La Fleur de Vie : secret d’un puissant symbole

fleu-de-vie

La Fleur de Vie… très joli nom d’une figure que je ne connaissais pas jusqu’à ce qu’une amie m’en offre une. Plus qu’un harmonieux dessin à la dénomination charmante, la Fleur de Vie est surtout une forme géométrique sacrée, un puissant symbole que l’on retrouve depuis la nuit des temps dans le monde entier, à travers de nombreuses religions et diverses cultures, une onde de forme capable de ré-harmoniser l’énergie vibratoire de l’eau mais pas que…

Une figure géométrique, symbole de vie

Cette figure géométrique que l’on peut s’amuser à reproduire, consiste en une série de cercles qui se superposent et s’entrecroisent selon une règle précise : le centre de chaque cercle doit se trouver sur la circonférence de six cercles environnant de même diamètre. Elle est le plus souvent constituée de 19 cercles complets et de 36 arcs circulaires partiels, le tout entouré d’un large cercle.

Le point de départ de la Fleur de Vie est un cercle central qui symbolise à lui seul le point originel, la graine, la source de toute vie. La figure de base, composée de 7 cercles et appelée Graine de Vie, illustre parfaitement le développement de la vie à partir d’un seul noyau. La relation est d’ailleurs facile à faire entre cette structure et une cellule qui se divise. Il suffit de regarder un embryon de 3 jours en train de se former…

graine-de-viegraine-de-vie-simpleembryon-trois-jours

     graine de vie      Graine de vie simplifiée    embryon de 3 jours

A la manière d’une division cellulaire, les cercles se multiplient et la forme se déploie. La Fleur de Vie symbolise donc à la fois la création et la croissance, celles que l’on retrouve de manière naturelle dans la nature mais aussi chez l’homme moderne, qui souhaite agrandir son horizon, son champ d’action, ses connaissances. Le cercle qui entoure souvent la Fleur de Vie peut facilement faire penser à la couche protectrice d’un ovocyte. Dans ce cas, elle pourrait représenter la vie qui s’exprime à travers un corps, limitée par cette enveloppe matérielle. Sans son cercle, la figure symbolise alors la vie elle-même, c’est-à-dire le développement infini des cellules. Elle est donc la parfaite analogie du phénomène d’expansion et d’énergie vitale.

Le mystère de ses origines sacrées

La Fleur de vie est considérée comme une figure sacrée, d’abord par son caractère emblématique. A travers sa beauté, sa perfection géométrique et esthétique, elle symbolise en effet le processus de renouvellement perpétuel de la vie.

C’est certainement pour cette raison et pour l’onde de forme qu’il émet, que ce symbole a été retrouvé inscrit sur de nombreux sites, un peu partout dans le monde, ce qui lui confère un caractère mystérieux. On le trouve représenté cinq fois sur l’une des colonnes de granit du temple d’Osiris à Abydos en Egypte. Sous la patte du lion chinois à l’entrée de la cité interdite de Pékin. En Israël, dans les anciennes synagogues de la Galilée et sur le site de Massada. Dans le Codex Atlanticus de Léonard de Vinci. Une structure répétitive, construite sur le modèle de la Fleur de Vie, apparait aussi dans les pièces assyriennes du Musée du Louvre. 

Il faut dire que si l’on creuse et décortique la figure, il apparait que celle-ci renferme d’autres formes extraordinaires : des symboles universels et les modèles de la Création !

D’abord, nous l’avons vu, la base de la Fleur de vie, c’est le cercle c’est à dire la cellule, l’unité de base, le point de départ de la vie. Puis, formée de 7 cercles, nait La Graine de Vie comme symbole de création et d’expansion cellulaire.

On retrouve aussi le Vesica piscis, figure fondamentale de la géométrie sacrée que l’on retrouve dans les religions païennes et monothéistes. Apparaît également Le Triquetra, symbole très connu en Europe du Nord, composé de 3 Vesica piscis. Il est présent dans le schéma de la décomposition du spectre lumineux et à travers les anneaux Borroméens qui font référence à la force, à l’unité et à la trinité chrétienne.

vesica-piscistriquetra

                 Vesica Piscis                         Triquetra

 

Mais la Fleur de vie renferme en outre l’Arbre de vie, autre symbole universel et une forme essentielle : Le Fruit de vie, constituée de 13 sphères qui contiennent plusieurs lois mathématiques et géométriques.

arbre-de-viefruit-de-vie

       L’arbre de vie

 

En effet, si on relie entre eux tous les cercles présents dans le Fruit de vie, on obtient alors le cube de Métatron en 2 dimensions.

cube-de-metatron

  Cube de Métatron

Ce dessin, modélisé en 3 dimensions, offre à voir une figure contenant les 5 solides de Platon, à savoir : Le Tétraèdre (Octangle), l’Hexaèdre, L’Octaèdre, le Dodécaèdre et l’Icosaèdre.

cinq-solides-de-platon

Ces 5 solides obéissent à 4 règles précises et strictes: Toutes les faces ont la même surface, toutes les arêtes ont la même longueur, tous les angles mesurent 90°, toutes les figures peuvent tenir dans une sphère, tous les angles touchant cette sphère. Sans entrer dans les détails, ces systèmes d’information seraient capables de donner accès à la source de tout ce qui existe, qu’il s’agisse du corps humain, de la nature ou des galaxies.

A chaque solide, Platon a d’ailleurs assimilé un élément : terre, feu, eau, air, Ether (ou esprit ou Univers)

Ainsi donc, la Fleur de Vie contiendrait aussi symboliquement les 5 éléments, à l’origine de tout ce qui existe dans l’Univers.

C’est en cela et à travers toutes ces figures essentielles, porteuses d’une signature vibratoire puissante et très particulière, que réside sans nul doute, le secret de la Fleur de Vie.

Onde de forme puissante

La Fleur de Vie est une onde de forme puissante, très stable qui invite à l’expansion et l’expression de soi-même. Elle émet une énergie très belle qui contribue à l’harmonisation constante des structures de l’eau.  Elle régénère, rééquilibre, dynamise et protège.

Je ne sais pas jusqu’où s’étend le pouvoir vibratoire de cette forme. Certaines personnes rapportent des changements physiques et psychologiques après avoir porté un pendentif Fleur de Vie. D’autres l’utilisent pour améliorer l’harmonie de leur habitat, certains pour dynamiser les minéraux, les préparations homéopathiques, les Fleurs de Bach, les huiles essentielles…

Personnellement, je l’utilise pour augmenter le taux vibratoire de l’eau et de certains aliments. Ce que je peux vous dire de façon sûre, c’est que le goût de l’eau change après que la carafe soit restée quelques minutes sur le disque Fleur de vie…

Comment utiliser la Fleur de Vie ?

Vous pouvez décider de la porter sur vous. Il existe de très beaux bracelets et pendentifs. Il est également possible de l’accrocher à un mur pour une action d’harmonisation vibratoire de votre lieu de vie. Vous pouvez aussi vous en servir de manière ciblée pour élever le taux vibratoire de votre eau et de vos aliments.

Vous pouvez les trouver dans certaines boutiques de minéraux et magasins ésotériques.
La boutique Min’Eros à Saint-Laurent-sur-Saône, à côté de Mâcon, propose de très jolis bijoux Fleur de Vie !

Il en existe de toutes tailles, dans des matériaux différents, de différentes couleurs, avec ou sans incrustation de minéraux.

Pour la choisir, tendez votre cœur et ressentez la Fleur de Vie qui vous attire le plus.

http://mineros.cristal.free.fr/

 

 

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Festival International du chamanisme : j’ai fait un rêve…

festival-international-chamanisme

Désolée, pardon, merci, je t’aime

De retour depuis quelques jours du Festival International du chamanisme, ces quatre mots forts, je tenais à les distribuer, les offrir à qui de droit.

Désolée, pardon, à toutes les personnes qui suivent {Béat}titudes. Non, je n’ai rien posté la semaine dernière mais la foudre s’est abattue sur mon petit village, me privant depuis neuf jours, des moyens modernes de communiquer avec vous. Surtout, surtout, je tenais d’avance à m’excuser car je vous avais promis des interviews relatives au Festival International du chamanisme mais il n’en sera rien. J’avais bien emporté avec moi caméscope et dictaphone mais ils sont restés cachés, bien à l’abri dans la yourte.

Lorsque je suis arrivée à Genac le premier jour, j’ai immédiatement senti un appel à vivre pleinement ces trois jours, de l’intérieur, corps et âme investis, et non de l’extérieur, regard objectif et mental en action. J’ai croisé presque simultanément un photographe puis un reporter, tous deux en quête de sujets, de personnalités à interviewer. Je me suis sentie étrangère à leur mission. Je n’étais pas là pour cela. Alors, j’ai écouté ma petite voix intérieure qui me disait : « Ne regarde pas, vis. Ne questionne pas, attends les réponses. Ne sois pas spectatrice, deviens actrice. Ne demande pas, reçois. Sois, ressens, reçois, guéris, remercie, aime. »

Et j’ai vécu… un voyage formidable.

Sur cette terre pleine d’énergie, située non loin d’un site gallo-romain, parmi 2500 personnes portées par une même envie de voir le monde changer, au milieu de 130 chamanes guérisseurs, artistes et scientifiques venus des quatre coins du monde (Mali, Congo, Maroc, Russie, Mongolie, Amazonie, Pérou, Mexique, Canada, Etats-Unis, Australie…), plus que regarder, j’ai donc fait l’expérience… de rencontres formidables, d’échanges extraordinaires, d’émotions débordantes, de fou rires mémorables.

J’ai ressenti… beaucoup de paix, de bienveillance, de tolérance et d’amour, énormément d’amour et je vous assure que, oui, la Vérité, la solution, le remède à tous nos maux est bien là, dans l’Amour, qui manque tant à nos vies, à nos échanges, à nos comportements. La cérémonie d’ouverture du vendredi 28 avril fut un délicieux bouleversement. Voir ces hommes et ces femmes, si différents dans leurs couleurs de peau, leurs cultures, s’étreindre avec tant de tendresse, d’amour, de respect, les yeux brillants de bonheur de se retrouver ou de se rencontrer pour la première fois, m’a fait fondre en larmes. Je voyais là, à quelques mètres de moi, la possibilité d’un monde meilleur. Ces individus, en apparence si dissemblables, réunis dans ce microcosme intemporel chamanique, ont en commun l’essentiel : l’Amour de l’autre, de tous et du Grand Tout, le respect de chacun et de la planète qu’ils appellent tous, dans des langues différentes, la Terre Mère, la volonté de protéger l’eau, les forêts, les plantes médecines, les minerais… cette nature que tous respectent et vénèrent.

Sans rien demander, j’ai reçu des réponses, comme des fleurs en plein coeur.  J’ai vécu des soins que je suis encore et pour longtemps en train d’intégrer, digérer, assimiler. Ils sont nombreux, je les ai tous vécu comme de grands moments.

A travers une cérémonie Toltèque menée par Ulises, chaman mexicain, j’ai brûlé mes peurs afin de construire un meilleur projet de vie et réaliser mes rêves. Avec Elima Ngando, congolais, porteur des traditions et de la sagesse africaine, j’ai créé, à travers une danse d’ancrage, un équilibre entre mon masculin et mon féminin sacré. L’un n’est rien sans l’autre. Le masculin sacré pense les projets, le féminin sacré les met au monde. Si ces deux là ne s’entendent pas, rien ne se met en place dans notre vie. J’ai découvert mon plan d’incarnation grâce à une technique française qui allie pratiques ancestrales et connaissances scientifiques actuelles. Je vous parlerai d’ailleurs prochainement du créateur de ce procédé, Didier Rauzy, Déo Celte, guérisseur, diplômé de médecine chinoise, naturopathe et bio-énergéticien. J’ai assisté à une cérémonie de guérison collective, dirigée par la grande chaman de tradition sibérienne, Véra Sazhina. Je l’ai vue savoir instantanément d’où venait le problème de certaines personnes qui recevaient un soin particulier. J’ai vu des gens en souffrance repartir avec le sourire. Je suis allée à la recherche de mon chant médecine avec Mélissa Gérard, initiée à la sagesse ancestrale celte. Enveloppée par la chaleur et la bienveillance de Waimaania et Ojasvin, formidable couple néo-zélandais amoureux et solaire, j’ai eu l’honneur d’exécuter l’introduction du haka de guérison de la grand-mère et d’apprendre une méditation d’ancrage Maori. Sur le site sacré, les différentes délégations se côtoient. D’autres cérémonies de guérison collective se déroulaient donc juste à côté de nous. L’énergie n’a pas de frontière et traversait à loisir nos différents cercles. Ainsi, ai-je indirectement bénéficié des soins de chamans mongols, japonais, africains, mexicains…

J’ai reçu, j’ai guéri. J’ai remercié et j’ai aimé.

J’aimerais dire MERCI aux chamanes présents d’avoir fait le déplacement, de nous avoir fait partager leurs traditions ancestrales, de nous avoir offert un peu de leur magie guérisseuse. MERCI à Patrick Dacquay, créateur du festival en France, d’avoir fait de son rêve un peu fou, une réalité depuis 10 ans. MERCI à l’aTIPIque d’avoir organisé le voyage, d’avoir tant partagé avec nous durant ces quatre folles journées, ces trois soirées pleines d’échanges et ces trois nuits glaciales qui ne nous ont pas empêchés de nous réveiller le cœur chaud, des éclats de rire plein la bouche comme des rayons de soleil. A vous toutes et tous qui avez partagé ce voyage avec moi, je voulais vous dire : JE VOUS AIME !

Si vous souhaitez avoir un aperçu en images de ce qui s’est passé à Genac, vous pouvez aller visiter le site du festival. Mais sachez bien que cela ne retranscrit en rien, toute la beauté des rencontres, la vibration d’amour, l’atmosphère paisible et chaleureuse, la magie des instants sacrés, l’immense énergie positive et créatrice qui émane du lieu et des gens. Je vous encourage donc vivement à vivre le prochain festival qui aura lieu en 2018.

Sans attendre une année, si vous souhaitez être submergés par de belles émotions, pleurer, rire, chanter, danser, vibrer et guérir. Si vous voulez vous reconnecter à l’Amour, à votre être sacré, à la terre mère, permettez-vous de redécouvrir ces traditions ancestrales qui furent aussi très vivaces sur notre sol français, avant que les religions et la science ne viennent tenter de les enterrer. Le chamanisme a survécu. Les chamans ne sont jamais bien loin de chez nous. Votre âme n’a pas oublié, elle, la coexistence de notre monde avec celui de l’invisible, imprévisible et passionnant.

Je fais un rêve à mon tour, celui de tous les chamans, hommes et femmes médecine, guérisseurs, Mudangs, Gnaouas, Curanderos, celui de Paul Corriveau et Philippe Bobola qui oeuvrent actuellement dans ce sens : voir prochainement toutes les sagesses, médecines et traditions ancestrales, inscrites au patrimoine immatériel de l’Humanité afin qu’elles survivent et soient désormais protégées des oppresseurs.

Comme l’a dit Vera Sazhina : « Le chamanisme ne mourra jamais. »

www.festival-chamanisme.com

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

aurathérapie: j’ai testé!

auratherapie-jai-teste

Je n’ai rien dit de moi à Nelly avant le soin d’ aurathérapie. Je ne voulais pas l’influencer et surtout, j’avais envie qu’elle me surprenne. Elle ne savait donc pas qu’une douleur au genou gauche, persistante depuis quelques semaines, m’avait empêchée de dormir la nuit précédente. Elle ignorait qu’une chute de vélo à 18 ans avait sensibilisé mon tibia droit, que j’avais subi une opération du col de l’utérus et que j’ai souvent mal entre les omoplates.

Pendant le soin qui dure environ 40 min, je souhaite garder les yeux ouverts pour voir comment ça se passe. Je la regarde officier. Un enchaînement de mouvements parfaitement chorégraphié. Je ne sens rien de particulier. Je comprends vite que ma démarche est inutile, tout se passe sur le plan subtil. Je décide donc d’arrêter d’être dans l’observation pour réellement vivre l’expérience.

La musique, la chaleur du poêle font rapidement leur effet. Je suis hyper détendue. Jusqu’ici Nelly bougeait ses mains au-dessus et autour de moi, sans qu’il y ait le moindre contact. Le soin avance et, à travers les vêtements, elle appuie doucement sur des points du corps. Un procédé qui finit de me relaxer totalement. C’est très agréable. Elle m’invite à m’asseoir afin de terminer la séance par le dos. La tête me tourne un peu et je me sens légèrement vaseuse. Je prends le temps de recouvrer mes esprits (c’est que l’ interview de Nelly sur l’ aurathérapie m’attend après ça !)

Un diagnostic bluffant

Confortablement installée dans son canapé, thé en mains, je lui demande de me relater mon check up « aurathérapeutique ». Je ne vais pas être déçue… Lire le reste de cet article »

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Mon voyage chamanique: comment j’ai guéri une mémoire

voyage-chamanique-blog-beattitudes

Le chamanisme m’attirait depuis longtemps. Lors de mon séjour au Pérou, j’aurais souhaité vivre un voyage chamanique. Cela ne s’est pas présenté et c’était mieux ainsi sûrement. Voyageant seule, malade, j’aurais sûrement mal vécu un nouveau périple (intérieur celui-ci), à base d’Ayahuasca. J’ai guéri des choses… différemment, dans une douleur plus consciente. Au niveau chamanisme cependant, je restais sur ma faim…

Mais la patience est mère des vertus puisque tout à fait (pas) par hasard, c’est l’interview d’une artiste pour un magazine, qui devait m’emmener là où je rêvais d’aller. Une amie commune m’avait déjà avertie qu’elle participait une fois par mois à un cercle de méditation chamanique. Vous imaginez ma curiosité et mon engouement ! L’interview terminée, je profitai d’un bon feeling, pour l’emmener sur mon domaine de prédilection : la spiritualité et, par la-même, le voyage chamanique. A ce moment là, Christine aura l’intelligence de ne pas trop m’en dire. Juste assez pour me donner envie d’essayer.

Quelques jours seulement après notre rencontre, elle me propose de l’accompagner à L’aTIPIque, à Saint-Laurent sur Saône, au prochain cercle de méditation, dont le thème « Faire mourir l’ancien et renaître au nouveau » finit de me convaincre tout à fait. Lire le reste de cet article »

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

La flottaison, expérience intérieure

caisson-flottaison-blog-beattitudes

Meïsõ (méditation en japonais) est née d’une rencontre et d’une histoire d’amour entre une sophrologue, Maïté Breger et un designer, Alexandre Kournwsky.

Pendant ses études de design, lors d’un partenariat, Alexandre est amené à travailler sur les capteurs encéphalogrammes utilisés lors de séances de méditation augmentée. Il lit alors toute une série de publications sur les moyens d’augmenter les effets de la méditation et, parmi les différents outils cités, se trouve le caisson de flottaison.  Pour la petite histoire, le caisson de flottaison est né aux Etats-Unis, inventé par John Cunningham Lilly dans les années 50. Ce neuropsychiatre s’était alors demandé ce qu’il se passait au niveau de la conscience lorsque celle-ci n’était troublée par aucun stimulus extérieur. Il a donc créé son premier caisson qui ressemblait davantage à un sarcophage, l’a rempli d’eau à forte concentration saline pour permettre à l’individu de flotter. Cet outil, qui n’avait absolument pas été pensé dans le but de détendre les gens, accueillait les « cobayes » du professeur qui, malgré tout, ressortaient de là, très détendus.  Plus tard, le caisson de flottaison deviendra un instrument de relaxation, d’introspection, de méditation.

Alexandre met l’idée du caisson de flottaison dans un coin de sa tête.

Parallèlement Maïté rentre des Etats-Unis où elle vient d’étudier une technique qui se situe entre la sophrologie et l’hypnose, faite de visualisations et de méditations guidées, entre autres.

Quand Alexandre lui  parle des caissons de flottaison, elle voit là tout de suite un outil capable de l’aider dans sa démarche de sophrologue et sa recherche de bien-être pour l’autre. Rapidement, ils partent testés le concept, déjà présent à Londres et trouvent ça tellement génial qu’ils décident de l’importer en France.

Plutôt que l’acheter, Alexandre préfère le créer lui-même. Le couple passe un an à réfléchir à la conception du caisson de flottaison, le choix du lieu, leur stratégie et un premier espace nait en mai 2015, rue Saint-Denis dans le 2ème arrondissement de Paris.

Dans cet endroit coupé du monde, très intimiste, et plus particulièrement dans le caisson de flottaison, les gens passent et vivent des expériences très personnelles, parfois très fortes. On flirte souvent avec le sommeil, parfois, comme ce fut mon cas, on se laisse emporter. C’est trop tentant car on est encore mieux que dans le plus confortable des lits. L’importante concentration saline fait qu’on flotte. Tout notre corps est porté. Il n’y a donc aucuns points de pression, aucune position inconfortable, aucun mouvement de retournement, aucune sensation de fourmillement possible. Tous les fluides circulent librement. Les micro-siestes ont de ce fait un effet très régénérant.

J’ai testé le caisson de flottaison

Entrer dans cette bulle chaude et solide m’a plu tout de suite. Lire le reste de cet article »

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Mon voyage initiatique au Pérou

Machu Pichu-Blog-Béattitudes

J’ai fait un voyage au Pérou. Je le voulais initiatique, il l’a été, mais pas vraiment comme je l’entendais. En avril 2013, je suis partie seule, 15 jours. Ce n’est rien 15 jours. Rien pour ceux qui restent. Pour moi, ces deux semaines ont paru deux mois. Le temps s’étire quand on s’éloigne. Il s’allonge quand on s’arrache à nos habitudes et nos plannings bien orchestrés. Faits de hauts et de bas, ces touts petits 15 jours ont, tout simplement, changé ma vie. Lire le reste de cet article »

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Haptonomie ou la magie d’une communication prénatale

haptonomie-blog-beattitudes

Nous sommes en 2013 et je suis enceinte de 3 mois. Le bébé qui grandit dans mon ventre n’est pas plus gros qu’une clé USB quand on me parle pour la première fois d’une pratique encore inconnue pour moi : l’haptonomie. L’aventure me mènera jusqu’au Docteur Véronique Cannet Charvoz qui a fait de l’haptonomie une manière de vivre son métier de médecin généraliste. Cette rencontre nous a permis, à moi et Stéphane, de nous connecter à notre enfant avant sa naissance et de préparer son arrivée. Elle m’a également fait découvrir une nouvelle vision du « prendre soin de l’autre », trop souvent absent de notre médecine moderne.

On est en novembre et je suis en reportage dans les caves d’un château bourguignon. Je suis enceinte mais ça ne se voit pas encore. C’est uniquement parce qu’au cours de la visite, le Directeur qui me reçoit, me demande si je souhaite déguster les vins du domaine, que je déclare, non sans un soupçon de regret, que cela aurait été avec grand plaisir mais que non, car je suis enceinte. Contre toute attente, il me demande comment se passe ma grossesse. Cette question, habituellement féminine, pourrait avoir été posée poliment mais non, je sens bien que la réponse l’intéresse vraiment. On échange sur le sujet car il s’avère que son épouse en a vécu sept… de grossesses ! Et, le monsieur me demande si je fais des séances d’haptonomie. Euh…. C’est-à-dire ? Parce que, voyez-vous, je ne sais pas ce que ça veut dire moi « haptonomie ». Le reportage prend alors une toute autre tournure…  Cet heureux père de sept enfants, pour un bon nombre déjà élevés, est un adepte de l’haptonomie. Il m’explique qu’il s’agit d’une communication par le toucher, entre les parents et leur futur enfant. Son enthousiasme est palpable, convaincu que l’haptonomie participe à mettre au monde des personnes bien dans leurs baskets, ce qui a l’air d’être le cas de ses 7 enfants (ça en fait des baskets !) Curieuse comme je suis et sans cesse à la recherche de nouvelles expériences, vous pensez bien que je n’allais pas rater l’occasion de tester ça.

Aujourd’hui, c’est-à-dire  trois ans après, je remercie ce monsieur d’avoir entrebâillé une porte que j’ouvrais largement quelques semaines plus tard en faisant connaissance avec le Docteur Véronique Cannet Chervoz.

En quoi consiste l’haptonomie prénatale ?

L’objectif de l’haptonomie prénatale est d’accompagner la femme et son compagnon pendant la grossesse et leur proposer d’écrire leur histoire à trois avant la naissance. Lire le reste de cet article »

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

La cryothérapie : pour prendre un bon coup de froid

cryotherapie-beattitudes.fr

Cryothérapie… Quand j’ai vu ce mot dans le dépliant des soins proposés par le spa Marie de Bourgogne à l’hôtel Le Cep, j’ai immédiatement pensé à la cryogénisation. Il m’est même remonté un vieux souvenir d’enfant, celui d’un film avec Louis de Funès et d’un type effrayant coincé dans un bloc de glace. Bon, il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que cryo=froid et que thérapie=thérapie. Faut pas être sorti de Saint-Cyr, là, ça va c’est dans mes cordes ! Par contre, toute curieuse que je suis, j’avais hâte de découvrir l’engin destiné à nous congeler sur place et pourtant censé nous faire du bien. Difficile à croire pour moi qui ai une sainte horreur du froid ! Surtout quand Corinne, Manager du spa, m’annonce que la température va descendre à -120° ! Hein ?! Mais on ne meurt pas à cette température ? On a du mal à s’imaginer l’effet de ces degrés Celsius venus de l’au-delà. Quoi? On se fige et on casse ? Ca m’intrigue trop, il faut que j’essaie.

Alors, c’est en petite culotte et chaussons fourrés que j’embarque. (je vous fais grâce de la photo!) Seuls les pieds sont bien protégés. Je disparais donc, avalée par la machine infernale, un caisson futuriste tout droit sorti d’un film de science-fiction. Seule ma tête dépasse. En fait, j’ai changé d’avis, laissez-moi repartir dans MON espace-temps, là où les matelas des tables de massage sont chauffés, l’huile aussi, où la musique est douce et les mains des masseuses aussi… Non, ben non. J’y suis, j’y reste. Corinne m’informe que la bête va cracher de l’azote liquide à plusieurs reprises, de plus en plus froid, pour atteindre la température de -120° donc… et que surtout, quand les vapeurs réfrigérées arriveront vers mon visage, il ne faudra surtout pas inspirer (l’objectif étant tout de même de ne pas se cramer les poumons). Vous percevez l’importance du détail, là ? Du coup, je cale ma respiration sur celle de la bête et me voilà en train de baigner dans un nuage gelé.  Le temps est relatif disait Einstein… Il avait raison, j’en veux pour preuve mes 2 heures de contractions avant la péridurale ET les 3mn de cryo ! J’exagère un peu (si, si, j’aime bien en rajouter) parce que, même si c’est clair que ça caille, et qu’on claque véritablement des dents, ce n’est pas si terrible. Et puis surtout, suite à la séance, les premiers bienfaits se font ressentir immédiatement. D’abord, je suis contente que ça s’arrête, il faut bien dire ce qui est. Ensuite, la température ambiante s’apparente à une douce chaleur et, c’est indéniable je me sens bien dans mon corps et dans ma tête, détendue, un peu euphorique. Mais la cryothérapie a en plus bien d’autres avantages.

La cryothérapie, un peu plus sérieusement…

Confronté à une température hors norme et donc à une situation inhabituelle, l’organisme se met en alerte et remet en route tout un système de sécrétions hormonales (mélatonine, endorphine… d’où la sensation de bien-être et d’euphorie) qui vont être bénéfiques pour le fonctionnement du corps et qui vont relancer « la machine ». La cryothérapie est un déclencheur. Le corps fait le reste. Les atouts de cette technique sont nombreux. Si les sportifs de haut niveau s’en servent pour se remettre plus vite d’une blessure ou régénérer leurs muscles (Usain Bolt en aurait un chez lui), la cryothérapie mérite d’être utilisée de façon plus large. Ainsi, pour les personnes qui veulent récupérer du jet lag, se redynamiser, améliorer leur sommeil, soulager des problèmes d’arthrose, d’arthrite, de douleurs musculaires, la méthode a fait ses preuves.

Il y a bien entendu des contre-indications et quelques consignes à respecter mais une praticienne est là pour guider et donner le mode opératoire. Le Spa Marie de Bourgogne a d’ailleurs sélectionné le prestataire qui affiche le plus d’expérience dans le domaine paramédical. L’équipe profite ainsi d’une expertise d’accompagnement et de formation appropriée.

Alors, c’est sûr, le principe de s’enfermer dans un caisson où la température peut descendre jusqu’à -170° peut freiner les plus frileux.  Et c’est vrai qu’on sort un peu du registre du bien-être pour faire la part belle à la remise en forme. Le bien-être arrive après en revanche. Je vous rassure, on supporte très bien ce voyage glacé parce qu’il s’agit d’un froid sec (et puis surtout, si moi je l’ai supporté, tout le monde peut le faire, je vous l’assure). Et franchement, le voyage sensoriel reste un moment fort.

 

La cryothérapie
Spa Marie de Bourgogne – Hôtel Le Cep
27 rue Maufoux – Beaune
Tel : 03 80 22 35 48
Site Web : Hotel-cep-beaune.com

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Le lit de flottaison… extatique!

Lit-de-flottaison-blog-beattitudes

La plaquette annonçait : Bed Jouvence Flottaison… Un nom bizarre qu’il me tardait de concrètement comprendre. Parce que j’avais beau décortiquer, j’avoue que j’avais quand même du mal à me faire une idée précise du phénomène…

« Bed » = lit. Ok, jusqu’ici tout va bien. « Jouvence » = jeunesse, cure de jouvence. Un truc qui rajeunit ou en tout cas qui fait du bien ? Mouais pourquoi pas. Mais alors « flottaison »… En l’occurrence, je comprends bien le concept de flotter mais comment c’est possible, en vrai?

Et puis, je le vois. L’objet de ma curiosité ressemble à une imposante baignoire, longue et haute, dans laquelle est inséré un gros matelas pneumatique (je schématise évidemment). Je ne saisis toujours pas l’idée de flottaison. C’est une fois dessus que la lumière se fait à tous les étages. Allongée, toute habillée, je commence à sentir des petits jets me masser à travers le matelas. Il y a de l’eau là-dessous. Quasiment, dès le début de la séance, je m’enfonce. Le matelas rempli d’air est en train de se dégonfler (là, j’avoue que c’est bien d’être prévenue. Sinon, on peut se demander si c’est bien normal tout ça ou si on est en train de revivre la nuit tragique du 12 août 2003 au camping des Flots Bleu, quand à 1H du mat, le matelas a fait Pchhhhh avant de rendre l’âme…) Bref, ça fait partie du protocole, tout va bien. Je descends donc progressivement pour amerrir dans de l’eau chaude. Plus que les légers massages, c’est la sensation de flotter qui, en effet, me procure le plus de détente, de plaisir. Tout en étant au sec, j’ai l’impression d’être accueillie dans un cocon chaud, qui n’est pas sans rappeler le ventre de la mère, est-on tenté de dire, même si, j’ai beau me concentrer, je ne m’en souviens pas. Visiblement, mes cellules s’en souviennent, elles, et ça leur plaît. Je perds complètement la notion du temps, et m’offre le luxe d’un lâcher-prise total du corps et de l’esprit. Réunir la chaleur, la sensation de flotter et les massages, c’est très bien vu, limite extatique. Je manque de m’endormir, en tout cas, je ne suis plus tout à fait là un paquet de fois. Une expérience unique en son genre pendant laquelle, il parait que même les plus stressés (ceux qu’un simple massage laisse de marbre) se laissent enfin aller.

Toutes les bonnes choses ont une fin (les mauvaises aussi d’ailleurs, fort heureusement). Mais la machine ne nous expulse pas de son giron pour autant. Non, l’ascension se fait en douceur. Un accouchement délicieux (je me demande si on a déjà mis ces deux mots l’un à côté de l’autre ?) Je ressors d’ici comme si j’avais avalé une boîte de Sédatif PC, souriante, légèrement déphasée, trèèèèès détendue, juste bien quoi !

Je recommande. Vous raconter l’expérience, me donne même envie d’y retourner daredare !

Le Bed Jouvence Flottaison
Spa Marie de Bourgogne – Hôtel Le Cep
27 rue Maufoux – Beaune
Tel : 03 80 22 35 48
Site Web : Hotel-cep-beaune.com

Renseignez-vous : le lit de flottaison (ou lit d’enveloppement) existe certainement dans d’autres instituts français, plus près de chez vous.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Le NIA : j’ai testé!

nia-beattitudes  nia-beattitudes

J’avais rencontré Régine Petit sur le salon Zen à Paris et, suite à notre entretien, j’avais visionné quelques vidéos. J’étais très curieuse de tester le NIA. Pas tellement pour la technique en elle-même qui m’apparaissait comme une étrange chorégraphie, loin du modern jazz que j’affectionne depuis l’enfance, mais surtout pour essayer de comprendre ce que ressentaient ces hommes et ces femmes que j’avais vus en vidéos et qui semblaient si béats suite au cours, comme en état de grande relaxation.

Pendant l’interview de Régine, j’ai compris à quel point la respiration était au cœur de sa vie. Elle prend le temps d’inspirer et d’expirer, je veux dire, VRAIMENT inspirer et expirer. Cela ralentit le rythme des mots, apporte un état naturel de relaxation et apaise son interlocuteur (ou l’agace complètement si l’individu est branché sur 10 000 volts). Comme elle le dit très justement : « le souffle est essentiel » et nous l’oublions trop souvent. Moi-même quand je suis stressée, angoissée ou un peu tendue (même pour rien, devant un film, une émission, un événement où règne un peu de tension, un rien de suspens),  j’ai l’habitude de dire : « ça y est, je suis en apnée ».  Alors là, prendre le temps de respirer, surtout entre deux reportages sur Paris, je n’allais pas rater ça.

Début du cours de NIA. Je me regarde dans la glace. Sûrement le réflexe persistant de 7 ans de danse où la coordination et la posture exigent logiquement un miroir.  Ici, pas de chorégraphie à retenir. On exécute les gestes de Régine en même temps qu’elle. On se perd un peu, on se mélange les pédales, on en rigole. J’observe mon reflet  gesticulant et trouve quand même que c’est très moche ce que je suis en train de faire. Je suis trop concentrée sur l’exactitude des mouvements et comprends vite que ce n’est pas l’intérêt de l’exercice. Alors, progressivement, je lâche prise. Peu importe les mouvements parfois disgracieux, je décide de ne plus les voir en cessant presque toute relation avec le miroir. Je prends conscience de ce qui se passe dans mon corps et dans ma tête. Les cris, au début, c’est un peu étrange pour moi (d’autant que je n’ai jamais été adepte du « crier pour se libérer ». Non moi je me trouve ridicule quand je crie, alors je garde, j’étouffe, je tais et parfois je somatise… ) Finalement j’accepte de jouer le jeu et trouve même ça agréable. On est là pour ça, laisser aller nos émotions. Ce n’est ni de la colère, ni de la tristesse qui sortent de moi. Je me rends compte que je souris. Je ne ressens que joie, amour et gratitude. Je jette quelques coups d’œil au reflet de ma bobine et oui, il est bien là, affiché en grand, cet air béat que je voyais sur les gens des vidéos il y a quelques jours.

Je n’ai pas eu le temps de participer à l’exercice de relaxation qui ponctuait certainement agréablement cette séance. Néanmoins, je suis repartie pleine de bonnes énergies, dynamique, apaisée, heureuse et très réchauffée. En effet on bouge vraiment pendant une heure, on est essoufflé, on élimine, on se raffermit. Le NIA, c’est véritablement du sport, ça je vous le jure !

Plus d’infos et d’images avec la Vidéo de Beattitudes

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail