A nos amours… karmiques

A tous les cœurs fraichement brisés, à ceux d’hier cassés mal recollés, aux fragiles ébréchés qui voient la fracture inéluctablement arriver.

Il est des rencontres sublimes, des êtres qui nous chavirent, des histoires d’amour qui nous transcendent, nous dépassent… et nous laissent des remords, des regrets, une sensation d’inachevé, la tête en vrac, le cœur brulé.

Cet homme, cette femme, nous en sommes sûrs, était notre âme sœur, même si, aujourd’hui, elle est ailleurs. Nous le savons au plus profond : quelque chose se jouait de bien plus grand que nous quand ses yeux, ses mains, son sourire, sa peau, ses larmes, son âme nous aimaient.

Qu’était-ce alors ?

Pour celles qui croient et ceux qui se plairont à croire, nous commencerions l’histoire par « Il était une fois un amour karmique »… Une histoire qui répare dans cette vie le mal que nous avons pu causer dans l’autre, une autre, d’autres.

Alors, si vous cherchez désespérément un sens à tout cela qu’il vous arrive d’appeler tristement « un sombre gâchis », rappelez-vous que vous êtes sur terre pour grandir, avancer vers la lumière et que nettoyer votre karma fait partie de vos missions d’incarnation.

Il est des amours comme des amis, des parents, des frères et sœurs, des rencontres fortuites. Sûrement nous sommes-nous déjà rencontrés dans une autre vie. Qui sait si cet homme, cette femme qui vous a tant fait pleurer n’a pas souffert à cause de vous… hier ?

Rien, ni personne ne remplacera jamais cet amour perdu. Mais un jour, vous rencontrerez un autre capable de vous aimer, de vous faire grandir, vous accomplir, une autre auprès de qui vieillir. Une belle âme, une âme belle à aimer, belle à accompagner, belle à faire des bébés, si belle qu’elle vous éclairera et vous fera briller.

Et ce grand amour qu’en ferez-vous ? Il restera là, quelque temps sûrement dans votre peau inscrit, puis au fond de votre cœur comme un beau souvenir, comme un devoir karmique accompli, comme un soleil qui brille.

Pardonnez et acceptez que ce grand amour ne puisse se vivre ici et maintenant. Remerciez pour ce que cette histoire vous a apporté. Remerciez d’avoir tant aimé, tellement vibré.

Et surtout…

Osez rêver que rien ne meurt jamais. Osez imaginer qu’ailleurs et plus tard vous vous aimerez. Osez croire que vous vous retrouverez.


Facebooktwitterpinterestlinkedinmail