Ashtanga yoga, source d’énergie

Le yoga, vous connaissez sûrement. La plupart d’entre nous ont même déjà essayé de s’y mettre, certains l’ont adopté et quelques-uns en ont carrément fait un nouvel art de vivre. La forme de yoga la plus répandue en Occident depuis quelques décennies s’apparente de près ou de loin au Hatha Yoga. D’autres formes de yoga sont nées, inspirées de la source mais parfois transformées, souvent simplifiées. Il en est par contre qui sont restées fidèles à la tradition, inchangées depuis leur origine : Parmi elles, on trouve le Ashtanga Yoga.

Créé pour les indiens qui vivaient dans les grottes d’Himalaya, le Ashtanga est un yoga dynamique qui mêle respiration, postures et mouvements au sol. Une alchimie parfaite qui demande un apprentissage patient mais qui apporte un nombre incroyable de bienfaits pour le corps et l’esprit.

Daniela Skarmeta, professeur de Ashtanga Yoga sur Beaune, Nuits-Saint-Georges et Dijon, fait la lumière sur cette pratique ancestrale qui réapprend à respirer, tonifie le corps, apporte une incroyable énergie  et apaise l’esprit. A découvrir absolument !

Infos horaires des cours et lieux:
Page Facebook: Yogâme
Mail: yogame.ashtanga@gmail.com
Tel: 06 86 44 05 00

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

La flottaison, expérience intérieure

caisson-flottaison-blog-beattitudes

Meïsõ (méditation en japonais) est née d’une rencontre et d’une histoire d’amour entre une sophrologue, Maïté Breger et un designer, Alexandre Kournwsky.

Pendant ses études de design, lors d’un partenariat, Alexandre est amené à travailler sur les capteurs encéphalogrammes utilisés lors de séances de méditation augmentée. Il lit alors toute une série de publications sur les moyens d’augmenter les effets de la méditation et, parmi les différents outils cités, se trouve le caisson de flottaison.  Pour la petite histoire, le caisson de flottaison est né aux Etats-Unis, inventé par John Cunningham Lilly dans les années 50. Ce neuropsychiatre s’était alors demandé ce qu’il se passait au niveau de la conscience lorsque celle-ci n’était troublée par aucun stimulus extérieur. Il a donc créé son premier caisson qui ressemblait davantage à un sarcophage, l’a rempli d’eau à forte concentration saline pour permettre à l’individu de flotter. Cet outil, qui n’avait absolument pas été pensé dans le but de détendre les gens, accueillait les « cobayes » du professeur qui, malgré tout, ressortaient de là, très détendus.  Plus tard, le caisson de flottaison deviendra un instrument de relaxation, d’introspection, de méditation.

Alexandre met l’idée du caisson de flottaison dans un coin de sa tête.

Parallèlement Maïté rentre des Etats-Unis où elle vient d’étudier une technique qui se situe entre la sophrologie et l’hypnose, faite de visualisations et de méditations guidées, entre autres.

Quand Alexandre lui  parle des caissons de flottaison, elle voit là tout de suite un outil capable de l’aider dans sa démarche de sophrologue et sa recherche de bien-être pour l’autre. Rapidement, ils partent testés le concept, déjà présent à Londres et trouvent ça tellement génial qu’ils décident de l’importer en France.

Plutôt que l’acheter, Alexandre préfère le créer lui-même. Le couple passe un an à réfléchir à la conception du caisson de flottaison, le choix du lieu, leur stratégie et un premier espace nait en mai 2015, rue Saint-Denis dans le 2ème arrondissement de Paris.

Dans cet endroit coupé du monde, très intimiste, et plus particulièrement dans le caisson de flottaison, les gens passent et vivent des expériences très personnelles, parfois très fortes. On flirte souvent avec le sommeil, parfois, comme ce fut mon cas, on se laisse emporter. C’est trop tentant car on est encore mieux que dans le plus confortable des lits. L’importante concentration saline fait qu’on flotte. Tout notre corps est porté. Il n’y a donc aucuns points de pression, aucune position inconfortable, aucun mouvement de retournement, aucune sensation de fourmillement possible. Tous les fluides circulent librement. Les micro-siestes ont de ce fait un effet très régénérant.

J’ai testé le caisson de flottaison

Entrer dans cette bulle chaude et solide m’a plu tout de suite. J’ai demandé à laisser une faible lumière d’ambiance mais la séance aurait finalement pu se passer dans le noir complet, ça ne m’aurait pas dérangée. Une fois à l’intérieur, trappe refermée, on est seul avec soi et c’est agréable. On enfile des bouchons d’oreilles, histoire d’éviter que le sel ne s’insinue jusque là. L’effervescence de la rue Saint-Denis, pourtant juste au-dessus de moi, a disparu. Il n’y a plus un bruit, plus aucuns stimuli extérieurs, juste un merveilleux silence, bientôt suivi par une douce musique de bols tibétains. Allongée dans l’eau, un coussin sous ma nuque, je flotte, je dérive, jusqu’à rencontrer la frontière solide qui me sépare de l’extérieur. Je ne peux m’empêcher d’imaginer que, peut-être, ma vie intra-utérine avait dû, un peu, ressembler à cela. C’est rond, c’est chaud, c’est bon.

Sentiment de bien-être, plénitude. Je me laisse porter par l’eau saline et le son aérien des bols tibétains. J’ai l’impression d’être sur une autre planète. Le lâcher-prise est énorme et si facile. Le mental s’est tu (pour une fois) de manière tout à fait naturelle. A un moment donné, je ne sais même plus vraiment où je suis. Plus aucune notion de lieu, de temps, de ce que j’ai fait avant et de ce que je dois faire après (c’est-à-dire ne pas rater mon train !) A ce moment là, je dois être entre veille et sommeil, dans une sorte d’ hypnose extrêmement agréable. La frontière est mince entre cet état de conscience modifiée et le royaume de Morphée. Tellement mince que je la franchis. Je dors et rêve. Quand je me réveille, j’ai une sensation physique très paradoxale. L’impression d’être très légère puisque je flotte, presque en état d’apesanteur et en même temps tellement lourde que je crois ne plus jamais pouvoir bouger, me relever, partir d’ici. Je ne tente même pas le moindre petit mouvement, comme figée dans une paralysie extatique. J’ai un corps de pierre mais il flotte. J’ai la sensation d’être là depuis toujours et que le voyage ne s’arrêtera jamais.

C’est à ce moment là que la lumière se rallume comme pour me rappeler que, si, le voyage s’arrête un jour, que, si, je suis de nouveau capable de bouger et que, si, il y a une vie à l’extérieur qui m’attend. Puis, le système de nettoyage se met en route, les jets me font tourner tout en douceur. C’est bien car la lumière et le mouvement m’aident à sortir lentement de ma léthargie.

Je sors de ce ventre gargantuesque le corps saumure mais sans douleur. Après une bonne douche, sel en moins et paix de l’esprit en plus, je retrouve Maïté pour un échange autour d’un thé.

Au départ, je pensais que ces 60 minutes à tremper dans l’eau risquaient de me paraître très longues. Finalement, l’heure est passée à la vitesse d’un éclair. A aucun moment je ne me suis ennuyée et j’ai particulièrement aimé cette sensation d’instant d’éternité figé dans le présent. Sans passé ni futur, être, simplement là, ici et maintenant. J’ai aimé ce moment passé avec moi.

 

Meïsõ – Centre de flottaison
La Paillasse (au fond de la cour à droite)
226 rue Saint-Denis
75002 Paris
Tel : 06 79 38 78 29
contact@meiso.fr
www.meiso.fr

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Mon voyage initiatique au Pérou

Machu Pichu-Blog-Béattitudes

J’ai fait un voyage au Pérou. Je le voulais initiatique, il l’a été, mais pas vraiment comme je l’entendais. En avril 2013, je suis partie seule, 15 jours. Ce n’est rien 15 jours. Rien pour ceux qui restent. Pour moi, ces deux semaines ont paru deux mois. Le temps s’étire quand on s’éloigne. Il s’allonge quand on s’arrache à nos habitudes et nos plannings bien orchestrés. Faits de hauts et de bas, ces touts petits 15 jours ont, tout simplement, changé ma vie.

Un voyage initiatique… Pourquoi ?

J’ai toujours été attirée par les anciennes civilisations : égyptienne, maya, aztèque, toltèque, inca… Je les trouve intelligentes, mystérieuses, fascinantes. Aller au Pérou était donc une évidence mais pas plus que le Mexique ou l’Egypte. Alors pourquoi le Pérou ? C’est marrant, je ne m’en souvenais pas encore hier, à la veille de commencer ce récit, jusqu’à ce que je décide pour mon blog, de remettre le nez dans un livre dont je vous ai parlé il n’y a pas si longtemps : « La Prophétie des Andes ». Il y est justement question d’un voyage initiatique au Pérou qui mène le héros de Lima à la jungle amazonienne, en passant par la Cordillère des Andes. En 2012, alors que je viens de terminer ce livre, je rencontre un homme qui rentre tout juste de son voyage. Où ça ? Je vous le donne en mille : au Pérou. Son expérience mystique avec un chaman fait carrément rêver. C’est cela que je veux vivre ! Et puis, je crois aux signes, aux coïncidences, aux synchronicités dont il est question dans « La Prophétie des Andes ». Les mois passent mais il me manque l’impulsion et l’argent aussi. Et puis un jour, j’ai la révélation, donc le déclic, donc l’impulsion…

Pour que vous compreniez bien, il faut que vous ayez un bref aperçu de ma vie à ce moment là. Contrairement à ce qu’on peut penser d’une personne qui souhaite faire un voyage initiatique, j’étais heureuse. Tout allait même plutôt très bien. Je vivais une collocation harmonieuse avec une amie. Mon travail de rédactrice freelance me plaisait. Même mon poste de surveillante dans un lycée pour arrondir les fins de mois m’apportait beaucoup de satisfactions dans ma relation aux élèves et à mes collègues. Mes week-ends étaient assez noctambules et gras en matinées. Liberté, sécurité, indépendance ! Le pied. Côté sentimental par contre, ce n’était pas le Pérou justement. D’illusions en déceptions, je préférais rester seule que mal accompagnée. Cette situation ne me mortifiait aucunement et me convenait même plutôt bien (on s’habitue vite au célibat !) Le hic c’est que mon célibat à moi durait depuis bientôt 5 ans et que le désir d’un enfant était de plus en plus fort. Depuis l’âge de 28 ans, je rêvais d’une adorable petite fille que j’appellerais Gabrielle… 8 ans plus tard, l’envie se faisait plus clairement ressentir dans ma tête et dans ma chair de trentenaire bien mûre. Mais pour cela, il me fallait trouver un père ? Je souhaitais rencontrer un homme que j’aime, qui m’aime et qui soit un bon papa (je vous fais grâce des 19 autres critères qui définissaient alors MON homme idéal.) Comment faire et où aller pour le trouver ? Beaune est une petite ville, le microcosme de la nuit est encore plus petit. Parfois, il apparait difficile de rencontrer l’amour là où on l’attend depuis si longtemps. J’en étais là de mes réflexions quand un jour, face à une photo du Machu Picchu, je m’interrogeais à voix haute : pourquoi le Pérou ? Pourquoi souhaites-tu absolument aller là-bas ? (Oui je me parle à la deuxième personne mais je me considérerai comme définitivement perdue quand je passerai à la troisième) Le Pérou… ? Et soudain, le sens des mots qui fait mouche, t’épingle, te scotche et te laisse là, bouche ouverte, cœur battant, bras ballants. La signification m’est apparue comme une évidence :

Pérou = père où = où est le père ?

Serait-ce donc là le sens de ma quête ? Je ne partirais donc pas comme le héros de mon roman, retrouver un vieux manuscrit mais trouver le père de mon enfant (rien que ça ?!) Ou bien dois-je aller là-bas pour trouver des réponses, une piste, des indices. Partir est alors devenu une urgence. Pour la date, j’ai choisi les 15 jours de vacances de printemps et pour l’argent, j’ai (presque) tout naturellement cassé mon PEL. Il est des décisions qu’on ne regrette pas. Celle-ci en était une. Billets d’avion achetés, chambre réservée chez l’habitant à Lima, je confiais le reste de mon séjour aux mains de l’inconnu, la vie, l’univers et ses surprises. En attendant ce 13 avril 2013, je savourais déjà ce voyage, je l’imaginais, entrevoyais des rencontres, percevais des sensations. Ce que je n’avais nullement prévu en revanche, c’était de tomber malade trois jours avant le départ… Pas un petit rhume, une rhino rigolote, non, non, non, le virus uppercut, le truc bien lourd et tenace qui te terrasse, t’anéantit toute entière, corps et cerveau K.O !  Au tapis, déconfite et paniquée, j’appelle mon médecin qui me répond que non, il est désolé mais il ne peut rien faire, il faut attendre que ça passe. « Mais j’ai un avion à prendre dans trois jouuuuuuurs » m’égosille-je. Il s’en fout, lui. C’est pas son voyage, c’est pas son PEL, c’est pas sa vie. Inévitablement, la question se pose : vais-je pouvoir partir et réaliser mon rêve ?

Dans voyage initiatique, d’abord il y a voyage…

Moi qui ne suis JAMAIS malade, pourquoi làààààà, maintenant ? Au début, j’en veux à l’école, aux miasmes des élèves, au monde entier, à l’univers… Mais je sais depuis longtemps qu’on ne tombe pas malade sans raison, que ce doit être une partie de moi qui résiste. Inconsciemment ai-je peur de partir ? Ou bien est-ce l’ego qui fait barrage et me murmure sournoisement : « Que vas-tu aller chercher là-bas ? Des réponses sur le sens de ta vie ? Un peu de spiritualité ? Du bonheur pour ton âme ? T’es pas bien là dans ta petite vie tranquille, ton appart avec terrasse, ton canapé-télé et tes apéros ? Reste là, au chaud. Là-bas, tu risquerais de comprendre, te réveiller, t’éveiller ». Il faut toujours qu’il ramène sa fraise celui-là. Alors, à coups d’huiles essentielles (je suis dégoûtée à vie de la Cannelle de Chine !) et de paracétamol, je décide de lui faire fermer sa bouche et de partir quand même.

Alors, je pars… Pas bien vaillante, c’est sûr, mais motivée.

13 avril 2013 : J’embrasse ma colloc et la copine qui m’emmène à la gare et manque de pleurer deux fois. Par contre, je n’ai pas peur, je suis même plutôt sereine, autant que peut l’être un cerveau dans le formole. C’est étrange mais cet état cotonneux ne m’empêche pas de me sentir là, ancrée dans le présent.

Dans le train, en face de moi, un large sourire s’étire entre deux joues rebondies et des yeux bleus immenses. Un bout de chou de 18 mois m’a séduite. Je veux un little baby, une lovely bouille à croquer… Allez en route pour trouver le père !

voyage-perou

En attendant Orly, je m’arrête à Paris chez ma copine Laure. Je flotte. Elle m’avouera plus tard : « quand j’ai vu ta tête, je me suis dit : elle ne va pas partir comme ça quand même!! » Eh ben si, je pars comme ça et pire encore. Dans l’avion, ce qui avait commencé comme une vilaine grippe se transforme en ce qui ressemble à une immonde pneumonie. Tout le canal ORL est bouché, je respire par la bouche, n’entends plus rien et mes poumons m’oppressent douloureusement. J’ai des frissons, la fièvre est de retour ! « A glass of water please…. » Madame l’hôtesse de l’air, je dois prendre un cachet, encore !

En transit à Madrid, je ne sais quelle direction prendre. Le pilote parlait en anglais, trop vite, et mes oreilles bouchées n’ont rien suivi. Heureusement, j’avais repéré un homme au physique péruvien dans l’avion. Sans trop réfléchir, d’instinct, je le suis. Il s’appelle Victor. Il me parle de là-bas  et tout y passe : Lima, le Machu Picchu, les moustiques, Arequipa et ses mouches blanches, les chamanes, les 6000 dollars qu’il a dépensés pour se faire désenvoûter… et moi, pendant ce temps là, je l’écoute, je souris et je tousse, je tousse, je tousse.

Les 12H qui séparent Madrid de Lima sont un calvaire… et je n’exagère pas. Quand la fièvre descend, j’essaie de dormir un peu mais souvent une quinte de toux me réveille. Je ne peux rien avaler et j’ai affreusement froid malgré deux couvertures. A l’arrivée, j’ai la tension et l’énergie d’un demi mollusque mais il me faut encore récupérer les bagages, passer les contrôles, changer la monnaie, le tout avec des notions d’espagnol qui remontent au lycée. On m’avait prévenue que l’anglais était peu parlé. Je confirme. Je passe toutes les étapes en puisant dans mes dernières ressources. C’est un peu mon Koh Lanta à moi. Je suis au bout du rouleau.

Heureusement, lorsque j’arrive dans le hall, un petit homme souriant m’attend, une pancarte à la main avec mon nom dessus. Nous n’avons pas besoin de nous dire grand-chose. A ma tête, il comprend la situation, prend mon gros sac, me fait monter dans son taxi et m’emmène à bon port. Arrivés à « La casa di Arturo », il me guide jusqu’à ma chambre, pose mon sac sur le lit et me fait comprendre qu’il est grand temps de dormir. Tu m’étonnes ! Je ne vais pas me faire prier, d’autant qu’il doit être 5H du mat (j’ai des frissons, je claque des dents…) Comme mon hôte, mon gentil taxi s’appelle Arturo. Plus tard, je le surnommerai « Mi angel de guardia » . Autant de bienveillance en arrivant me remonte sacrément le moral. Je ne sais pas encore de quoi sera fait mon voyage mais je préfère ne pas y penser. Pour l’instant, ce que je veux, c’est rassurer la famille, les amis et me reposer. Etre seule, loin, malade, sans maîtriser la langue oblige à vivre dans l’instant. Et le présent, là, tout de suite, maintenant, c’est sombrer !

Leçon n°1 à retenir : voyager seule et loin permet de s’ancrer dans le présent

Lima-blog-beattitudes

Je passe la journée à dormir. Une journée perdue si on veut mais une journée de récupération essentielle. De toute façon, la fièvre est toujours là. Ce n’est que le lendemain, le lundi 15 avril, qu’elle décide enfin de me lâcher les baskets. Je commence alors à m’aventurer hors du quartier où je réside. Je visite Lima, la vieille ville, ses belles places et ses musées. Je me perds aussi mais la bienveillance de quelques passants péruviens qui me montrent ou me prennent carrément par la main, me ramène chaque fois sur le bon chemin. Pour regagner la Casa di Arturo, je dois prendre un bus et marcher à travers la nouvelle ville. Et là, ce n’est pas exactement l’image qu’on se fait du Pérou avant d’y être : une circulation de dingue, des coups de klaxon à répétition, des rabatteurs de bus qui hurlent à qui mieux mieux, des chiens errants qui aboient jour et nuit, des vendeurs de glace qui hèlent les gens même à 2H du mat. Lima ne dort jamais… Vite, m’extirper de ce brouhaha pour rejoindre les hauteurs. Je laisse à Arturo, mon hôte, le soin d’organiser la suite de mes aventures. Au programme : Cuzco, le Machu Picchu, Puno, le lac Titicaca, Arequipa… Le départ est prévu pour mercredi.

Leçon n°2 : voyager seule oblige à faire confiance, à s’ouvrir, à suivre les yeux fermés tout en restant très éveillée.

Mardi 16 avril : ma toux ne passe pas. Mon échappée pas belle à Miraflores (je voulais voir l’océan) m’a plongée dans une brume que mes poumons ont visiblement détestée. Et puis mes trucs de fille ont débarqué avec leurs deux potes, Fatigue et Mal de ventre. Je suis morose. Contrairement à ce que je pensais, le plus difficile n’est pas de devoir me débrouiller seule avec mes rudiments d’espagnol. Non, le plus dur pour moi à ce moment précis, c’est de gérer mes émotions, d’heure en heure, de minute en minute. Personne n’est là pour me faire rire, relativiser, changer les idées, voir le bon côté des choses. Personne n’est là pour détourner mon attention. Chaque émotion se vit seule avec soi-même !

Leçon n°3 : voyager seule oblige à gérer ses émotions et à les dépasser.

J’ai envie de rencontrer des français, de parler français. Je suis à deux doigts d’avoir le mal du pays. C’est étrange de s’avouer que sur ces 15 jours dont on attendait tant, ce jour là a un goût de journée ratée, bancale, pas porteuse d’évasion et de béatitude mais plutôt porteuse d’emmerdes à gérer : je pars demain pour de nouvelles aventures et je ne suis pas guérie, la fièvre réapparait de temps à autre, la toux est omniprésente et les distributeurs refusent les uns après les autres de me donner l’argent dont j’ai besoin. Je m’interroge sur la suite du voyage, je m’inquiète, puis je me reprends et me raisonne: « prends ce qui vient, accepte-le et fait avec. Surtout garde confiance, reste alignée, ouverte aux autres, attentionnée, et tout ira bien. »

Mercredi 17 avril : Mi angel de guardia, Arturo, m’a déposée à l’aéroport de Lima. Je m’envole pour Cuzco. Vu d’en haut, l’endroit a l’air de tenir ses promesses : je découvre une belle vallée perchée à 3400 mètres et baignée de soleil. Deux bonnes surprises m’attendent à l’arrivée : le distributeur d’une banque accepte enfin de me donner du cash et Alan, mon chauffeur, est au rendez-vous. Arrivée dans l’auberge de Yuri, on m’offre un mate de coca (tisane à base de feuilles de coca), idéal contre le mal des hauteurs. Je m’en rendrai compte rapidement, à boire ou à mâcher, heureusement qu’il y avait la coca ! J’en profite pour rassurer ceux qui ne savent pas mais, pure et non encore transformée, la feuille de coca est bonne à la santé quand on vit à plus de 3000 mètres d’altitude et ne provoque aucune dépendance (CQFD)

Première visite de Cuzco. J’atterris dans le plus haut pub du monde, rien que ça, et je passe la soirée avec trois français. Quel bonheur de communiquer de nouveau de façon fluide ! On échange, on rit, ça fait du bien ! Je rentre requinquée, faisant abstraction de cette toux qui a kidnappé mes poumons, du manque de sommeil, de mon appétit qui s’est fait la malle depuis pas mal de jour, emportant avec lui quelques 4 kilos et de la fatigue physique qui résulte de cette prise d’otage.

Pérou-blog-beattitudes

Jeudi 18 avril : je pars en minibus jusqu’à Ollantaytambo. De là, je prends le train qui m’emmène à Aguas Calientes. Je regarde défiler des paysages magnifiques. Ce voyage est fantastique. Je me sens à ma place, bien et heureuse. Dans ces moments bénis (heureusement il y en a), tout le reste est oublié. A l’heure de l’apéro, installée dans un restaurant face à ma bière, je me rends compte que je n’ai pas parlé de la journée. Economie de mots. J’aime ce silence, laisser le flot de mes pensées m’envahir et repartir. Demain j’ai rendez-vous avec Machu Picchu…

Leçon n°4 : voyager seule permet d’éliminer les propos superflus, de se concentrer sur les ressentis, d’observer ce qui nous entoure et, sans doute, de méditer sans même sans rendre compte.

Vendredi 19 avril : rencontre au petit matin avec Machu Picchu, encore noyé dans la brume. Puis, le brouillard se dissipe. Et alors là, quelle splendeur, quelle émotion. Le Machu Picchu ne se décrit pas, il se vit. Malgré tout, je ne ressens pas particulièrement l’énergie du lieu, en tout cas pas comme je l’imaginais. Je m’attendais à quoi au juste ? Une transcendance ? Une révélation ? Une expérience mystique ? Oui sans doute un peu tout ça.

Leçon n°5 : quand on entreprend un voyage initiatique, il ne faut s’attendre à rien. Il faut juste être là, ancrée et dans le présent. C’est tout. Le reste vient plus tard.

Je reprends le bus, puis le train, puis le minibus. Il fait nuit depuis un moment quand on arrive à Cuzco. Enfin allongée sur mon lit, éreintée, je me coltine une de ces quintes de toux qui me laissent sur le carreau. Celle qui m’a mise sur le flan à Aguas Calientes, alors que j’attendais sagement mon train en grignotant, était tellement flippante, qu’un péruvien est venu à mon secours, croyant que je m’étouffais avec mon sandwich.

Je pars demain pour Puno avant d’attaquer un séjour sur le lac Titicaca et, justement, je ne suis pas d’attaque. Il est tard, je suis crevée et j’en ai marre. Envie de tout plaquer et de rentrer avec mon assurance rapatriement en cas d’accident. Mon accident, c’est d’avoir choppé cette saloperie avant de partir. En plus, je ne sais toujours pas ce que je suis venue chercher et ce que le « père » vient faire là-dedans. Je me suis emballée avec mon jeu de mots à la con, c’est tout ! Il n’y a rien ici, même pas de français avec qui partager mon désarroi… et je n’ai plus de réseau téléphonique, aucun échange avec la France depuis que je suis partie de Lima. La fatigue est mauvaise conseillère, elle assombrit tout. Un seul remède : dormir… Essayer en tout cas.

cuzco-blog-beattitudes

Samedi 20 avril : j’ai fini par trouver le sommeil, ouf. C’est la fête à Cuzco. Il y a beaucoup de monde, des danses traditionnelles un peu partout. Ca chante, ca danse, ca joue de la musique, ca met de la couleur dans la ville et de la joie dans les cœurs. J’ai retrouvé ma bonne humeur et ma soif d’aventure.

Dimanche 21 avril : 6H de bus à travers la pampa péruvienne. Nous croisons des paysages magnifiques et quelques villages austères. Faites de briques et de broc, ces minis villes ont été posées là stratégiquement, sur le passage obligé des touristes. Parce que les touristes ça doit s’arrêter pour faire pipi, manger et boire et que tout ça, ça se monnaye. Arrivée à Puno, personne ne m’attend. Aïe ! Et je ne capte toujours aucun réseau. Alors, j’attends. Le taxi arrive enfin et me dépose chez Ricardo qui possède un petit hôtel au-dessus de la ville. A 3827 mètres d’altitude, le manque d’oxygène se fait encore un peu plus ressentir qu’à Cuzco. Je prends vite un mate de coca pour éviter mal de tête, vertige, saignement de nez, essoufflement. J’ai pourtant dormi dans le bus mais je suis exténuée. Une musique mièvre envahit le restau où je me suis arrêtée diner. Je ne sais pas si c’est la mélodie mais j’ai des relents de vieille nostalgie franco-beaunoise. Je pense à vous mes amis, ma famille, à ce que vous êtes en train de faire à des milliers de kilomètres de moi et 8 heures de décalage horaire. Ces 15 jours qui, pour vous, auront duré un claquement de doigt auront eu pour moi un petit goût d’éternité avec, parfois, la peur de ne pas vous revoir. Comme je vous aime.

Leçon n°6 : voyager seule renforce l’amour que l’on ressent pour ses proches. On réalise alors combien leur présence est essentielle.

lacTiticaca-Blog-Beattitudes

Lundi 22 avril : embarquement pour deux jours sur le lac le plus haut du monde. Petite, Titicaca était un nom qui me faisait sourire.  En Quechua il signifie « Puma de pierre », un nom inspiré par la forme du lac. Je me suis imaginée tant de fois ce drôle de lac quand j’étais enfant, qu’entreprendre ce voyage me paraît irréel. La traversée commence plutôt très bien puisque deux jeunes françaises sont à bord. Quel bonheur de discuter, d’échanger nos impressions. Le matin, nous découvrons ensemble les îles Uros, créées par la main de l’homme, avec une sorte de roseau appelé Totora. Après trois heures de navigation supplémentaires, nous débarquons sur l’île d’Amantani. Mes deux acolytes Françaises et moi sommes accueillies dans la généreuse famille de Felicidad. Quelques heures de bonheur tout simple, ponctuées par un merveilleux moment : la découverte, après une ascension d’une heure jusqu’au sommet de l’île, d’un ancien temple Inca dédié à la Pachamama (la Terre Mère). Ma pneumonie et moi n’avons pas démérité malgré quelques haltes. Une fois vaincu le dénivelé, je suis là, perchée à plus de 4000 mètres et quel cadeau ! Le regard plonge sur l’immensité bleue qui nous entoure, le trouble est évident face aux ruines d’une civilisation qui nous dépasse, l’émotion palpable quand la nature nous offre son plus beau coucher de soleil, la gratitude immense de vivre cette expérience unique.

pacha-mama-blog-beattitudes

Mardi 23 avril : je suis triste de quitter Felicidad, sa famille et leur vie de labeur. J’ai l’impression d’être arrivée au bout du monde…

Leçon n°7 : loin de chez soi, on s’attache vite à ceux qui nous offrent hospitalité, chaleur et bienveillance.

Nous visitons l’île d’Aquitale. Une randonnée d’une heure et demie et un panorama à couper le souffle (au sens propre comme au figuré) dans une atmosphère pleine de quiétude, c’est ce que je retiendrai principalement d’Aquitale. Juste la nature et sa belle énergie. Trois heures et demie de navigation nous séparent de Puno. Nous nous offrons un bain de soleil sur le pont. Fin d’après-midi, je quitte mes compagnes de voyage, récupère mes bagages chez Ricardo et prend un bus qui m’emmène à Arequipa. 6H de trajet m’attendent. Je redoute de me retrouver seule à nouveau mais je plonge bien vite la tête dans un roman. La nuit tombe rapidement et au bout de quelques pages, je m’endors et me réveille au terminus. Nous avons pris du retard et au lieu d’arriver à 23H, je débarque à Arequipa à 1H du matin. Heureusement, le taxi m’a attendue et m’emmène chez Irina qui, malgré l’heure tardive m’offre un mate de coca et un brin de causette (Alléluia, elle parle français !) avant d’aller au lit. Ma chambre est cosy, je sens que je vais enfin pouvoir me reposer vraiment. Je tousse encore, Irina s’en inquiète, pourtant, ça va déjà mieux. Mon séjour à Arequipa sera aussi agréable que mon escale chez Irina. Nous discutons pendant des petits déjeuners gargantuesques et plutôt que sortir seule le soir, je choisis de diner avec elle. On parle de tout, de nos vies. On se confie beaucoup, on rit, on pleure. Très belle rencontre.

Santa-Catalina-Blog-beattitudes

Mercredi 24 avril : visite du somptueux monastère de Santa Catalina et de la vieille ville. Je me sens bien. C’est bon de flâner, prendre son temps, admirer, déjeuner au soleil.

Jeudi 25 avril : 3H du matin, je pars en excursion dans le canyon de Colca. Un minibus passe et m’arrache à la nuit d’Arequipa pour me jeter sur une route chaotique direction la Cordillère des Andes. On m’a installée devant, coincée entre le conducteur et un guide. Je préfèrerais être loin derrière, dans les sièges du fond et ne rien voir de ce qui se passe sur la route. Ils roulent comme des malades !!! Au départ, malgré la vitesse, je ne m’inquiète pas du fait que le chauffeur roule à gauche, pensant qu’il s’agit d’une route à double voies… jusqu’à ce que j’aperçoive deux phares qui nous foncent dessus. Le minibus se rabat, double, recommence, mord les accotements. Je serre les fesses, m’entortille les doigts, me mords les lèvres et fronce les sourcils. Tout mon corps est en alerte rouge. Je suis un gyrophare qui hurle « cassez-vous ! Laissez-nous passer ! » Heureusement, peu de temps se passe avant qu’on me fasse passer à l’arrière, lors d’un ultime arrêt. Je me retrouve au milieu d’un groupe de français et discute avec une femme d’une cinquantaine d’années qui m’apprend que la semaine dernière, un minibus de touristes est tombé dans un ravin (je me demande si j’ai bien fait de déménager). Je pense immédiatement à ma mère qui, si elle sait ça, doit être aux 400 coups. Je n’ai pas donné de nouvelles depuis presqu’une semaine. Le jour se lève et j’aperçois soudain l’état réel des accotements et surtout ce qu’il y a derrière : rien, le vide et aucune glissière de sécurité. Surtout ne pas regarder, penser à autre chose… Nous sommes censés arriver au petit-déjeuner à 6H mais cela fait plus de 3H qu’on roule et une envie de faire pipi commence sérieusement à me gâcher le paysage. A 6H20, je n’y tiens plus et fais arrêter le bus sur le bord de la route. Je me cache derrière un tas de cailloux que le guide me montre du doigt en me disant : « the toilett ». Il ne manque pas d’humour !

aigle-blog-beattitudes

Après un petit-déjeuner salutaire, nous reprenons la route pour assister au vol majestueux des condors. Je profite ensuite d’une baignade dans une eau à 40°, d’une rencontre sympathique avec un aigle et des alpagas, de panoramas splendides sur le canyon, d’une vue incroyable sur trois volcans, dont un semble toussoté un peu et un paysage lunaire perché à 4910 mètres.

Cordillere-des-Andes-Blog-beattitudes

En revanche, le retour est rude. Coincés dans les embouteillages, nous roulons tambour beaucoup moins battant, mais fenêtres ouvertes sur le périph, ce qui n’a pas l’air de convenir à mes poumons encore fragiles. Moi qui me croyais presque guérie, j’essuie une quinte violente qui me met KO.

Arequipa-blog-beattitudes

Vendredi 26 avril : dernier jour à Arequipa. J’en profite pour acheter des vêtements en Alpaga, me balader dans un marché local où je croise des fœtus de lama et autres curiosités, visiter une église et  déjeuner une dernière fois dans la vieille ville. Les au-revoir avec Irina sont émus, probablement parce que nous savons toutes les deux qu’il s’agit en réalité d’adieux. Il est 21H, je monte dans un bus qui me ramène à Lima. 15H de route après, c’est la bonne bouille d’Arturo qui m’attend à l’arrivée. On est heureux de se revoir. Après une pause dans ma chambre qui m’attendait elle aussi, je finis la journée par quelques emplettes à Lima, histoire de clore le chapitre cadeaux. Demain, je rentre en France. Je ne suis presque plus malade et surtout toute excitée à l’idée de revoir tout le monde, de fouler le sol de Paris puis celui de Beaune, de parler, raconter… Ce que je ferai peu finalement.

Lima-Blog-beattitudes

Samedi 27 avril : Arturo m’emmène à l’aéroport, là où 15 jours avant il m’avait, non pas récupérée mais plutôt ramassée… Les adieux sont émouvants mais joyeux. L’avion décolle, mes poumons me laissent en paix, la fièvre m’a définitivement oubliée, mon appétit, lui, se rappelle à moi lentement. Le retour est doux. L’arrivée est délicieuse. Je me souviens encore de la tête de Laure, à Paris, chez qui je transite en sens inverse et à qui je livre le plus spontanément et sincèrement du monde : « Ah la la, c’est beau Paris. Et puis c’est calme. C’est propre et ça sent bon ! » Je vois bien dans ses yeux qu’elle se demande si la fièvre est véritablement tombée, si tout va bien. Oh oui Laurette, tout va bien, si tu savais combien.

A vrai dire, avant ce jour, jamais il me semble je n’ai ressenti un tel bonheur, une telle joie intérieure, une telle sérénité, autant d’amour pour les autres. Et je ne vous raconte pas mon bonheur de revoir famille et amis, d’avoir de vraies et longues conversations, de fouler mes bars préférés… de retrouver ma vie ! Bref, un état de grâce qui durera de nombreuses semaines. A plusieurs reprises on me demandera même si j’ai rencontré quelqu’un ou si j’attends un heureux événement parce que, me dit-on alors, « tu rayonnes ! » Merci, mais non, je ne suis pas enceinte et je n’ai pas non plus rencontré l’homme susceptible de le concevoir avec moi cet enfant… Même pas croisé le moindre signe susceptible de me mettre sur la voie. Je n’avais a priori rien vécu de transcendant, rien appris, pas changé. Je m’en fichais. Je me sentais juste fière d’avoir fait ce voyage, jusqu’au bout, seule et malade, d’avoir croisé des splendeurs et fait de belles rencontres. Je me contentais de ça et du bonheur d’être rentrée. J’ai d’ailleurs souvent évité ou écourté le récit de mes aventures qui me semblaient alors peu dignes d’intérêt. Elles le deviendraient quand même, peu de temps après…

Leçon n°8 : le voyage initiatique nous rend plus fort, plus heureux, plus en amour, plus aligné, plus en paix.

CONCLUSION :

En effet, à peine deux mois après mon retour, dans le bar où j’allais tous les w-e depuis trois ans, ma route allait croiser celle de Stéphane. Le 21 juin 2013 très exactement, l’éveil du printemps, la fête de la musique, un jour dédié au bonheur quoi. Et 2 mois seulement après notre rencontre, déciderait de s’installer au chaud, dans mon ventre, cette belle âme qui deviendrait notre fille Gabrielle.

Après, sont arrivées les questions : que s’est-il donc passé au Pérou pour que tout aille si vite une fois rentrée ? Pour que ce que je cherchais si fiévreusement là-bas, arrive ici ? Au fil du temps, j’ai trouvé un semblant de réponse :

D’abord, j’ai longtemps, voire toujours pensé, que ma vie n’était pas ici. J’idéalisais l’ailleurs. Peut-être inconsciemment m’étais-je même empêchée de rencontrer quelqu’un afin de répondre à cette perspective de partir un jour ? Une fois rentrée, j’ai compris que partir, voyager était nécessaire à mon équilibre mais que revenir l’était tout autant. J’ai su alors que je pouvais laisser tranquillement mes racines se poser et s’enfoncer en Bourgogne. Je me donnais enfin le droit de faire ma vie ici et de construire un foyer.

Ensuite, il est des terres qui réalignent, qui dénouent les blocages. Il y a sur la planète des points d’énergie très forts. Ce sont les chakras de la terre que l’on retrouve sur d’anciens lieux sacrés, dans des forêts denses, en haut de certaines montagnes… A ces endroits-là, l’énergie nous traverse, parfois violemment si les nœuds n’ont pas été défaits avant. Ce peut être inconfortable, douloureux, oppressant. Mais, quand la lumière parvient à se frayer un chemin, qu’elle nous traverse  et nous relie au ciel et à la terre, nous nous sentons plus alignés, à notre place, en paix avec nous-mêmes. Avant le Pérou, peut-être un blocage m’empêchait-il de rencontrer la bonne personne? Peut-être ces anciens lieux sacrés et ces montagnes que j’ai foulés m’ont-ils apporté l’énergie qui me manquait, fait sauté des verrous, laissé passer la lumière ? Peut-être m’ont-ils transcendée d’une certaine manière… finalement ?

Ce qui s’est réellement passé, je ne le saurai jamais. Cela fait partir des mystères de la vie, des énigmes du voyage. C’est pourquoi, même si je n’ai rencontré aucun chaman, comme je le souhaitais à l’origine, même si je n’ai pas goûté l’Ayahuasca ni vécu une transe chamanique là-bas, il me semble avoir vécu, à ma manière, un voyage initiatique. Notamment, en surmontant la maladie qui, sans l’effet bénéfique du grand air des montagnes péruviennes, aurait peut-être dégénérée (J’ai su en rentrant qu’il y avait eu plusieurs cas d’hospitalisation de personnes présentant les mêmes symptômes que moi, sensiblement à la même période. Le virus était semble-t-il assez violent.)

Virus ou pas, la maladie n’est pas arrivée là par hasard comme je l’écrivais au début de mon récit. Ce qui touche les poumons, touche à la transformation de « mon » air pour tout « mon » corps (cf : Le grand dictionnaire des malaises et des maladies). Plusieurs potentiels déclencheurs de maladie sont avancés dans ce livre. Parmi eux, il en est un qui me parle plus que les autres : un important questionnement face au cheminement personnel, le fait de chercher un nouveau sens à sa vie, de rechercher plus de spiritualité dans son quotidien. Parallèlement, de manière évidente, on trouve la peur de la solitude (c’est seule que j’avais entrepris de faire ce voyage). Conclusion : je redoutais ce voyage malgré un besoin évident de me connecter à plus de spiritualité.

Quoiqu’il en soit, il y a de façon certaine dans ce voyage, la notion de guérison. Oui, j’ai guéri d’une méchante pneumonie (ou un truc dans le genre), sans passer par la case médecin ni hôpital, mais j’ai guéri autre chose encore, une chose dont je n’avais pas conscience, une chose, une mémoire, un blocage qui m’échappe encore aujourd’hui.

Je sais que mon voyage ne fait pas toujours très envie. Je m’en suis rendue compte en relisant mes notes, en écrivant ces mots. Ce fut même parfois presque douloureux de me replonger dans cette période, cet état physique, cet état d’esprit, cette solitude… Pourtant, je ne saurais que trop conseiller à ceux qui cherchent des réponses, d’aller les chercher ailleurs, plus loin et seul(e), de prendre du recul, d’adopter un autre angle de vision, d’entreprendre son propre voyage initiatique. C’est parfois difficile mais ça change la vie !

Leçon n°9 : le voyage initiatique fait des miracles !

 

 

 

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Géobiologie : harmoniser les énergies de notre lieu de vie

 

Géobiologie-Blog-Béattitudes

Vous dormez mal, vous vous sentez souvent fatigué ou oppressé ? Vous avez exploré plusieurs pistes mais les problèmes persistent ? Peut-être vivez-vous dans un lieu qui souffre d’un déséquilibre cosmo-tellurique. Savez-vous qu’un simple courant d’eau qui passe sous votre lit peut entrainer des insomnies ? Christine Botton pratique la  géobiologie. Œnologue de formation, elle intervient dans les vignes et les caves mais aussi dans les lieux d’habitation. Elle nous explique quelles sont ces énergies qui peuvent être vectrices de mal-être et comment rétablir un équilibre énergétique, essentiel à notre bien-être.

Qu’est-ce qu’un géobiologue ?

C’est une personne qui va ressentir l’ensemble des influences de l’environnement sur le vivant. L’étude du lieu, de l’organisation du sous-sol avec la présence de veines d’eau ou de failles, va permettre au géobiologue d’établir un diagnostic sur la «santé » d’un lieu ou d’une habitation. Toutes les civilisations ont cherché des endroits bénéfiques pour s’installer. Les menhirs, les dolmens, les pyramides, les temples païens, n’ont pas été posés là par hasard. Leur emplacement correspond à des points précis positifs, qu’on peut comparer aux points d’acupuncture de la terre. Sous ces lieux sacrés, il existe des points particuliers qui résultent souvent d’une superposition de courants du réseau électromagnétique Hartmann, de cours d’eau ou de faille. Ils sont catalyseurs d’une énergie tellurique. A l’inverse, certains  points d’intersection du réseau Hartmann sont pathogènes et absorbeurs d’énergie. Le Docteur Hartmann avait ainsi réussi à déterminer des zones à cancer.

Comment faites-vous pour ressentir ces zones négatives ?

Nous utilisons souvent des outils ancestraux comme un prolongement de notre corps. C’est le cas de la baguette de sourcier. Mais en réalité, c’est le corps qui ressent. Nous en étions tous capables autrefois. Avant de bâtir, les gens  ressentaient le lieu. Puis, l’arrivée de l’électricité a créé une sorte d’écran qui nous a rendus moins sensibles aux forces telluriques.

Comment la géobiologie peut améliorer l’atmosphère énergétique d’une habitation ?  

Une maison où l’on se sent fatigué, une chambre où l’on dort mal, sont souvent les signes d’un mauvais équilibre énergétique. Souvent, le problème vient du fait que l’énergie entre le ciel et la terre ne circule plus. L’objectif est alors de rétablir l’équilibre cosmo-tellurique. Pour cela, la géobiologie utilise l’énergie vibratoire de différents éléments : métaux, huiles essentielles, pierres, musique, symboles, formes sont autant de moyens d’intervenir sur le vivant. Je choisis en fonction du problème et de mon ressenti.

Qu’est-ce que vous entendez par « forme » ?

Chaque forme dégage une énergie vibratoire qui lui est propre. Une sphère ne dégage pas la même énergie vibratoire qu’une pyramide. L’architecture de chaque cathédrale respecte des proportions précises, calculées en fonction du lieu sur lequel elle a été bâtie. Les formes obtenues à partir de ces tracés étaient destinées à créer une harmonie entre l’homme, l’architecture et son environnement. Installer une forme adaptée dans un lieu, peut être un bon moyen de rétablir son équilibre énergétique. Dans une maison ou un appartement, une simple source d’eau ou une faille sous votre lit peut suffire à générer beaucoup de fatigue. Ce courant ou ce vide va venir « pomper votre énergie ». Dans ce cas, il suffit parfois simplement de changer l’emplacement du lit. Vous remarquerez que certains bébés, se retournent dans leur lit ou préfèrent un côté. C’est parce qu’ils vont là où ils se sentent le mieux. Pour rééquilibrer l’énergie d’une pièce, je peux utiliser une forme ou certaines pierres, qui vont repousser les énergies négatives.

Vous travaillez aussi sur l’énergie des mémoires. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Dans certaines habitations, parfois, les anciens propriétaires ont laissé leurs bagages énergétiques. Prenez simplement un couple, une famille qui se disputait beaucoup. La colère, l’agressivité, la tristesse que ces personnes ont ressenties, sont des émotions à fortes fréquences vibratoires qui laissent leurs empreintes dans les murs. Il peut s’agir aussi d’une mort violente qui a eu lieu dans une pièce. Heureusement tous ces reliquats d’énergie se nettoient.

Comment avez-vous découvert la géobiologie ?

Je suis œnologue depuis 30 ans. Avec l’expérience, je me suis rendue compte qu’un même vin, mis en fût en même temps mais installé à deux endroits différents, ne vieillissait pas de la même manière. J’ai pu constater pendant plusieurs années que tout ce qui nous entoure a un rôle déterminant sur le vivant. C’est pourquoi j’ai souhaité  retrouver cette connexion avec la nature. Je me suis énormément balader, rendue sur des  sites énergétiques, tout en étant laissant largement s’exprimer mes ressentis. Et petit à petit, j’ai appris à m’écouter, à traduire mes sensations. Avec de l’entrainement et l’envie, tout le monde est capable d’écouter la nature et de se relier au vivant.

géobiologie-blog-beattitudes

Christine Botton – Géobiologue
Tel: 06 07 94 26 09
Mail : contact@sentir-ressentir.com
http://www.sentir-ressentir.com

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Kinésiologie : le corps ne ment jamais !

Les origines de la kinésiologie sont apparues aux Etats-Unis dans les années 60. Encore méconnue, voire inconnue en France, considérée comme une science nébuleuse, la kinésiologie n’a pourtant rien d’irrationnel.

Monique Terrand, kinésiologue, nous explique comment, grâce à la pratique du « test musculaire », le kinésiologue interroge notre corps. Chaque émotion, chaque blessure, chaque choc, ont laissé une empreinte dans notre mémoire cellulaire. Même ce que nous avons ressenti dans le ventre de notre mère ou dans la petite enfance et que nous avons oublié, le corps, lui s’en souvient.

Cet « interrogatoire » pendant lequel le corps dit toute la vérité, rien que la vérité, permet d’établir un bilan holistique quant à la problématique de la personne et d’identifier les ressources nécessaires à son mieux-être.

Ce n’est pas de la métaphysique, c’est très cartésien et Monique Terrand nous explique tout cela très bien…

Monique Terrand – Kinésiologue
471 rue des Maranches – 21200 Challanges (à côté de Beaune)
Tel: 03 80 22 76 83
www.moniqueterrand-kinesiologue.com

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Loi d’Attraction : « Le Secret » partagé

le-secret-blog-beattitudes

S’il est un livre qui a marqué ma vie sur la route du développement personnel, sans aucun doute il s’agit du Secret. Certainement parce que c’était le premier. Mais aussi parce qu’il est simple et clair et parce que, si on est suffisamment ouvert d’esprit, les différents témoignages suffisent à convaincre du bien fondé et de la véracité de la Loi d’Attraction.

Les différentes interventions que l’on retrouve d’ailleurs en images dans le film éponyme, sont celles de chercheurs, de physiciens, de philosophes, de professeurs, d’auteurs. Toutes ces personnes lambdas étaient, pour certaines, issues d’un milieu social modeste. La Loi d’Attraction semble avoir parfaitement fonctionné pour eux et leur avoir apporté tout ce qu’ils souhaitaient qu’il s’agisse d’amour, de santé, de travail ou d’argent. A travers des livres, des conférences, des cours, ils partagent aujourd’hui leur savoir, leur expérience et leurs techniques, afin de révéler au plus grand nombre le secret de leur réussite, de leur bonheur et de leur bien-être.

Moi-même en lisant le Secret, en regardant le film, en m’inspirant de leurs principes de vie et d’exercices pratiques, je suis parvenue à changer beaucoup de choses. Je dirais même que TOUT a changé dans ma vie en seulement 4 ans et que la plupart de mes désirs se sont réalisés les uns après les autres. Certains ont mis un peu plus de temps que les autres à se matérialiser dans ma vie mais c’est parce que le processus était ralenti, empêché par mes propres freins, mes croyances limitantes, notamment en ce qui concernait ma vie sentimentale. Il a fallu que, parallèlement, je fasse un travail sur moi-même avec parfois une aide extérieure, afin de me libérer de certains carcans inconscients. Ceci n’a pas été le plus simple et le travail continu !

La Loi d’Attraction, c’est quoi ?

Le principe de la Loi d’Attraction nous apprend que nous pouvons recevoir tout ce que nous souhaitons dans la vie, absolument tout, pour peu que nous ayons la foi. Quand je dis « foi », il n’est pas question ici de croyance religieuse mais plutôt d’une absolue confiance en la vie, en l’Univers et en cette Loi d’Attraction. Nous découvrons ainsi que nous façonnons notre vie à l’image de nos pensées les plus présentes. Ainsi, si nous nous concentrons sur nos échecs, nous continuerons à échouer. On nous révèle que le meilleur moyen de voir se réaliser nos vœux, consiste avant tout à maintenir des pensées positives, des pensées tournées vers notre objectif. Il s’agit de cultiver quotidiennement des pensées et des ressentis d’abondance, de gratitude et d’amour et de se sentir bien car « le bonheur est le combustible du succès. » Cela m’avait paru si simple alors et cela me parait encore si facile chaque fois que je relis l’ouvrage. Et pourtant…

Et pourtant c’est plus difficile qu’il n’y parait… En effet, comment garder foi en l’abondance quand on nous parle de crise, de chômage, de baisse de pouvoir d’achat ? Comment conserver des pensées positives quand les infos et Internet nous assaillent d’images terribles de violence, d’avidité et de stupidité ? C’est là qu’il faut être fort, discipliné et savoir regarder ailleurs. Plein de choses magnifiques existent aussi et nous entourent : actions intelligentes, avancées encourageantes, merveilles de la nature, actes d’amour, rires d’enfants, œuvres d’art, livres inspirants, amitiés sans failles… plein de belles choses à voir, à entendre, à sentir, à partager. Tout le challenge consiste à ne pas l’oublier, sans pour autant devenir aveugle à la souffrance des autres. Toute la complexité de la Loi d’Attraction réside dans le fait de comprendre et d’admettre que si nous voulons faire changer la tendance, il nous faut avant tout nous concentrer sur ce que nous voulons : l’Amour, la gratitude, le respect de l’autre, la tolérance, la beauté, la paix, la santé, l’abondance… et  ressentir les émotions qui en découlent.

La fréquence de nos pensées façonne matériellement nos vies ! Et c’est là l’essentiel à retenir…

Mon objectif pour 2017 sera de vous raconter comment la Loi d’Attraction a fonctionné pour moi. Je vous donnerai des clés (les miennes) pour rester sur la bonne fréquence, celles des pensées positives. Je vous parlerai des outils que vous pouvez utiliser pour faire fonctionner la Loi d’Attraction et renforcer son pouvoir.

Mais en attendant, si vous souhaitez en savoir plus sur la Loi d’Attraction et, s’il s’agit là de vos premiers pas sur cette voie, je vous recommande Le Secret, le livre ou le film ou les deux !

« Le Secret » de Rhonda Byrne – Edition Simon & Schuster

Pour le commander : http://livre.fnac.com/a2607379/Rhonda-Byrne-Le-secret

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

« Journal d’un vampire en pyjama » : coup de cœur !

journal-dun-vampire-en-pyjama-blog-beattitudes

Journal d’un vampire en pyjama…

C’est l’été et, malgré l’ambiance toute pourrie qui règne un peu partout depuis des mois, et peut-être même, pour lui faire face, nous sommes beaucoup à essayer ou à envisager de prendre du bon temps. Personnellement, je rêve de choses simples : un peu de sable chaud sous mes pieds, une serviette déployée, la valse des vagues, le murmure de la plage et, devant moi, un écran de papier, une autre histoire, un ticket pour ailleurs, quelques heures de congés pour mes yeux et mes pensées écorchés, prendre entre mes mains, juste un bon bouquin.

Et, un bon bouquin, c’est précisément, ce que j’ai trouvé il y a une dizaine de jours. A la veille de partir en week-end, j’ai glissé dans ma valise, un joli livre noir… pas un polar, non. Un livre avec une belle couverture noire. Je l’ai d’ailleurs remarqué pour ça. C’est le titre ensuite, « Journal d’un vampire en pyjama », qui m’a interpelée. Alors, j’ai fait ce qu’on fait avec tous les livres qui nous intriguent : je l’ai retourné. Vite, découvrir sa face cachée, m’emparer du résumé. Mais ici, pas de pitch, juste un commentaire éloquent : « Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’aie jamais vécue. » Alors l’ouvrir, pénétrer un peu plus encore le sujet sans l’entamer. Sur la jaquette, lire une deuxième note de Mathias Malzieu, l’auteur, toute aussi appétissante. Il ne m’en fallait pas plus pour l’acheter et, quelques jours plus tard, le dévorer.

Qui est Mathias Malzieu ? Pour beaucoup, il est le chanteur du groupe Dionysos, pour les plus people, il est l’ex d’Olivia Ruiz, pour les littéraires, il est l’auteur, entre autres, de « La mécanique du cœur ». Il est tout ça en même temps et bien plus encore : auteur, compositeur, interprète, poète, écrivain, rêveur, éternel enfant… Lui qui raconte toujours des histoires abracadabrantes mais bourrées de poésies, voilà qu’il nous raconte un morceau de sa vie… ? Oui. Mais pas n’importe lequel !

En 2013, suite au tournage d’un clip, Mathias, ne se sent pas bien, épuisé. Histoire de se rassurer, il décide d’aller faire une analyse de sang un vendredi, juste avant le long week-end du 11 novembre. Les résultats sont prévus pour le mardi qui suit. Sauf que le soir même, c’est un médecin qui l’appelle pour lui intimer l’ordre de se rendre sans attendre aux urgences. Quelques examens complémentaires plus tard et ce fou de vie apprend qu’il est atteint d’aplasie médullaire, une maladie auto-immune. Ses propres anticorps attaquent sa moelle osseuse, comme s’il s’agissait d’un corps étranger et celle-ci a cessé de fonctionner. Mathias s’auto-sabote. Pénurie de globules rouges et blancs, carence de plaquettes. Pour survivre il a besoin du sang des autres. Il devient un vampire en pyjama.

Il décide alors de tenir un carnet de bord dans lequel il raconte SA guerre.  Celle qui va livrer contre mais aussi avec lui-même, celle qu’il va déclarer à Dame Oclès.

Si le fond n’a rien de marrant, la forme, elle, est hilarante. Dans les pires moments, j’ai souvent éclaté de rire. Il y a du génie dans cet humour là mais surtout un amour débordant pour la vie, pour Rosy, sa compagne. Il y a beaucoup de gratitude aussi, pour les médecins, les infirmières, ceux qui l’ont soutenus.

Je déteste entendre parler de maladie et l’hypocondriaque que je suis à temps partiel, frémit à la seule vue d’un hôpital. Si je vous recommande ce livre, c’est d’abord parce qu’il y est question de guérison, de survie, de victoire. Mais aussi parce que c’est une vraie bonne tranche de vie, un concentré de dérision délicieuse, un antidote contre le renoncement, une belle leçon de courage, d’amour, d’humour face à l’adversité, un bras d’honneur à la sinistrose…

Et… qu’on en a bien besoin.

Pour en savoir plus sur l’actualité du groupe et de Mathias Malzieu: www.dionyweb.com

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Opération Bikini – Chapitre 4: renforcement musculaire

L’opération Bikini se poursuit avec Sihème et des exercices de renforcement musculaire.
Au programme, on raffermit les fesses, les abdos et les bras. J’ai testé hier: ça chauffe!! … Et il semblerait, au vu de mes courbatures aujourd’hui, que nos cuissots ne soient pas en reste! On travaille tout ou presque en une vingtaine de minutes.
Pour plus de résultats, l’opération est à répéter 3 à 4 fois par semaine. Allez courage!! 😀

Pour plus de résultats, vous pouvez alterner avec une séance plus cardio: Opération Bikini Cardio-boxe!

3bFitness
10 avenue Charles Jaffelin – Beaune
Mobile: 06 17 79 24 22
Page Facebook: 3bFitness

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Haptonomie ou la magie d’une communication prénatale

haptonomie-blog-beattitudes

Nous sommes en 2013 et je suis enceinte de 3 mois. Le bébé qui grandit dans mon ventre n’est pas plus gros qu’une clé USB quand on me parle pour la première fois d’une pratique encore inconnue pour moi : l’haptonomie. L’aventure me mènera jusqu’au Docteur Véronique Cannet Charvoz qui a fait de l’haptonomie une manière de vivre son métier de médecin généraliste. Cette rencontre nous a permis, à moi et Stéphane, de nous connecter à notre enfant avant sa naissance et de préparer son arrivée. Elle m’a également fait découvrir une nouvelle vision du « prendre soin de l’autre », trop souvent absent de notre médecine moderne.

On est en novembre et je suis en reportage dans les caves d’un château bourguignon. Je suis enceinte mais ça ne se voit pas encore. C’est uniquement parce qu’au cours de la visite, le Directeur qui me reçoit, me demande si je souhaite déguster les vins du domaine, que je déclare, non sans un soupçon de regret, que cela aurait été avec grand plaisir mais que non, car je suis enceinte. Contre toute attente, il me demande comment se passe ma grossesse. Cette question, habituellement féminine, pourrait avoir été posée poliment mais non, je sens bien que la réponse l’intéresse vraiment. On échange sur le sujet car il s’avère que son épouse en a vécu sept… de grossesses ! Et, le monsieur me demande si je fais des séances d’haptonomie. Euh…. C’est-à-dire ? Parce que, voyez-vous, je ne sais pas ce que ça veut dire moi « haptonomie ». Le reportage prend alors une toute autre tournure…  Cet heureux père de sept enfants, pour un bon nombre déjà élevés, est un adepte de l’haptonomie. Il m’explique qu’il s’agit d’une communication par le toucher, entre les parents et leur futur enfant. Son enthousiasme est palpable, convaincu que l’haptonomie participe à mettre au monde des personnes bien dans leurs baskets, ce qui a l’air d’être le cas de ses 7 enfants (ça en fait des baskets !) Curieuse comme je suis et sans cesse à la recherche de nouvelles expériences, vous pensez bien que je n’allais pas rater l’occasion de tester ça.

Aujourd’hui, c’est-à-dire  trois ans après, je remercie ce monsieur d’avoir entrebâillé une porte que j’ouvrais largement quelques semaines plus tard en faisant connaissance avec le Docteur Véronique Cannet Chervoz.

En quoi consiste l’haptonomie prénatale ?

L’objectif de l’haptonomie prénatale est d’accompagner la femme et son compagnon pendant la grossesse et leur proposer d’écrire leur histoire à trois avant la naissance. Lire le reste de cet article »

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail