ce phénomène qui, s’il parait nouveau, existe pourtant depuis la nuit des temps sous d’autres formes, d’autres dénominations, chez les peuples premiers.

L’objectif des constellations familiales : libérer des mémoires lourdes qui se transmettent de génération en génération, sortir d’un schéma répétitif qui ne nous appartient pas, guérir d’un trauma vécu par soi-même ou par un aïeul à qui, inconsciemment, nous rendons hommage en le revivant à notre tour.

Les constellations familiales nous permettent de nous reconnecter avec l’énergie de nos ancêtres plus ou moins lointains, pour mieux nous libérer des liens inconscients que nous entretenons avec eux et…  guérir.

Jean-Christophe Benas nous explique comment ça marche !


Sur le site http://constellation-familiale.org/: infos, dates et lieux des stages et des conférences
Rendez-vous individuel: 06 18 42 14 15

Informations stages: 06 60 25 14 58

Pour aller plus loin:

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail