Médium guérisseur: rencontre avec Annabelle de Villedieu

Depuis sa plus tendre enfance, Annabelle de Villedieu est en communication avec l’au-delà. Brillante à l’école, la jeune femme choisira pourtant une autre voie et deviendra ingénieur aéronautique. Mais son don la rattrape. Un jour, au pied du mur, elle acceptera enfin de mettre à profit ses qualités médiumniques afin d’aider les autres et deviendra médium guérisseur. Comment ?

Un médium guérisseur est un canal.

En se connectant à des entités supérieures (sortes de guides), en utilisant l’énergie de ses mains et la musicothérapie, Annabelle de Villedieu aide les gens à se libérer de ce qui les encombre (mémoires karmiques, traumas, croyances limitantes acquises durant l’enfance…) afin de les aider à retrouver leur véritable être sacré, à obtenir ce qu’ils méritent vraiment, à aller sur le chemin qui est véritablement le leur, à devenir libres!

Aujourd’hui, Annabelle travaille sur le nettoyage karmique, la relation parentale, l’impact de la mère et de la lignée féminine dans le transgénérationnel. Elle « répare » tout spécialement les femmes qui ont été blessées et les aide à retrouver leur féminin sacré, une énergie puissante, belle et créatrice.


Les rendez-vous d’Annabelle de Villedieu:

  • A la TV, tous les jeudis à 14H et 23H dans son émission de voyance en direct ID VOYANCE sur la chaîne IDF1 (TNT : canal 22 / Free : canal 214)
  • A la radio, tous les 2ème mercredi de chaque mois de 11H à 13H, pour une émission en direct « Les Clefs d’Annabelle » sur Radio Médecine Douce
  • et, une fois par mois entre 21H et minuit, pour l’émission « coaching de vie avec Annabelle de Villedieu » sur Radio Bob vous dit toute la vérité.

Annabelle de Villedieu
Tel : 06 60 65 63 67
Mail : annavilledieu@hotmail.fr
www.annabelledevilledieu.fr

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Sophrologie: activez vos pouvoirs!

La sophrologie, certains ont déjà essayé et on en a tous entendu parler. Mais sait-on vraiment ce que c’est ? En quoi consiste une séance ? Quelles sont les méthodes utilisées ? Quels sont ses bienfaits ?

Formée à la sophrologie, lorsqu’elle était infirmière psychiatrique, Véronique Fléty exerce depuis plus de 20 ans, cette méthode aux multiples bienfaits. Aujourd’hui, elle nous explique en quoi consiste la sophrologie, à qui elle s’adresse, dans quels cas l’utiliser et dans quelle mesure elle peut nous aider à aller mieux.

Vous verrez qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Nous avons tous des ressources intérieures incroyables pour aller mieux. Il suffit de savoir les mettre en marche pour aller mieux. La sophrologie, cette « pédagogie de l’existence » comme l’appelait son créateur Alfonso Caycedo, nous aide à activer nos propres pouvoirs.


Véronique Fléty
9 rue Marie Noël – Beaune
Tel. 06 10 98 70 87

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Psychogénéalogie: guérir les blessures de nos ancêtres

Ah la mémoire cellulaire… Savez-vous qu’au-delà de notre propre vécu, certains secrets de famille peuvent venir entraver notre vie : blocages, situations qui se répètent, difficultés à trouver l’amour ou à enfanter mais aussi maladies, maux et mal-être… ? Il peut alors s’agir de paternités ou de maternités cachés, d’abandon, de traumas non exprimés, de hontes dissimulées… La psychogénéalogie et la psychanalyse transgénérationnelle nous aident à dessiner notre arbre, à comprendre ce qui s’est joué dans le passé, à redécouvrir nos ancêtres, à lever le voile sur des mystères pour, enfin, faire entrer la lumière et nous guérir.

Noëlle Lamy, spécialiste en psychogénéalogie et psychanalyse transgénérationnelle, nous accompagne dans ce cheminement, nous aide à y voir plus clair grâce une formation pluridisciplinaire. Avec beaucoup de bienveillance et de joie, elle nous aide à redessiner notre arbre généalogique, établir les liens que nous entretenons inconsciemment avec nos aïeux, à les connaître, les comprendre, les accepter et les aimer, à grandir et guérir…


Noëlle LAMY
2 rue du Bourg – 21200 VIGNOLES
18 rue de Genève – 69006 LYON
17 rue Charles Lafitte – 92 000 NEUILLY/SEINE
Tel. 06 79 50 21 07
Mail: lamynoelle@yahoo.fr

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Géobiologie : harmoniser les énergies de notre lieu de vie

 

Géobiologie-Blog-Béattitudes

Vous dormez mal, vous vous sentez souvent fatigué ou oppressé ? Vous avez exploré plusieurs pistes mais les problèmes persistent ? Peut-être vivez-vous dans un lieu qui souffre d’un déséquilibre cosmo-tellurique. Savez-vous qu’un simple courant d’eau qui passe sous votre lit peut entrainer des insomnies ? Christine Botton pratique la  géobiologie. Œnologue de formation, elle intervient dans les vignes et les caves mais aussi dans les lieux d’habitation. Elle nous explique quelles sont ces énergies qui peuvent être vectrices de mal-être et comment rétablir un équilibre énergétique, essentiel à notre bien-être.

Qu’est-ce qu’un géobiologue ?

C’est une personne qui va ressentir l’ensemble des influences de l’environnement sur le vivant. L’étude du lieu, de l’organisation du sous-sol avec la présence de veines d’eau ou de failles, va permettre au géobiologue d’établir un diagnostic sur la «santé » d’un lieu ou d’une habitation. Toutes les civilisations ont cherché des endroits bénéfiques pour s’installer. Les menhirs, les dolmens, les pyramides, les temples païens, n’ont pas été posés là par hasard. Leur emplacement correspond à des points précis positifs, qu’on peut comparer aux points d’acupuncture de la terre. Sous ces lieux sacrés, il existe des points particuliers qui résultent souvent d’une superposition de courants du réseau électromagnétique Hartmann, de cours d’eau ou de faille. Ils sont catalyseurs d’une énergie tellurique. A l’inverse, certains  points d’intersection du réseau Hartmann sont pathogènes et absorbeurs d’énergie. Le Docteur Hartmann avait ainsi réussi à déterminer des zones à cancer.

Comment faites-vous pour ressentir ces zones négatives ?

Nous utilisons souvent des outils ancestraux comme un prolongement de notre corps. C’est le cas de la baguette de sourcier. Mais en réalité, c’est le corps qui ressent. Nous en étions tous capables autrefois. Avant de bâtir, les gens  ressentaient le lieu. Puis, l’arrivée de l’électricité a créé une sorte d’écran qui nous a rendus moins sensibles aux forces telluriques.

Comment la géobiologie peut améliorer l’atmosphère énergétique d’une habitation ?  

Une maison où l’on se sent fatigué, une chambre où l’on dort mal, sont souvent les signes d’un mauvais équilibre énergétique. Lire le reste de cet article »

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Somatothérapie : le corps se souvient de tout

La Somatothérapie, qu’est-ce que c’est ?

Somato = corps et thérapie = soin, la somatothérapie est donc un soin qui passe par le corps, une sorte de relation d’aide par le toucher. Il est question ici de massage spécifique et de bien plus que ça encore…

La somatothérapie sert à nous réconcilier avec les blessures du passé, celles dont on se souvient douloureusement mais aussi celles qui nous font mal et dont on ne se souvient pas : les mémoires héritées d’une famille, celles in utero, celles de la petite enfance. Si notre pensée est incapable de nous conduire là où nous avons vécu nos premières douleurs, déceptions, conflits, deuils, le corps lui a tout imprimé. C’est cette mémoire corporelle que la somatothérapie propose d’explorer pour mieux nous réconcilier avec elle et ainsi nous apaiser.

Marie-Cécile Nicolet nous raconte sa somatothérapie, telle qu’elle la pratique depuis des années. Riche de différentes techniques qu’elle a acquises au fil du temps et d’un don qu’elle a appris à développer, cette infirmière de formation nous explique de quelles manières elle accompagne ses patients sur le chemin de la guérison.


 

Marie-Cécile Nicolet – Somatothérapeute
Point Santé
2 rue du Bourg
21200 Vignoles
Tel. 06 73 46 85 68

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Entretien avec Stéphane Allix: existe-il une vie après la mort?

Stéphane Allix : l’enquêteur des mystères

stephane-allix

Stéphane Allix nait en 1968. A 19 ans, il devient journaliste en rejoignant clandestinement, en 1988, les résistants afghans en lutte contre l’occupant soviétique. Pendant les années 90, il voyage à travers le monde, couvre plusieurs guerres, réalise des films, écrit des livres : La petite cuillère de Schéhérazade, sur la route de l’héroïne – Carnets afghans, avec son épouse Natacha Calestrémé – Afghanistan, Aux sources de la drogue –  Afghanistan, Visions d’un partisan.

Il cesse d’être reporter de guerre lorsque son frère de 30 ans, Thomas, meurt dans un accident de voiture en Afghanistan. Ce deuil sera le début d’un long questionnement et d’enquêtes sur l’hypothèse d’une vie après la mort.

A partir de 2003, il s’engage dans l’étude et la recherche sur les conséquences de la révolution scientifique en cours, avec une approche comparée de disciplines telles que la psychiatrie, la physique quantique, la biologique, l’astrophysique, ainsi que les expériences inexpliquées et les connaissances traditionnelles.

En 2007, il fonde l’Institut de recherche sur les expériences extraordinaires (INREES), consacré à l’étude des expériences humaines inhabituelles, telles que les expériences de mort imminente.

Stéphane Allix est également l’auteur et le réalisateur de la série de documentaires Enquêtes Extraordinaires diffusés sur M6 en 2010 et en 2013.

Ecrivain, il a récemment publié Le Test qui est devenu rapidement un bestseller. Son livre raconte une expérience : à la mort de son père en 2013, Stéphane Allix a placé des objets dans son cercueil. Il n’en a parlé à personne. Puis, il a interrogé des médiums qui disent communiquer avec les morts afin de les mettre à l’épreuve. Ont-ils découvert de quels objets il s’agissait ? C’était le test.

C’est suite à la lecture de ce livre que j’ai souhaité rencontrer son auteur.

Pourquoi cette rencontre ?

Pour moi qui, depuis toute petite, me posais de nombreuses questions – existentielles, philosophiques et même techniques – à ce sujet, j’ai eu le bonheur de trouver bon nombre de réponses et une bonne dose de réconfort dans cet ouvrage. Enfant, j’avais peur de la mort et du néant censé l’accompagner. Il y avait bien la religion et le prêtre du samedi soir qui nous parlait de la vie éternelle. Alors j’essayais de me rassurer avec ça et d’imaginer. Mais non, rien n’y faisait décidément. La vie éternelle ? Un truc sans fin ? Cette notion m’effrayait tout autant que le néant et me filait le même tournis que l’infinité de l’Univers. Tout était bien trop vaste, illimité, vertigineux, pour être représenté dans mon cerveau de petite fille.

Au fil du temps, j’ai fini par trouver des débuts de réponses et un peu d’apaisement à travers l’expérience de mort imminente que mon grand-père maternel m’avait confiée à l’âge de 13 ans, le témoignage d’autres « survivants », une conférence de Jean-Jacques Charbonnier,  le chamanisme… et « Le test ».

Cette conversation de novembre 2015, dans un bistro près du Panthéon, nous a amené à aborder plusieurs sujets. C’est cet enregistrement d’une heure que je vous retranscrirai ici, en plusieurs fois, à travers une série d’entretiens thématiques. Il y sera bien sûr question de l’hypothèse d’une vie après la mort, de quelques interrogations techniques sur la communication avec l’Au-delà, de cheminement pendant sa vie pour mieux se préparer à l’autre vie, d’expériences chamaniques troublantes et de l’importance de trouver sa raison d’être…

Je souhaite que vous preniez autant de plaisir à lire les propos de Stéphane Allix que j’en ai eu à les écouter.

le-test-stephane-allix-beattitudes

Premier entretien: Y’a-t-il une vie après la mort ? Faut-il attendre des preuves ?

Ce livre « Le Test » est-il la preuve que la vie après la mort existe ?

Le mot « preuve » est attaché à une démarche scientifique matérialiste reproductible qui ne s’adapte pas à cette analyse. C’est comme si on essayait d’analyser mathématiquement un concerto de Chopin. On pourrait faire toutes les observations qu’on veut, cela nous donnerait un certain nombre de résultats mais que percevrait-on de la créativité, de la beauté et de l’émotion, que suscite ce concerto ? Ce sont des domaines qui, dépassée une certaine limite, échappent à la science. Mon expérience auprès de médiums n’est pas une démarche scientifique. Mais, personnellement, après 15 années de recherches sur le sujet, elle a fini de me convaincre sur l’existence d’un au-delà.

La science a tout de même tenté de prouver l’existence d’un ailleurs ?

Ces phénomènes, qu’il s’agisse de mort imminente, de médiumnité etc. peuvent en effet être observés d’un point de vue scientifique. On peut se couper les cheveux en quatre pour les expliquer et formuler différentes hypothèses. C’est bien de faire ce travail là. C’est une bonne chose que les recherches sur la conscience soient envisagées. Par contre, ça implique un énorme changement de paradigme pour avoir des outils à la mesure du phénomène.  Sauf que pour l’instant on n’est pas encore dans ce changement de paradigme. On est dans un moment de transition, c’est-à-dire qu’on essaie d’analyser quelque chose qui est de l’ordre de la réalité de demain avec des outils d’hier. Forcément à un moment donné, ça coince, c’est insatisfaisant, frustrant.

Mais pour croire, les gens ont besoin de « preuves »…

Il y a des scientifiques, des para-psychologues qui depuis un siècle essaient de prouver par exemple l’existence de la télépathie. On a accumulé un nombre de données incroyable, des méta-analyses qui prouvent que cela existe, que c’est une réalité. Cela ne change rien. La majorité des gens disent  toujours « si ça existait, ça se saurait, on aurait des preuves ». Mais on a des preuves ! Cela montre que la preuve scientifique est une espèce d’objet fantasmé dans notre société. On a mis la science sur une sorte de piédestal  mais la science n’est pas La Vérité, elle n’est pas Dieu. C’est juste une méthodologie de questionnement. Il y en a d’autres que j’ai découverts depuis quelques années qui permettent également d’appréhender la réalité.

Lesquelles ?

L’amour par exemple. La relation amoureuse que j’ai avec ma femme n’est pas réductible à une expérience scientifique, pourtant cela nourrit ma vie au quotidien. Depuis quelques années, cela me rend meilleur, cela change la totalité de mon existence. Pour comprendre l’influence de ma vie amoureuse sur mon être et ma vie en général, il faut trouver d’autres outils. Ce peut être l’intuition, la littérature, la poésie etc. Il n’y a pas lieu ici de faire un calcul mathématique ou une analyse physicochimique.

Alors, il faut s’en remettre à nous-mêmes, nos ressentis, nos propres croyances, nos expériences?

Oui. Pour la question de la vie après la mort, l’approche scientifique a permis, par exemple, de prouver que les expériences de mort imminente ne sont pas des hallucinations. Mais ce qui serait intéressant pour un pays comme la France, marqué par sa tradition de cartésianisme, ce serait de parvenir à trouver un équilibre entre un vrai discernement scientifique et un esprit ouvert. On n’a pas besoin d’obtenir toujours des certitudes mais, au contraire, de laisser émerger  une position d’équilibre en chacun de nous, qui nous donne une stature plus adulte, plus apaisante, plus enrichissante pour notre quotidien. Cette ouverture d’esprit sur la mort nous permet de mieux accepter la perte de nos proches et la perspective de notre propre mort. Quand on parvient à être très apaisé dans l’accompagnement de fin de vie, comme ça m’est arrivé pour la mort de mon père et quand on devient curieux, pas impatient, juste curieux, de notre propre mort, finalement on a appris tout ce qu’on devait savoir sur la mort. C’est là où j’en suis arrivé aujourd’hui.

Cela signifie-t-il que vous n’avez plus peur de la mort aujourd’hui ?

A priori non. J’ai 47 ans, normalement je ne devrais pas mourir demain. Si j’étais malade et qu’on m’annonçait que je vais mourir dans 15 jours, je pense que je vous répondrais différemment. Je n’ai pas d’appréhension particulière, je ne suis pas impatient. Je suis juste curieux de cet événement car ce sera le couronnement de mon existence. Les premiers jours de ma mort seront colorés de tout ce que j’aurai développé durant ma vie. C’est pourquoi j’essaie au quotidien d’être vigilant sur mes émotions, mes pulsions, toutes ces choses que je ne contrôle pas et qui sont liées à des blessures, des mémoires. J’essaie au maximum de les mettre en lumière, de les comprendre, de les soigner. Pour être prêt le moment venu et ne pas en devenir esclave. Parce que les médiums mais aussi le Bardo dans le Bouddhisme, le Livre des morts tibétains et les différentes traditions chamaniques, disent tous que nos premiers pas dans la mort ressemblent à des premiers pas dans un rêve. Notre jus de cerveau, notre inconscient, les choses non réglées prennent plus d’importance dans nos rêves. Ce voyage dans un autre monde (comme le rêve), est aussi coloré par nos peurs et nos mémoires inconscientes. Plus on aura nettoyé notre inconscient de notre vivant, moins on aura de mauvaises surprises. Après, je ne veux pas donner un caractère trop noir ou trop inquiétant à la mort car on est aidé de l’autre côté. Au même titre que lorsqu’on arrive sur terre, on est attendu par la maman, le papa, les sages-femmes, les obstétriciens…  D’après ce que me disent les gens, on est également attendu de l’autre côté.

Justement avant, ma préférence allait vers une mort subite, pas violente mais soudaine. Quelque chose de vite fait, bien fait pour m’éviter la souffrance d’une longue maladie. Mais votre livre nous apprend que ce n’est pas la « meilleure » mort, le passage le moins douloureux.

C’est clair que pour quelqu’un qui ne s’est jamais intéressé à la vie après la mort, qui n’a jamais réfléchi à l’idée, le fait de mourir de manière très subite, dans un accident de voiture par exemple, va rendre ses premiers instants dans l’au-delà très confus. Il ne saura pas ce qui vient de se passer, ni où il est, ni même qu’il est mort peut-être. S’il pensait que la mort c’est la fin et qu’il se retrouve ailleurs mais vivant, sans savoir à quoi s’attendre, ce peut être très perturbant. Selon certains médiums, cet état de confusion peut durer longtemps. Pour ces personnes là, il vaut mieux en effet se préparer et envisager « l’après » dans un lit d’hôpital. L’accompagnement médical évite de plus en plus de trop souffrir. Par contre, pour moi qui pense à la mort régulièrement et qui l’envisage comme une continuité, même si je meurs soudainement dans un accident de voiture, je pense que j’aurai rapidement des éléments qui vont me permettre de comprendre ce qui m’arrive. C’est vrai que souvent quand on appréhende cette question là, ce qui ressort, c’est avant tout le désir de ne pas souffrir. C’est normal. J’aimerais vraiment être relié quand je vais mourir, être conscient, regarder autour et pouvoir participer à ce processus. J’espère que je serai en état de le faire.

Existe-il plusieurs niveaux d’existence dans l’au-delà ?

De l’autre côté, d’après les médiums, il semble y avoir plusieurs niveaux. Je n’y vois pas une connotation morale accompagnée d’une notion d’enfer et de paradis qui est une image très attachée à la culture chrétienne. En revanche, ces dispositions d’esprit qui sont les nôtres, nous permettent de travailler à nettoyer notre inconscient. Si on arrive dans l’au-delà en ayant fait le ménage des peurs, des mémoires, des fantasmes, on sera assez net avec ce qui est en train de se passer. Par contre, si on se moque complètement de la spiritualité, des casseroles que l’on trimballe, qu’on préfère être esclave de nos émotions et picoler plutôt que nettoyer, là on risque, non pas d’être jugé par les autres, mais d’être victime de ses pulsions.

Si je fais une sorte de synthèse de ce que les médiums m’ont rapporté et de ce que j’ai lu, il apparait que sur terre, on peut tous se côtoyer en ayant un niveau de spiritualité différent, qu’il s’agisse du Dalaï-lama et d’un terroriste mais que dans l’au-delà, nos dispositions et notre présence spirituelle va nous attribuer naturellement une « famille ».

Si ce n’est la science, qui nous renseigne sur ce qui se passe après ?

Les lamas tibétains qui ont développé la capacité d’aller dans ses autres univers et d’en revenir, les chamanes qui communiquent avec les esprits et même les médiums. En revanche, il ne faut pas essayer soi-même avec le spiritisme par exemple, d’interroger les esprits car on ne sait pas qui s’invite à la table. Ce peut être dangereux et les réponses ne seront pas valables.

 

Je vous invite à nous retrouver dans 15 jours pour un nouvel entretien avec Stéphane Allix. Il y sera question de communication avec l’au-delà…

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

L’énergiologie ou la thérapie des énergies

Lors du salon Zen à Paris, j’ai rencontré Jean-Michel Méric. Cet ancien ostéopathe a créé une nouvelle discipline surprenante!

A travers son interview, découvrez  l’énergiologie, ou comment guérir notre corps physique en rééquilibrant l’énergie de nos corps subtils. Il est question ici de mécanique quantique, de réorganisation vibratoire et de mémoires karmiques… Gardez l’esprit ouvert! 😉

 


 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de Jean-Michel Méric.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Massage bien-être complet

Je suis une adepte des massages. Il en est un que j’ai testé il y a peu de temps, dont je voulais vous parler. Les gestes utilisés sont inspirés des massages Californien, Suédois et du Shiatsu. Ce mélange de genres et d’influences permet d’offrir un massage bien-être très complet, à la fois relaxant et dynamisant.

Le protocole, qui s’appuie sur votre état du moment, respecte vos besoins, vos envies, vos tensions, vos émotions, vos petits (ou gros) bobos.

J’ai tenté durant cette heure de voyage sensoriel de  reconnaître les différentes inspirations. J’ai vite laissé tomber, si détendue que j’étais et toute en lâcher prise. Et, très honnêtement, comme chaque protocole est unique, en adéquation avec chaque personne, cela ne vous aurait pas apporté grand-chose de connaître l’articulation de MON massage.

Et puis, un massage bien-être, ça ne se raconte pas, ça se vit. Ce que je peux vous dire en revanche, c’est tout le bien que mon corps a pensé de cet heureux mariage de pressions, d’effleurements, d’enveloppements, d’étirements. A la fin de la séance, une fois sortie de ma léthargie (qui n’a pas duré longtemps ceci dit), je me suis sentie à la fois très apaisée, légère et pleine d’énergie (et ce, à la fois physiquement et psychologiquement). Pour le reste, je laisse la parole à Magali… 😀

 


 

Massage Shambali
Shambali Spa
28 Rue Sylvestre Chauvelot – 21200 Beaune
03 80 22 39 87
www.shambali.fr

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

méthode Pilate et boxe anglaise avec Sihème

Se sentir bien, cela signifie (aussi) se sentir bien dans son corps. Difficile quand les fesses se font raplaplates, le petit bidon fait son apparition et les bras tombent en rideaux… Pas commode non plus quand notre joli pantalon test, celui dans lequel on rentrait AVANT (la grossesse, les raclettes de cet hiver, le chocolat des cloches, notre dernier coup de calgon…) fait le pied de grue dans l’armoire depuis des mois, attendant le jour béni où il sortira de nouveau. Alors, pour éviter de se balader en baggy tout l’été, rien de tel qu’une belle entorse à notre régime alimentaire habituel (cf. cure détox de Valérie Orsoni) et d’une bonne dose de sport.

C’est l’occasion de faire connaissance avec Sihème, professeure de fitness qui viendra très bientôt dispenser ses conseils sur Béattitudes! Sihème donne des cours collectifs de Pilate et de boxe anglaise. Elle est également coach sportif et minceur. Très sympa et pétillante, elle nous accompagnera avec bonne humeur sur le chemin du bien-être. La méthode Pilate et la boxe anglaise sont des techniques sportives très complètes qui permettent de mincir, tonifier l’ensemble du corps, respirer, se défouler etc. Bref, on va apprendre à chouchouter notre bonne vieille carcasse dans laquelle notre âme a pris ses quartiers et en faire un home sweet home!


 

 

Sihème, professeure de fitness, Pilate, boxe anglaise / Coach sportif
Tel: 06 17 79 24 22
Mail: 3b.fitness.siheme@gmail.com

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Le NIA

Pour mon blog Beattitudes, j’ai testé le NIA, une nouvelle façon de bouger qui fait du bien au corps et à la tête. Le NIA apprend à lâcher prise, à se vider la tête, à prendre conscience de son corps, de sa respiration et de l’instant présent. Il permet aussi de se dépenser, de brûler des calories et de se raffermir! Oui, oui, oui, tout ça!

Mais le NIA c’est quoi exactement? Pour vous l’expliquer, qui de mieux placée que Régine Petit, professeure de NIA à Paris? Et quoi de mieux que quelques morceaux choisis d’un cours auquel j’ai eu le plaisir d’assister et que je vous raconte dans un prochain papier !


 

Régine Petit
ceinture noire en Technique Nia
Tel: 06 25 80 73 28 – Mail: info@danse-ta-vie.com

Plus d’infos sur www.danse-ta-vie.com

 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail