Shiatsu : le bien-être au bout des doigts

Le Shiatsu est une pratique ancestrale japonaise qui fait partie, depuis plusieurs années déjà, des mœurs occidentales en termes de bien-être. On trouve à présent de nombreux massages en institut fortement inspirés de cette méthode.

Le Shiatsu qui signifie « pression des doigts », consiste à exercer une série de pressions sur des points précis du corps, permettant ainsi de rétablir la circulation de notre énergie.

Stéphanie Atsé, praticienne et professeure de Shiatsu nous parle de cette massothérapie nippone et de ses nombreux bienfaits, mais aussi d’une technique moins connue : le DO IN. Cette méthode, sorte d’auto-Shiatsu, s’inspire aussi d’autres techniques orientales et permet, chez soi, de régler les petits désordres physiques et psychiques, soi-même et au quotidien.

 

Stéphanie Atsé
Point Médical
Rond-Point de La Nation – 21000 Dijon
Tel. 06 37 09 15 51
shiatsudijon.com

Cours de Do In (1 fois par mois – Dates indiquées sur le site de Stéphanie)
Association Fleur de Lotus
18 rue Lafayette – 21000 Dijon

 

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Festival International du chamanisme : j’ai fait un rêve…

festival-international-chamanisme

Désolée, pardon, merci, je t’aime

De retour depuis quelques jours du Festival International du chamanisme, ces quatre mots forts, je tenais à les distribuer, les offrir à qui de droit.

Désolée, pardon, à toutes les personnes qui suivent {Béat}titudes. Non, je n’ai rien posté la semaine dernière mais la foudre s’est abattue sur mon petit village, me privant depuis neuf jours, des moyens modernes de communiquer avec vous. Surtout, surtout, je tenais d’avance à m’excuser car je vous avais promis des interviews relatives au Festival International du chamanisme mais il n’en sera rien. J’avais bien emporté avec moi caméscope et dictaphone mais ils sont restés cachés, bien à l’abri dans la yourte.

Lorsque je suis arrivée à Genac le premier jour, j’ai immédiatement senti un appel à vivre pleinement ces trois jours, de l’intérieur, corps et âme investis, et non de l’extérieur, regard objectif et mental en action. J’ai croisé presque simultanément un photographe puis un reporter, tous deux en quête de sujets, de personnalités à interviewer. Je me suis sentie étrangère à leur mission. Je n’étais pas là pour cela. Alors, j’ai écouté ma petite voix intérieure qui me disait : « Ne regarde pas, vis. Ne questionne pas, attends les réponses. Ne sois pas spectatrice, deviens actrice. Ne demande pas, reçois. Sois, ressens, reçois, guéris, remercie, aime. »

Et j’ai vécu… un voyage formidable.

Sur cette terre pleine d’énergie, située non loin d’un site gallo-romain, parmi 2500 personnes portées par une même envie de voir le monde changer, au milieu de 130 chamanes guérisseurs, artistes et scientifiques venus des quatre coins du monde (Mali, Congo, Maroc, Russie, Mongolie, Amazonie, Pérou, Mexique, Canada, Etats-Unis, Australie…), plus que regarder, j’ai donc fait l’expérience… de rencontres formidables, d’échanges extraordinaires, d’émotions débordantes, de fou rires mémorables.

J’ai ressenti… beaucoup de paix, de bienveillance, de tolérance et d’amour, énormément d’amour et je vous assure que, oui, la Vérité, la solution, le remède à tous nos maux est bien là, dans l’Amour, qui manque tant à nos vies, à nos échanges, à nos comportements. La cérémonie d’ouverture du vendredi 28 avril fut un délicieux bouleversement. Voir ces hommes et ces femmes, si différents dans leurs couleurs de peau, leurs cultures, s’étreindre avec tant de tendresse, d’amour, de respect, les yeux brillants de bonheur de se retrouver ou de se rencontrer pour la première fois, m’a fait fondre en larmes. Je voyais là, à quelques mètres de moi, la possibilité d’un monde meilleur. Ces individus, en apparence si dissemblables, réunis dans ce microcosme intemporel chamanique, ont en commun l’essentiel : l’Amour de l’autre, de tous et du Grand Tout, le respect de chacun et de la planète qu’ils appellent tous, dans des langues différentes, la Terre Mère, la volonté de protéger l’eau, les forêts, les plantes médecines, les minerais… cette nature que tous respectent et vénèrent.

Sans rien demander, j’ai reçu des réponses, comme des fleurs en plein coeur.  J’ai vécu des soins que je suis encore et pour longtemps en train d’intégrer, digérer, assimiler. Ils sont nombreux, je les ai tous vécu comme de grands moments.

A travers une cérémonie Toltèque menée par Ulises, chaman mexicain, j’ai brûlé mes peurs afin de construire un meilleur projet de vie et réaliser mes rêves. Avec Elima Ngando, congolais, porteur des traditions et de la sagesse africaine, j’ai créé, à travers une danse d’ancrage, un équilibre entre mon masculin et mon féminin sacré. L’un n’est rien sans l’autre. Le masculin sacré pense les projets, le féminin sacré les met au monde. Si ces deux là ne s’entendent pas, rien ne se met en place dans notre vie. J’ai découvert mon plan d’incarnation grâce à une technique française qui allie pratiques ancestrales et connaissances scientifiques actuelles. Je vous parlerai d’ailleurs prochainement du créateur de ce procédé, Didier Rauzy, Déo Celte, guérisseur, diplômé de médecine chinoise, naturopathe et bio-énergéticien. J’ai assisté à une cérémonie de guérison collective, dirigée par la grande chaman de tradition sibérienne, Véra Sazhina. Je l’ai vue savoir instantanément d’où venait le problème de certaines personnes qui recevaient un soin particulier. J’ai vu des gens en souffrance repartir avec le sourire. Je suis allée à la recherche de mon chant médecine avec Mélissa Gérard, initiée à la sagesse ancestrale celte. Enveloppée par la chaleur et la bienveillance de Waimaania et Ojasvin, formidable couple néo-zélandais amoureux et solaire, j’ai eu l’honneur d’exécuter l’introduction du haka de guérison de la grand-mère et d’apprendre une méditation d’ancrage Maori. Sur le site sacré, les différentes délégations se côtoient. D’autres cérémonies de guérison collective se déroulaient donc juste à côté de nous. L’énergie n’a pas de frontière et traversait à loisir nos différents cercles. Ainsi, ai-je indirectement bénéficié des soins de chamans mongols, japonais, africains, mexicains…

J’ai reçu, j’ai guéri. J’ai remercié et j’ai aimé.

J’aimerais dire MERCI aux chamanes présents d’avoir fait le déplacement, de nous avoir fait partager leurs traditions ancestrales, de nous avoir offert un peu de leur magie guérisseuse. MERCI à Patrick Dacquay, créateur du festival en France, d’avoir fait de son rêve un peu fou, une réalité depuis 10 ans. MERCI à l’aTIPIque d’avoir organisé le voyage, d’avoir tant partagé avec nous durant ces quatre folles journées, ces trois soirées pleines d’échanges et ces trois nuits glaciales qui ne nous ont pas empêchés de nous réveiller le cœur chaud, des éclats de rire plein la bouche comme des rayons de soleil. A vous toutes et tous qui avez partagé ce voyage avec moi, je voulais vous dire : JE VOUS AIME !

Si vous souhaitez avoir un aperçu en images de ce qui s’est passé à Genac, vous pouvez aller visiter le site du festival. Mais sachez bien que cela ne retranscrit en rien, toute la beauté des rencontres, la vibration d’amour, l’atmosphère paisible et chaleureuse, la magie des instants sacrés, l’immense énergie positive et créatrice qui émane du lieu et des gens. Je vous encourage donc vivement à vivre le prochain festival qui aura lieu en 2018.

Sans attendre une année, si vous souhaitez être submergés par de belles émotions, pleurer, rire, chanter, danser, vibrer et guérir. Si vous voulez vous reconnecter à l’Amour, à votre être sacré, à la terre mère, permettez-vous de redécouvrir ces traditions ancestrales qui furent aussi très vivaces sur notre sol français, avant que les religions et la science ne viennent tenter de les enterrer. Le chamanisme a survécu. Les chamans ne sont jamais bien loin de chez nous. Votre âme n’a pas oublié, elle, la coexistence de notre monde avec celui de l’invisible, imprévisible et passionnant.

Je fais un rêve à mon tour, celui de tous les chamans, hommes et femmes médecine, guérisseurs, Mudangs, Gnaouas, Curanderos, celui de Paul Corriveau et Philippe Bobola qui oeuvrent actuellement dans ce sens : voir prochainement toutes les sagesses, médecines et traditions ancestrales, inscrites au patrimoine immatériel de l’Humanité afin qu’elles survivent et soient désormais protégées des oppresseurs.

Comme l’a dit Vera Sazhina : « Le chamanisme ne mourra jamais. »

www.festival-chamanisme.com

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Géobiologie: pour un habitat plus sain

David Coste pratique la géobiologie. En nettoyant les lieux d’habitation, il aide les habitants à se sentir mieux.

Il arrive parfois que nous dormions mal dans notre maison, que certains aient des maux de tête récurrents, un sentiment d’insécurité, que nos plantes se portent mal ou meurent malgré nos soins… Ces désagréments peuvent être causés par différents phénomènes traités par la géobiologie. Sous votre maison se trouvent peut-être une veine d’eau, une faille, une ligne du réseau Hartmann ou d’un autre réseau… Et si votre domicile était là bien avant vous et qu’il a vu passer plusieurs familles avec tout ce que cela comporte d’événements, d’émotion, de deuils, il se peut aussi qu’une ou plusieurs entités soient restées dans ce qui fut autrefois leur demeure.

Tous ces phénomènes peuvent entraîner plusieurs formes de mal-être, malaises et, parfois même, à long terme, certaines maladies.

La géobiologie peut vous aider à rééquilibrer les énergies de votre habitation et à vous sentir mieux.

Dans son interview, David Coste nous explique ce qu’est le réseau Hartmann, une cheminée cosmo-tellurique et en quelles circonstances la géobiologie peut intervenir dans nos maisons.

David COSTE – Géobiologue
06 07 12 25 18
entredebonnesmains@outlook.com

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Quand l’hypnose guérit

Tout le monde connait l’ hypnose. A défaut d’avoir testé et connu cet état hypnotique, on a tous vu au moins une fois une démonstration d’ hypnose à la télé. S’il s’agit là d’ hypnose spectacle, très impressionnante et efficace pour  épater la galerie et faire rire un public, il est important de rappeler que cette pratique est de plus en plus utilisée, de manière beaucoup plus douce et très sérieuse, dans le domaine médical. Déjà utilisée par Freud dans le milieu de la psychanalyse, l’hypnose est aujourd’hui utilisée en milieu hospitalier dans le cadre de certaines opérations, comme substitution à une anesthésie générale trop lourde pour certains patients. Elle intervient aussi dans le traitement des insomnies, des dépressions, des douleurs, d’un mal-être généralisé. L’hypnose aide aussi à perdre du poids, à retrouver confiance en soi, à débloquer certaines situations…

Si on ne pense pas elle spontanément, elle pourrait bien malgré tout, être la réponse à de nombreux problèmes d’ordre physique et psychologique.

Comment ça marche ? Marie Blazejczyk, hypnothérapeute à Dijon, nous aide à y voir plus clair.

10 Rond-Point de la Nation
Immeuble Apogée B
21000 Dijon
Tel. 06 52 41 35 79
Site Web

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Rencontre avec Laurent Gounelle

Il y a un mois, je vous parlais du dernier roman de Laurent Gounelle sorti fin 2016 « Et tu trouveras le trésor qui dort en toi ». Un livre inspirant, dans lequel  à travers une plongée dans différentes religions et courants de pensée, on découvre une vérité universelle qui semble pouvoir aider l’homme à s’élever, à vivre intensément et véritablement sa vie et à trouver la joie de manière durable.

Laurent Gounelle est aussi à l’origine de « L’homme qui voulait être heureux ». Ce livre devenu un best-seller a inspiré des milliers de personnes à travers le monde. Les lecteurs qui le suivent connaissent aussi « Les Dieux voyagent toujours incognito », « Le philosophe qui n’était pas sage » et « Le jour où j’ai appris à vivre », une véritable invitation à vivre dès aujourd’hui, selon nos aspirations profondes, afin d’être pleinement satisfaits de notre existence.

A l’occasion d’une conférence qu’il tenait samedi 1er avril à Autun, j’ai pu rencontrer l’auteur. A l’occasion d’une interview, il nous parle d’un des thèmes récurrents dans ses romans et qui lui tient à cœur : l’ego ou comment savoir qui l’on est vraiment ?

Il nous parle ici du danger de s’identifier à nos attributs extérieurs (possessions, profession, qualités physiques ou intellectuelles…) et nous rappelle que si nous voulons savoir qui nous sommes réellement, il nous faut laisser parler notre cœur et non notre ego. Laurent Gounelle partage avec nous quelques clés qui peuvent nous permettre d’avancer dans cette aventure passionnante qu’est la découverte de notre être profond, de notre raison d’être là et de notre mission de vie…

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Rencontre avec un magnétiseur médium

Philippe Burnier n’est pas un magnétiseur comme tous les autres. Il est aussi médium. Depuis son plus jeune âge, Philippe est connecté au monde invisible. Ce don l’aide dans son rôle de magnétiseur guérisseur car il lui permet de connaître la cause de nos malaises et d’intervenir sur des douleurs physiques mais aussi sur des souffrances psychologiques.  

Philippe BURNIER
3 Grande Rue
21270 VIELVERGE
Tel. 06 25 13 32 76
Page Facebook: Arcangeciel Philippe Burnier

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Les quatre accords Toltèques : pour être plus libre et plus heureux

les-quatre-accords-tolteques

Parmi tous les livres qui m’ont accompagnée sur le chemin du développement personnel, il en est un qui m’a particulièrement aidée à être un peu plus tolérante avec les autres, avec moi-même et surtout, à me préserver du regard et du jugement des autres : Les quatre accords Toltèques de Don Miguel Ruiz.

Les quatre accords Toltèques, enseignés ici par le célèbre chaman mexicain, Don Miguel Ruiz, proposent un code de conduite, assez éloigné de nos (mauvaises) habitudes mais qui, si on l’applique, peut transformer rapidement et véritablement notre vie en une expérience plus riche en liberté, bonheur et amour.

Qui sont les Toltèques ?

Les Toltèques ont vécu il y a des milliers d’années à travers tout le Sud du Mexique. Ces femmes et ces hommes étaient des scientifiques, des artistes voués à explorer et préserver la connaissance spirituelle et les pratiques des anciens. Les naguals (chamans) qui se transmettent depuis toujours cette sagesse ancestrale, ont été contraints de la dissimuler pendant de nombreuses années, à partir de l’invasion européenne. Elle a refait surface il y a plusieurs décennies, peut-être parce qu’il est temps, depuis un certain temps, de redonner aux gens une forme de sagesse… Cet enseignement Toltèque n’est en rien une religion. Et même s’il conserve une dimension spirituelle, il s’apparente davantage à un mode de vie, qui aide à vivre dans la paix, l’amour et la joie.

Les quatre accords Toltèques : c’est quoi ?

Il s’agit d’un enseignement qui se compose de 4 codes de conduite. L’anthropologue américain, Carlos Castaneda est le premier à avoir fait découvrir au grand public cet enseignement qui nous vient du fond des âges. Dans cette même tradition, Don Miguel Ruiz, nous offre à travers son ouvrage, un regard moderne sur Les quatre accords Toltèques. Il nous explique de manière claire comment vivre ces leçons de vie et devenir des « guerriers pacifiques » dans notre monde moderne. Pour se faire il faut :

Que notre parole soit impeccable : C’est sans doute l’accord le plus important mais aussi le plus difficile à respecter. Pour le comprendre, il faut déjà avoir admis le pouvoir créateur de la parole. Les mots que nous prononçons ne sont pas que des sons. Ils sont le reflet de nos pensées. Nos pensées et nos paroles possèdent une force créatrice très puissante. De nombreuses recherches en physique quantique l’ont prouvé. Tout ce qui existe a d’abord été pensé avant d’avoir été créé. Il en est de même avec tout ce qui vous arrive dans votre vie (cf. article sur Le Secret et le phénomène de la loi d’attraction). C’est pour cette raison que votre parole doit être impeccable. Qu’est-ce que cela implique ?

 1) De toujours parler de manière positive. Ex : « j’espère qu’il fera beau » et non pas « j’espère qu’il ne pleuvra pas ». 2) De ne pas dire du mal de vous-mêmes. Ex : bannissez de votre langage les usuels « ah quelle nulle ! », « mais que je suis bête », qu’on dit souvent pour des choses sans importance et qui nous font, sans le savoir, beaucoup de tort. 3) De ne pas dire du mal des autres. Nous sommes tous reliés. C’est ce que nous raconte la première partie du livre intitulée « Le miroir de fumée » et, faire du mal ou dire du mal des autres, équivaut à se faire du mal à soi-même.

Quoiqu’il arrive, n’en faites pas une histoire personnelle : Je dois dire que cet accord là m’a beaucoup aidée. Il est en effet particulièrement utile pour devenir imperméable aux critiques, aux jugements, à la colère des autres, aux insultes quand elles surgissent. Il suffit pour cela de comprendre que vous n’êtes pas responsables de ce que les gens pensent, font ou disent. Qui vous êtes, ce que vous faites est un miroir pour l’autre. Ce qu’il y voit n’est que le reflet de ses propres peurs, croyances limitantes, opinions, valeurs etc… qu’il a cultivé en grandissant et qui ne sont pas forcément les mêmes que les nôtres. Ainsi, si quelqu’un ne vous aime pas, juge votre comportement, critique votre physique ou dénigre votre travail…  ne pensez pas cela vient de vous, que cette personne a raison. Ce point de vue résulte simplement d’une programmation particulière, propre à cette personne qui ne vous aime pas, vous juge ou vous critique. Cette personne est confrontée à ses propres sentiments, croyances et opinions. Si vous en faites une affaire personnelle, vous souffrez. Ne donnez pas votre accord à ce que les gens vous disent ou à ce qu’ils pensent et disent de vous. Il s’agit de leur vérité et leur vérité n’est pas la vôtre. 

Ne faites pas de suppositions : nous avons tous une fâcheuse tendance à faire des suppositions sur tout et tous. On imagine ce que les autres pensent de nous, ce qu’ils font ou vont faire, les raisons de leurs actions. Que se passe-t-il alors ? On interprète de travers, nos suppositions deviennent des vérités et nous en faisons une affaire personnelle. Nous faisons parfois un drame de ce qui s’est construit sur une simple supposition… Donc STOP. Arrêtons de faire des suppositions. Si nous voulons savoir, posons des questions. Je vous l’accorde, parfois c’est difficile. Cependant, c’est tellement plus libérateur et salvateur que ça vaut le coup de se faire violence. Et, surtout, c’est nettement moins douloureux. Don Miguel Ruiz donne des exemples qui, je vous l’assure, parleront à toutes et tous.

Faites toujours de votre mieux : ce quatrième accord concerne l’application des trois premiers. Ce n’est pas parce que nous décidons de changer, que toutes ces nouvelles habitudes vont pouvoir se mettre en place une fois que nous aurons refermé le livre. Il nous faut du temps pour modifier nos comportements, nos modes de pensée et beaucoup d’indulgence. Essayons de faire de notre mieux et notre mieux de demain sera sans doute meilleur que notre mieux d’aujourd’hui. Notre mieux du matin en pleine forme, sera meilleur que notre mieux de fin de journée, fatigués. N’en faisons pas « trop » pour ne pas nous épuiser. Essayons d’être juste avec nous-mêmes, en respectant chaque jour un peu plus Les quatre accords Toltèques. Vous verrez que, rapidement, vous vous sentirez mieux, moins victime des autres, plus responsable de votre propre vie, plus libre et plus heureux.  

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Le Shanti: Lieu de Révolution intérieure

Le Shanti, restaurant végétarien situé à Dijon, est bien plus que cela. Willy et son épouse l’ont imaginé et créé il y a 15 ans, comme un lieu de révolution intérieure.

Cet espace pluriel se compose aussi d’un salon de thé indien, dont les banquettes et le cadre feutré sont un appel à la détente, et d’un caveau réaménagé en lieu d’accueil et d’éveil à la spiritualité.

Willy tenait à faire du Shanti un endroit où les gens, toutes religions et philosophies confondues seraient les bienvenus, où chacun aurait l’occasion de se reconnecter avec son être profond, d’exprimer, de vivre sa spiritualité. Pour cela, le Shanti propose de nombreuses activités telles que différentes sortes de yoga, de la méditation de pleine conscience, du Wutao… mais aussi des conférences sur des thématiques de bien-être holistique, des cafés-débat-ciné, des rencontres exceptionnelles avec des sages indiens… tout ce qui peut nous amener à réfléchir, à nous élever, à vivre mieux.

Le décor, la musique, l’encens… tout est d’inspiration indienne. L’endroit est chaleureux, apaisant et toutes les activités proposées sont très abordables (5€). Willy, le propriétaire, nous en dit plus sur ce lieu entre parenthèses, comme une respiration.

Le Shanti
69 Rue Berbisey – 21000 Dijon
Tel. 06 60 94 27 20
Site Web : leshanti.unblog.fr

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Olfactothérapie : connais-toi toi-même !

Harmoniser nos énergies pour se sentir bien ou, aller plus loin dans la recherche de développement personnel, c’est possible grâce à l’ olfactothérapie ! Cette méthode utilise les odeurs et les vibrations des huiles essentielles pour dénicher, dénouer et apaiser les mauvaises expériences du passé qui encombrent notre présent.

L’ olfactothérapie permet également, pour les personnes qui souhaitent mieux se connaître, de savoir ce qui se joue en eux au niveau émotionnel, de comprendre d’où viennent certains blocages, de se libérer de certaines croyances limitantes qui empêchent d’avancer.

Un excellent moyen de rééquilibrer ses émotions, son énergie et un magnifique levier de connaissance de soi. Laurence Heimlich, spécialiste en olfactothérapie, nous parle de cette méthode.

Laurence Heimlich
1 Chemin du Bas des Combes
21310 Beire-le-Châtel, France
06 87 13 61 85

Laurence nous parle aussi du pouvoir des Fleurs de Bach

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Et tu trouveras le trésor qui dort en toi

laurent-gounelle

Dans son nouveau roman, Laurent Gounelle nous entraîne dans l’univers passionnant de la spiritualité. A travers une plongée dans différentes religions et courants de pensée, on découvre une vérité universelle qui semble pouvoir aider l’homme à s’élever, à vivre intensément et véritablement sa vie et à trouver la joie de manière durable.

L’histoire

Tout commence le jour où Alice, une jeune femme dynamique et audacieuse, retrouve son ami d’enfance, Jérémie. Devenu prêtre de campagne, il lui confie être accablé par le faible nombre de fidèles qui le suivent. Athée et conseillère en communication, Alice se met en tête de l’aider à sa manière.

Amenée par la force des choses à se plonger dans le monde de la spiritualité, du christianisme à l’hindouisme, du taoïsme au bouddhisme, Alice va découvrir une vérité universelle particulièrement troublante. Une vérité concernant l’homme et la clé de son épanouissement, passée sous silence par les religieux, perdue au fil des siècles…

Renouer avec la spiritualité

En France, il y a 2 siècles, les hommes ont tourné le dos à la religion. Il était alors essentiel à l’époque de se libérer de l’emprise que les religieux et la doctrine chrétienne avaient sur l’ensemble de la population, du carcan dans lequel étaient emprisonnées les vies de chacun. Malheureusement, en se détachant de la religion, les hommes se sont aussi coupés de la spiritualité et se sont mis à vivre à un niveau essentiellement matériel. Ils se sont alors attachés à des valeurs liées à la réussite, au pouvoir, à l’argent, aux plaisirs sensoriels. Ils se sont ainsi installés dans une existence assez vide de sens en entrant dans l’ère de l’AVOIR, en oubliant d’ETRE.

Que répondriez-vous si l’on vous demandait : QUI ETES-VOUS ? Lire le reste de cet article »

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail